Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Tremblay mécontente ses propres élus

    Le maire nomme deux conseillers de l'opposition au comité exécutif en dépit des réticences des élus de son parti

    17 novembre 2009 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Le maire Tremblay a promis de gouverner autrement la semaine dernière, et c'est dans cette optique qu'il a proposé à des représentants des partis d'opposition de siéger au comité exécutif. Les tractations se sont poursuivies jusqu'en soirée hier.

    Le comité exécutif de Gérald Tremblay comptera deux membres de l'opposition, l'un de Vision Montréal et l'autre de Projet Montréal, ce qui concrétisera ainsi la volonté du maire de tendre la main à ses adversaires. Mais cette ouverture aux partis de Louise Harel et de Richard Bergeron est loin de faire l'unanimité dans les rangs d'Union Montréal.

    Gérald Tremblay dévoilera ce matin la composition de son comité exécutif. Il devrait y annoncer que, brisant la tradition, il présidera lui-même ce comité d'élus. Il confirmera également que deux membres des partis d'opposition feront leur entrée au comité exécutif. Selon les informations obtenues par Le Devoir, les candidatures de Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, et de Lyn Thériault, conseillère de Vision Montréal dans le district de Louis-Riel, seraient dans la mire du maire Tremblay.

    À l'origine, la chef de Vision Montréal, Louise Harel, souhaitait qu'un des sièges offerts revienne à Pierre Lampron, conseiller dans le district du Vieux-Rosemont, mais sa proposition a été rejetée par le maire. Les tractations se sont poursuivies toute la soirée. C'est finalement le maire qui aurait communiqué directement avec les élus désignés.

    La journée d'hier a été ponctuée d'échanges entre les trois chefs et leurs élus respectifs. En après-midi, Mme Harel, qui se trouve au Mexique — elle s'était réservé de courtes vacances sans savoir que les événements se bousculeraient à ce point —, a tenu un appel conférence avec son caucus. Dans l'opposition, on disait craindre l'effet «cage à homards» qui aurait fait en sorte que les élus de l'opposition se retrouvent liés aux décisions du comité exécutif sans que la dissidence soit permise. «C'est loin d'être clair, a indiqué un membre de Vision Montréal. Que le maire fasse preuve d'ouverture, c'est très bien, sauf qu'il ne faut pas que ces élus se retrouvent les mains liées ou que ça devienne un piège à transfuges.»

    M. Tremblay a également rencontré en fin d'après-midi le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, afin de lui soumettre une proposition. La rencontre a duré 45 minutes. Questionné en soirée alors qu'il assistait à l'assemblée du conseil d'arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, M. Bergeron a été peu loquace. À 19h45, il a eu une conversation téléphonique avec Louise Harel et il comptait, par la suite, rencontrer les membres de son caucus afin de discuter de la situation. Mais, selon nos informations, c'est lui qui se joindrait au club sélect du comité exécutif.

    Reste que la perspective d'ouvrir la porte du comité exécutif à des membres de l'opposition est loin de plaire aux élus d'Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay. Lors d'une réunion du caucus tenue hier matin, ils ont été nombreux à exprimer leur mécontentement au maire, a appris Le Devoir. Gérald Tremblay leur a dit qu'il «prendrait en considération leurs points de vue dans sa réflexion». À la sortie de la rencontre, qui a duré plus de deux heures, les membres de son équipe ont parlé publiquement de «discussions franches et constructives», sans commenter davantage.

    «Le maire nous a écoutés et ce sera sa décision», a indiqué Sammy Forcillo, qui pourrait être écarté du comité exécutif. Lorsque Le Devoir l'a appelé hier, il faisait du «ménage» dans ses dossiers. «J'ai toujours été un bon soldat et j'ai toujours respecté l'autorité du maire de Montréal», a-t-il ajouté.

    Les élus ont également discuté des intentions du maire d'apporter des modifications au mode de fonctionnement des commissions permanentes, afin d'accorder davantage de pouvoirs à celles-ci et de faire une plus grande place aux élus de l'opposition. Ces propositions susciteraient beaucoup moins de contestation au sein d'Union Montréal, bien que de nombreux éléments restent à préciser.

    La conférence de presse du maire est prévue ce matin à 10h30. Les nominations annoncées par Gérald Tremblay seront entérinées demain matin à l'occasion d'une séance extraordinaire du conseil municipal — en l'absence de Louise Harel — qui sera suivie de la première réunion du nouveau comité exécutif.

    ****

    Avec Marco Bélair-Cirino












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.