Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Enquête élargie sur la policière Trudeau

    Le SPVM s’est penché sur le «poivrage» d’étudiants inoffensifs lors du printemps érable

    16 février 2013 |Brian Myles | Montréal
    La policière Trudeau est suspendue avec solde depuis l’arrestation controversée de Simon Pagé, Rudi Ochietti, Serge Lavoie et Karen Molina, le 2 octobre dernier dans le Plateau.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La policière Trudeau est suspendue avec solde depuis l’arrestation controversée de Simon Pagé, Rudi Ochietti, Serge Lavoie et Karen Molina, le 2 octobre dernier dans le Plateau.
    L’enquête sur la policière Stéfanie Trudeau a été élargie pour remonter aux événements du printemps érable, alors qu’elle avait aspergé de poivre de Cayenne des étudiants inoffensifs, a appris Le Devoir. Cette frasque pourrait valoir à la policière des accusations criminelles d’agression armée, à la lumière des informations recueillies par Le Devoir.

    « L’enquête est faite, mais il n’y a pas d’accusation déposée pour le moment », a confirmé le commandant aux communications, Ian Lafrenière.


    L’épisode a transformé la policière Trudeau en une sensation sur YouTube. Du jour au lendemain, elle est devenue facilement reconnaissable sur la rue et identifiée sous le sobriquet de « Matricule 728 ».


    Sur la vidéo, vue plus de 650 000 fois, la policière asperge un groupe de jeunes à trois reprises pour les disperser, visiblement excédée d’avoir été narguée pendant quelques minutes.


    La policière Trudeau est suspendue avec solde depuis l’arrestation controversée de Simon Pagé, Rudi Ochietti, Serge Lavoie et Karen Molina, le 2 octobre dernier dans le Plateau.


    Mme Trudeau et son partenaire ont fourni une déclaration assermentée de type KGB (avec mise en garde) sur ces événements qui ont terni l’image de la police de Montréal.


    L’arrestation, filmée par les protagonistes, a suscité la condamnation du maire de Montréal, Michael Applebaum, et du directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent. Celui-ci a même présenté ses excuses aux quatre compagnons d’infortune pour les propos « inacceptables et intolérables » de la policière. Enregistrée à son insu, Mme Trudeau les traitait de « mangeux de marde », « carrés rouges » et « gratteux de guitare ».


    En entrevue à Cogeco, Marc Parent déplorait que « les drapeaux rouges » au sujet de Stéfanie Trudeau n’aient pas été levés plus tôt à l’interne. « Elle était définitivement à risque avec les comportements observés et son état d’esprit », avait-il dit.


    À la suite de l’incident du 2 octobre, le commandant du poste 38, auquel était rattachée Mme Trudeau, a été transféré. Stéphane Bélanger a été nommé inspecteur à la Division de la sécurité routière, responsable des motards et de la sécurité nautique.

     

    Enquête paralysée


    Les affaires internes ont rencontré 80 témoins et ils ont remis leur rapport d’enquête sur l’incident du 2 octobre au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) à la mi-novembre. Le DPCP a demandé un complément d’enquête qui prolonge encore les délais.


    Pour faire suite à la demande du DPCP, la police a donc frappé à la porte de Radio-Canada. Les enquêteurs veulent l’entrevue intégrale de Catia Moreau, une ingénieure qui aurait surpris les policiers à comploter entre eux pour modifier leurs rapports. Mme Moreau affirme notamment qu’elle a entendu Stéfanie Trudeau dire à ses collègues : « Écris pas ça comme ça parce que si ça va en cour, je ne veux pas me faire écoeurer. »


    Si les faits sont fondés, les policiers impliqués pourraient être accusés de fabrication de preuve.


    Mme Moreau a déjà été rencontrée à ce sujet par les enquêteurs des affaires internes, et elle a collaboré avec eux. En droit pénal, sa déclaration à la police sera jugée comme une preuve plus fiable et plus utile que son entrevue intégrale à Radio-Canada.


    Les policiers veulent aussi mettre la main sur le fichier numérique de 33 minutes sur lequel Stéfanie Trudeau exprime son mépris des gratteux de guitare. Seul un segment d’environ dix minutes a été diffusé. Sur le reste de l’enregistrement, la policière Trudeau et ses collègues cheminent vers le poste, où ils s’installent pour rédiger leurs rapports.


    Enfin, les enquêteurs demandent tout enregistrement vidéo en possession de Radio-Canada qui provient de la Casa, le quartier général des « gratteux de guitare » sur la rue Papineau.


    Ces démarches génèrent un délai par-dessus un délai puisque Radio-Canada conteste l’ordonnance de communication de la preuve.


    Un débat à ce sujet est prévu mardi prochain en Cour supérieure. Selon la requête de la SRC, les policiers auraient dû privilégier d’autres moyens d’enquête avant de s’adresser au diffuseur public. En l’occurrence, les policiers pouvaient accéder au matériel déjà disponible dans Internet, ou demander les vidéos à leurs auteurs, font valoir les avocats de la société d’État.


    Le SPVM estime qu’il n’a pas d’autre choix que de se tourner vers Radio-Canada pour obtenir le matériel exigé par le DPCP. « Il nous faut l’intégrale des images pour les présenter à la Cour. Il faut prendre tous les moyens nécessaires pour trouver la preuve », explique Ian Lafrenière.


    Méfiance


    Des accusations criminelles pèsent toujours contre Rudi Ochietti (entrave et voies de fait), Karen Molina (entrave), Serge Lavoie et Simon Pagé (entrave, voies de fait et intimidation). On leur reproche essentiellement d’avoir résisté à leur arrestation, d’avoir nui au travail de la policière en la filmant et de l’avoir intimidée en lui criant des injures du genre « grosse vache ».


    Les accusations ont été suspendues à la mi-octobre, mais elles n’ont pas été officiellement abandonnées.


    Sur les conseils de leur avocat, Raphael Schachter, les quatre accusés refusent de collaborer à l’enquête sur Mme Trudeau, tant et aussi longtemps que les accusations contre eux ne seront pas définitivement retirées. Ils craignent que toute information destinée à faire avancer l’enquête sur Mme Trudeau soit utilisée pour bonifier les preuves contre eux.


    Selon Me Schachter, un criminaliste expérimenté, rien n’empêche la Couronne d’abandonner les accusations contre ses clients et de poursuivre l’enquête sur Stéfanie Trudeau. « C’est une façon étrange de gérer le dossier. Il n’y a pas de raison de maintenir les accusations contre eux. Ce sont des gens bien et honorables. Par souci d’équité à leur égard, cette affaire devrait se résoudre immédiatement », dit-il.


    Dans l’intérêt de ses clients, Me Schachter demeure patient. « Mais ma patience a ses limites », prévient-il.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel