Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Commission Charbonneau: Michael Applebaum nie faire l'objet d'une enquête

    11 janvier 2013 17h54 |Kathleen Lévesque | Montréal
    Michael Applebaum (photo d'archives)<br />
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Michael Applebaum (photo d'archives)
    La commission Charbonneau a ouvert une enquête l'automne dernier impliquant Michael Applebaum, ce que le maire de Montréal nie formellement. «Je ne suis pas sous enquête et je vais collaborer avec la commission Charbonneau», a-t-il déclaré lors d'un point de presse en fin d'après-midi.

    Le maire Applebaum réagissait ainsi aux révélations du Devoir, selon lesquelles une enquête a été ouverte concernant notamment des transactions immobilières douteuses auxquelles M. Applebaum aurait pu être associé dans le cadre de ses fonctions à l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

    Le maire a été convoqué vendredi après-midi par la commission Charbonneau. En conférence de presse vendredi matin, alors qu'il présentait la nouvelle escouade montréalaise de lutte à la corruption qui aura carte blanche pour fouiller dans tous les recoins de la Ville, le maire Applebaum a annoncé, «en toute transparence», qu'il rencontrerait les enquêteurs de la commission. Il s'est dit ouvert à toutes discussions.

    Selon les informations recueillies par Le Devoir, la commission Charbonneau se penche sur ce dossier depuis déjà quelques mois, avant même l'accession de M. Applebaum au poste de maire, à la mi-novembre. Des projets immobiliers privés qui auraient nécessité des changements de zonage seraient dans la mire.

    Le 18 décembre, Le Devoir a demandé à M. Applebaum si les enquêteurs de la commission Charbonneau ou de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) l'avaient rencontré, précisément au sujet de transactions immobilières dans son arrondissement. Il a répondu par la négative. Il s'est toutefois dit prêt à témoigner à la commission, tout en indiquant: «Je ne sais pas pour quelle raison ils voudraient m'inviter».

    Pressé de questions vendredi, le maire Applebaum a dit ignorer le sujet de la rencontre avec les enquêteurs de la commission. «Ils sont bienvenus dans mon bureau. Je vais travailler avec eux et répondre à leurs questions», a indiqué le maire qui a précisé que les discussions «devront rester confidentielles». «Je suis là pour aller contre la corruption et la collusion», a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, deux sources fiables ont indiqué au Devoir que l'escouade Marteau qui relève de l'UPAC a été informée dès le printemps dernier des faits allégués impliquant M. Applebaum. Ce dernier était alors président du comité exécutif. Le dossier est toutefois resté lettre morte à la police.

    Michael Applebaum a été contacté mardi par les enquêteurs. Vendredi, la commission Charbonneau a refusé de commenter la nature de la rencontre.

    En collaboration avec Brian Myles

    Ce texte est une nouvelle version d'un texte mis en ligne plus tôt dans la journée.


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel