Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Réaménagement de l'autoroute Bonaventure - La Société du Havre tient au corridor d'autobus sur Dalhousie

    15 janvier 2010 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Malgré la contestation qu'il suscite, le corridor d'autobus Dalhousie est indispensable à la réalisation du projet de réaménagement de l'autoroute Bonaventure, soutient la présidente du conseil d'administration de la Société du Havre de Montréal. Devant un parterre de gens d'affaires de la Chambre de commerce du Sud-Ouest hier midi, Isabelle Hudon s'est portée à la défense du projet, qui fait l'objet de consultations ces jours-ci.

    La création du corridor Dalhousie, qui permettra le passage quotidien de 1400 autobus provenant de la Rive-Sud, constitue le volet le plus contesté du projet de transformation de l'autoroute Bonaventure de 141 millions de dollars. Lors des audiences tenues par l'Office de consultation publique de Montréal mardi et mercredi soir, nombreux ont été les participants à décrier ce corridor.

    Isabelle Hudon, qui comprend mal la contestation, est catégorique: le corridor est là pour de bon et il est «indissociable» du projet de Bonaventure. Sept scénarios ont été étudiés et seul celui de Dalhousie s'est révélé envisageable. «Il faut aller se promener sur Dalhousie pour voir qu'il s'agit de deux petits bouts de rue qui arrivent dans un cul-de-sac, soit le viaduc du CN. Il n'y a pas d'adresse civique et il n'y a personne qui y vit», dit-elle.

    Mme Hudon soutient que la Société du Havre s'efforcera de soigner l'intégration urbaine de ce corridor. «Pourquoi s'imaginer qu'un corridor dédié aux transports en commun, c'est obligatoirement laid et bruyant?», demande-t-elle en faisant valoir que les autobus ne circuleront plus sous les fenêtres des résidants des condos Lowney's, comme c'est le cas actuellement. En revanche, faut-il le préciser, le nombre d'autobus traversant le secteur chaque jour passera de 300 à 1400.

    Isabelle Hudon se dit tout de même disposée à considérer les suggestions qui seront faites dans le cadre des consultations. Pour éviter l'augmentation des coûts, le projet devra toutefois recevoir l'aval de l'administration Tremblay au printemps, a-t-elle prévenu.

    Mme Hudon est par ailleurs déçue que l'arrondissement du Sud-Ouest, où le parti d'opposition Vision Montréal est majoritaire, se soit opposé au projet de corridor d'autobus, alors que l'ancienne équipe d'élus l'avait approuvé à l'unanimité.

    Les consultations sur le projet se poursuivent la semaine prochaine.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.