Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Stationner sans ma voiture

    Montréal aura son événement Park(ing) Day

    7 septembre 2012 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Pas de périmètre fermé aux automobiles

    Les critiques ont eu raison du traditionnel périmètre de la journée En ville sans ma voiture. Pour sa 10e édition, l’événement destiné à promouvoir les transports actifs et collectifs déménagera au Vieux-Port de Montréal de manière à ne pas importuner les automobilistes…

    L’Agence métropolitaine de transport (AMT) a renoncé à fermer la rue Sainte-Catherine à la circulation automobile en raison des problèmes de congestion que ce périmètre a causés par le passé. « On n’est pas en affaires pour créer de la congestion. On est là pour faciliter les déplacements », a expliqué Paul Côté, p.-d. g. par intérim de l’AMT.

    L’événement se déroulera sur deux jours, soit les 21 et 22 septembre prochains avec, au programme, des spectacles, dont celui des Respectables, ainsi qu’un forum sur les transports urbains organisé par Living Lab et diverses activités familiales.

    Importé de San Francisco, l’événement Park(ing) Day fera une percée importante à Montréal cette année. À l’initiative du Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, près d’une quarantaine de places de stationnement tarifées seront squattées par des chaises longues, des plantes et des parasols le 21 septembre prochain.


    Le concept du Park(ing) Day est simple : il suffit de mettre de l’argent dans le parcomètre, puis d’aménager l’espace au gré de sa fantaisie. Lorsque le temps autorisé par le parcomètre est écoulé, on remballe mobilier et accessoires et on libère l’espace.


    Né à San Francisco en 2005 à l’initiative du studio de design Rebar, le Park(ing) Day est un mouvement de réappropriation de l’espace urbain qui s’est répandu dans 35 pays.


    « On veut lancer comme message que si on faisait une meilleure gestion et une meilleure tarification des espaces de stationnement au centre-ville, on pourrait réallouer de l’espace urbain à d’autres fonctions que l’entreposage des véhicules personnels », explique Daniel Bouchard, responsable des campagnes de transport au CRE. « Donc, on va verdir, aménager des espaces publics et, peut-être, installer des piscines ou un théâtre. »


    Mais à Montréal, il est interdit d’utiliser une place de stationnement autrement qu’en y garant un véhicule motorisé. Le CRE aurait souhaité que les agents de stationnement et les policiers fassent preuve de tolérance pour l’occasion, mais incapable d’obtenir une telle assurance, l’organisme a finalement choisi de se plier aux règles en vigueur. Le CRE a donc conclu une entente avec Stationnement Montréal en prévision de l’événement.


    Ainsi, le 21 septembre, en marge de la journée En ville sans ma voiture organisée par l’Agence métropolitaine de Montréal, entre 30 et 40 places de stationnement tarifées dispersées dans plusieurs quartiers de la ville seront aménagées par des organisations telles que le Centre d’écologie urbaine, Équiterre et les éco-quartiers.


    Le CRE entend aussi occuper une quinzaine de cases de stationnement à proximité du Vieux-Port de Montréal, où se tiendra cette année l’événement En ville sans ma voiture. Ce « coup d’éclat » sera réalisé en collaboration avec l’Association du design urbain du Québec et le Centre de diffusion d’art multidisciplinaire de Montréal DARE-DARE.


    Malgré l’interdit, Daniel Bouchard encourage les citoyens à participer à l’événement en investissant une place de stationnement de façon spontanée le 21 septembre. Il s’empresse toutefois de préciser qu’ils devront mettre des sous dans le parcomètre et quitter les lieux s’ils reçoivent un avertissement.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.