Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Réaménagement de l'autoroute Bonaventure - Le trafic d'autobus sera réduit de moitié dans Dalhousie

    Montréal a renoncé à percer le viaduc ferroviaire du CN, une opération qui aurait coûté plus de 80 millions de dollars

    12 août 2010 |Jeanne Corriveau | Montréal
    La Ville de Montréal songerait à faire l’acquisition de l’édifice Rodier, un immeuble patrimonial de forme triangulaire situé au 932, rue Notre-Dame Ouest. L’édifice abrite le magasin Baron Sport qui fermera ses portes en novembre prochain.<br />
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir La Ville de Montréal songerait à faire l’acquisition de l’édifice Rodier, un immeuble patrimonial de forme triangulaire situé au 932, rue Notre-Dame Ouest. L’édifice abrite le magasin Baron Sport qui fermera ses portes en novembre prochain.
    Le corridor d'autobus Dalhousie n'est pas mort, mais il sera moins achalandé que prévu. Dans le cadre des travaux entourant le réaménagement de l'autoroute Bonaventure, l'administration de Gérald Tremblay a décidé de réduire de plus de la moitié le nombre d'autobus qui circuleront dans la rue Dalhousie, a appris Le Devoir. Le maire Gérald Tremblay dévoilera ce matin les modifications apportées au projet.

    Pour calmer la grogne suscitée par l'aménagement du corridor Dalhousie, décrié par les résidants du secteur et critiqué par l'Office de consultation publique de Montréal, la Ville a décidé de limiter à quelque 800 par jour le nombre d'autobus qui emprunteront cette rue, au lieu des 1900 envisagés dans le projet initial, soit une baisse de 57 %, selon les informations obtenues par Le Devoir.

    Pour soulager la rue Dalhousie, la Ville a revu ses plans et aménagera une cinquième voie sur le futur boulevard Bonaventure, du côté de l'actuelle rue Nazareth. Cette voie sera réservée aux autobus se dirigeant vers la Rive-Sud.

    La Ville a également renoncé à percer le viaduc ferroviaire du CN, une opération qui aurait nécessité des investissements de plus de 80 millions de dollars. Une autre voie a été choisie pour permettre aux autobus d'accéder à la rue Dalhousie, mais il a été impossible hier d'en savoir davantage sur le tracé retenu.

    Aucun autobus n'empruntera la rue de L'Inspecteur, ce qui, espère-t-on à la Ville, calmera le mécontentement des résidants des édifices Lowney's.

    L'édifice Rodier


    La Ville de Montréal songerait par ailleurs à faire l'acquisition de l'édifice Rodier, un immeuble patrimonial de forme triangulaire situé au 932, rue Notre-Dame Ouest, comme l'a révélé hier le journal Métro.

    Construit en 1875, l'édifice Rodier — du nom de la famille qui l'a fait construire — abrite le magasin Baron Sport qui fermera ses portes en novembre prochain. Mis en vente en juin dernier, l'immeuble a été retiré récemment du marché lorsque la Ville a fait savoir qu'elle songeait à en devenir propriétaire. «En bon citoyen, si la Ville s'intéresse à l'immeuble, on veut lui laisser le temps de l'étudier comme il faut. Et si elle veut l'acquérir, on va faire affaire avec elle», a indiqué au Devoir l'agent d'immeuble Mitchell Ettinger.

    Ce projet n'est pas étranger au corridor Dalhousie puisqu'il serait désormais question de faire circuler les autobus derrière l'immeuble, et non devant. Ce nouvel itinéraire nécessiterait d'«altérer» la partie est du bâtiment, a-t-on indiqué au Devoir.

    Si le terrain et l'immeuble sont évalués à 819 800 $, le prix affiché s'élève plutôt à 1,75 million. Pour l'instant toutefois, aucune décision n'est prise et la Ville poursuit son étude. Rappelons que l'immeuble Rodier ne bénéficie d'aucune protection en vertu de la Loi sur les biens culturels.

    Lors d'une conférence de presse prévue pour ce matin, le maire Tremblay, accompagné de la présidente du conseil d'administration de la Société du Havre, Isabelle Hudon, annoncera le lancement des travaux en vue de transformer l'autoroute Bonaventure en boulevard urbain. Des travaux préparatoires seront entrepris cet automne, mais le véritable chantier débutera au printemps.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.