Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le pari de la cohabitation

    Une nouvelle ère s'ouvre à l'Hôtel de Ville de Montréal

    18 novembre 2009 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, siégera au comité exécutif de la Ville de Montréal, qui sera présidé par le maire, Gérald Tremblay.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, siégera au comité exécutif de la Ville de Montréal, qui sera présidé par le maire, Gérald Tremblay.
    Le nouveau comité exécutif
    • Gérald Tremblay, président
    • Alan DeSousa, vice-président, finances, développement durable,  environnement, parcs et administration générale
    • Manon Barbe, transport
    • Richard Deschamps, développement économique, infrastructures et voirie
    • Hélène Fotopoulos, patrimoine et condition féminine
    • Lyn Thériault, développement communautaire et social
    • Richard Bergeron, urbanisme
    • Michael Applebaum, services aux citoyens, habitation et relations avec les arrondissements
    • Claude Trudel, sécurité publique
    • Michel Bissonnet, affaires gouvernementales et 375e anniversaire de Montréal
    • Mary Deros, communautés culturelles
    • Monique Worth, sports et loisirs
    • Claude Dauphin, président des débats au conseil municipal
    Profitant de la formation de son nouveau comité exécutif, le maire Gérald Tremblay a décidé d'insuffler un vent de changement à l'Hôtel de Ville. Si certains fidèles, comme Alan DeSousa et Michael Applebaum, ont pris du galon, d'autres, comme Sammy Forcillo et Luis Miranda, ont été rétrogradés. Mais surtout, le maire Tremblay a fait le pari de faire une place aux membres de l'opposition dans le cercle restreint du pouvoir.

    Deux élus de l'opposition ont fait leur entrée au comité exécutif hier, marquant le début d'une nouvelle ère à l'Hôtel de Ville de Montréal. Se disant conscients des dangers d'une telle alliance avec l'équipe au pouvoir, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, et la conseillère de Vision Montréal, Lyn Thériault, ont affirmé que, malgré les risques, l'expérience valait la peine d'être tentée.

    Une certaine fébrilité régnait à l'hôtel de ville hier pour le dévoilement du nouveau comité exécutif. Gérald Tremblay a parlé d'une nouvelle page d'histoire qui s'écrivait avec l'intégration de membres de l'opposition. «Mon parti étant majoritaire, rien ne m'oblige à un tel geste d'ouverture. Je ne le fais pas par obligation. Je le fais par conviction en espérant que la sagesse soit au rendez-vous, a-t-il expliqué. Si je pose ce geste d'ouverture dans l'intérêt supérieur de Montréal, c'est que je crois que toutes les personnes choisies au comité exécutif seront capables, avant toute autre chose, de représenter Montréal, et non leur parti politique.»

    Le maire a confirmé qu'il assumera lui-même la présidence du comité exécutif. Il a également fait monter en grade Alan DeSousa, maire de l'arrondissement de Saint-Laurent, qui assumera la vice-présidence du comité exécutif en plus d'hériter des finances, du développement durable, de l'environnement, des parcs et de l'administration générale. Au maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Michael Applebaum, Gérald Tremblay a confié les services aux citoyens, qui comprend le déneigement, ainsi que l'habitation et les relations avec les arrondissements. La mairesse de LaSalle, Manon Barbe, s'occupera des transports alors que le conseiller du même arrondissement, Richard Deschamps, gérera le développement économique, les infrastructures et la voirie.

    Les autres membres d'Union Montréal au comité exécutif sont Helen Fotopulos (culture), Claude Trudel (sécurité publique), Michel Bissonnet (affaires gouvernementales et 375e anniversaire de Montréal), Mary Deros (communautés culturelles) et Monique Worth (sports et loisirs). L'ancien numéro deux de l'administration, Claude Dauphin, présidera désormais les débats au conseil municipal alors que Sammy Forcillo et Luis Miranda ont été écartés du comité exécutif.

    Soucieux de restaurer le lien de confiance avec la population, le maire Gérald Tremblay a décidé d'accueillir deux membres de l'opposition au comité exécutif, leur confiant du même coup des dossiers. Urbaniste de profession, Richard Bergeron sera responsable de la mise en valeur du territoire et du plan d'urbanisme alors que Lyn Thériault, de Vision Montréal, s'occupera du développement social et communautaire, de la famille et des aînés.

    Radieux, Richard Bergeron a reconnu que le succès de ce comité exécutif nouveau genre n'était pas garanti, mais qu'il avait reçu l'appui sans équivoque de son équipe et que son rôle n'en serait pas un de simple figurant. «On est conscients que c'est un exercice délicat et que chacun devra mettre de l'eau dans son vin lorsque nécessaire. On verra à l'usage, mais on souhaite tous que ce soit un succès», a-t-il insisté.

    Placée dans une position potentiellement difficile, l'opposition sera-t-elle muselée? «Quand je ne serai pas d'accord [avec une décision], je serai tenu d'être solidaire de mes collègues du comité exécutif, a reconnu M. Bergeron. Mais je ne suis pas tout seul dans Projet Montréal», a-t-il ajouté, en précisant que les élus de son équipe pourraient alors prendre la relève pour critiquer l'administration. Si la situation devient intenable, il quittera le comité exécutif, a-t-il dit. «Mais l'expérience vaut la peine qu'on court le risque [de la tenter]. Ça répond aux attentes de la population et c'est moi qui l'ai proposée en campagne.» Nouveau responsable de l'urbanisme, il fera de l'échangeur Turcot et de l'autoroute Notre-Dame ses priorités.

    De son côté, Lyn Thériault dit avoir reçu la bénédiction de sa chef Louise Harel après le coup de fil du maire Tremblay lundi soir. Elle ne croit pas que son nouveau statut la réduira au silence. «Pour moi, c'est vraiment une nouvelle page d'histoire. Si je suis dissidente, c'est évident que je le dirai haut et fort», a-t-elle soutenu.

    En voyage à l'étranger, Louise Harel a fait preuve d'un enthousiasme prudent, car, selon elle, bien des questions demeurent en suspens, notamment en ce qui a trait au vote lors des séances du conseil municipal. «Nous verrons à l'usage si cet arrangement sert ou dessert la représentation démocratique et la défense des intérêts des Montréalais», a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

    Le nouveau leader de la majorité, Marvin Rotrand, reconnaît que l'arrivée de conseillers de l'opposition au comité exécutif ne fait pas l'unanimité dans les rangs du parti du maire. Mais il se réjouit par ailleurs du rôle grandissant qu'auront les commissions permanentes du conseil. À cet effet, le maire a annoncé hier qu'elles se verront confier l'étude des dossiers avant que ceux-ci soient soumis au comité exécutif. À plus long terme, ces commissions pourraient se voir dotées de pouvoirs décisionnels, allégeant du même coup le poids du comité exécutif, a précisé M. Rotrand.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.