Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Mairie: Union Montréal implose

    14 novembre 2012 18h51 | Brian Myles | Montréal
    Union Montréal a implosé en temps réel aujourd'hui. Six conseillers, incluant Michael Applebaum, ont officiellement claqué la porte du parti avant le début d'un caucus qui s'annonce crucial. Outre M. Applebaum, la liste des démissionnaires comprend: Frantz Benjamin, Susan Clarke, Lionel Perez, Alain Tassé et Frank Venneri.

    Le président du caucus, Bernard Blanchet, refuse de voir la réalité en face: avec ces démissions, le caucus d'Union Montréal est ramené à 29 élus, contre 16 pour Vision Montréal, 10 pour Projet Montréal et 9 indépendants.

    Frantz Benjamin a parti le bal en démissionnant mardi soir. Le conseiller du district de Saint-Michel s'est dit exaspéré par les querelles intestines entre Michael Applebaum et Richard Deschamps, qui convoitent tous deux le poste de maire par intérim. «Je ne veux pas être associé à du lancement de boue, a-t-il dit. Il faut qu’on revienne à un climat plus serein. On dessert la démocratie municipale avec ces querelles. »

    M. Benjamin siégera désormais comme indépendant. Il n’a aucune intention de se rallier à l’un ou l’autre des partis d’opposition. «Je souhaite qu’on mette Montréal en avant, pas Union, pas Vision, pas Projet », espère-t-il.

    Richard Deschamps est en délicate posture. La mairie pourrait bien lui échapper lors du scrutin de vendredi si Michael Applebaum réussit à rallier des conseillers d’Union Montréal derrière sa candidature. À moins que les partis d’opposition présentent leurs propres candidats, ce qui viendrait brouiller les cartes et favoriser l’élection de M. Deschamps.

    M. Benjamin avait quitté provisoirement le caucus le 30 octobre dernier pour réfléchir à son avenir. Il avait posé trois conditions à son retour : l’annulation de la hausse des taxes foncières de 3,3 %, un exercice transparent de reddition de comptes de son parti en marge de la commission Charbonneau et un virage vers l’apaisement dans les débats au conseil. Le parti n’a rencontré aucune de ses conditions.

    Lors de la dernière séance du conseil, lundi, M. Deschamps et le leader de la majorité, Marvin Rotrand, ont laissé bien peu de place à l’idée d’un gel des taxes et à la formation d’un comité exécutif de coalition, avec une représentation de tous les partis pour la durée de la transition à la mairie.

    M. Deschamps était déjà sur la défensive, mercredi, après que Michael Applebaum eut annoncé qu’il était favorable à la création d’un exécutif de coalition, dans un geste de main tendue à l’opposition.

    M. Deschamps a dit qu’il réfléchirait à la question. Il consulte son caucus lors d’une réunion cruciale ce midi. Les élus intéressés au poste de maire par intérim ont jusqu’à 16h30 pour présenter leur candidature au greffier.   
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel