Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Quartier des spectacles - Le nouveau 2-22 évitera la consultation populaire

    «Ce projet est plus acceptable que l'autre. Je ne court-circuite rien», dit le maire Tremblay

    20 mars 2010 |Kathleen Lévesque | Montréal
    La nouvelle mouture du 2-22 Sainte-Catherine présente une double paroi: une structure de bois faisant le lien avec les constructions montréalaises traditionnelles et une façade de verre. Selon le promoteur, le début des travaux est prévu pour le 3 mai prochain.
    Photo: Société de développement Angus La nouvelle mouture du 2-22 Sainte-Catherine présente une double paroi: une structure de bois faisant le lien avec les constructions montréalaises traditionnelles et une façade de verre. Selon le promoteur, le début des travaux est prévu pour le 3 mai prochain.
    La nouvelle version de l'édifice à vocation culturelle 2-22 Sainte-Catherine ne sera pas soumise à la consultation populaire. Avec l'appui de la Ville de Montréal, le promoteur a d'ailleurs déjà annoncé le début des travaux pour le 3 mai prochain.

    «Ce projet est plus acceptable que l'autre. On a donc décidé d'aller de l'avant. Je ne court-circuite rien», a déclaré le maire Gérald Tremblay à la sortie d'un événement concernant les grands projets montréalais, tenu hier matin par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. M. Tremblay a toutefois précisé que l'arrondissement de Ville-Marie organisera une soirée d'information publique et que les citoyens qui souhaitent contester le projet pourront le faire en réclamant la tenue d'un référendum.

    Christian Yaccarini, p.-d.g. de la Société de développement Angus (SDA) promoteur du projet, a dit avoir bon espoir de voir aboutir le 2-22 Sainte-Catherine, nouvelle mouture. M. Yaccarini l'a présenté avec illustrations à l'appui. L'immeuble présente une double paroi: une structure de bois faisant le lien avec les constructions montréalaises traditionnelles et une façade de verre.

    Comme dans le premier projet, le verre permettra notamment la projection d'images en plus de servir de régulateur thermique. «Le bâtiment a été conçu pour être lui-même un diffuseur d'art à Montréal», a expliqué M. Yaccarini lors de son allocution.

    L'entrée principale se trouve maintenant à l'angle de la rue Sainte-Catherine et du boulevard Saint-Laurent, sous une large dépression en forme triangulaire représentant un rideau de théâtre derrière lequel on se glisse.

    Ces changements ont été rendus nécessaires à la suite de difficultés financières de la SDA. De plus, de nombreuses critiques s'étaient élevées contre le projet. Aujourd'hui, il n'est plus question de passer par l'Office de consultation publique puisque le projet ne déroge pas aux règles d'urbanisme. Quant à la révision architecturale, elle est passée sous la lorgnette des différentes instances municipales.

    Pour le maire Tremblay, il est urgent que tout cela bouge. Dans son discours de début de journée, il s'est attaqué au «spectre de l'immobilisme qui se pointe». Tout au plus a-t-il reconnu que plusieurs projets étaient ralentis, notamment par la conjoncture économique ou une certaine lourdeur du processus démocratique. «ll nous appartient d'aplanir la route», a plaidé M. Tremblay, qui refuse que l'on cherche toujours à le blâmer quand ça ne va pas assez vite.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.