Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Bloc québécois - Un cabinet fantôme qui n'oublie personne

    7 août 2004 | | Canada
    Ottawa — Fort d'une victoire électorale éclatante, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a fait une place à chacun de ses 54 députés au sein de l'imposant «cabinet fantôme» qu'il a dévoilé hier.

    M. Duceppe adopte ainsi une stratégie différente du chef conservateur Stephen Harper, qui a choisi de ne pas assigner à tous ses députés (ils sont 99) des dossiers précis.

    Parmi les recrues bloquistes qui se démarquent, on note le comédien et auteur Maka Kotto, nommé critique au Patrimoine canadien, et l'ancien ministre péquiste Serge Ménard, affecté à un domaine qu'il connaît bien: la Sécurité publique et la Protection civile.

    L'ancien négociateur en chef pour le Conseil des Atikamekw et des Innus-Montagnais, Bernard Cleary, devient, comme on pouvait s'y attendre, critique aux Affaires indiennes. Il sera épaulé par André Bellavance, qui a réussi à remporter le siège d'André Bachand, dernier député conservateur québécois.

    Meili Faille, tombeuse du député libéral de Vaudreuil-Soulanges, Nick Discepola, hérite de la Citoyenneté et de l'Immigration, un dossier important pour lequel elle détient une bonne expérience professionnelle.

    Agriculture

    À l'Agriculture, autre secteur chaud, le chef bloquiste fait confiance à Denise Poirier-Rivard, qui est copropriétaire d'une fromagerie en Montérégie. L'ancien président de la Commission internationale de vélo de montagne, Marc Lemay, se voit quant à lui confier la responsabilité des Sports.

    Le scandale des commandites, dont on continuera d'entendre parler cet automne avec l'enquête publique du juge John Gomery, sera surveillé au Bloc par deux députés: un d'expérience, Benoît Sauvageau (Conseil du trésor et Comptes publics) et une recrue, Louise Thibault (Travaux publics). Cette dernière remplace la flamboyante Suzanne Tremblay, qui a pris sa retraite.

    L'ancien responsable des Comptes publics, Odina Desrochers, est muté au poste de critique pour l'Amérique latine et l'Afrique, aux côtés de la députée Francine Lalonde, qui demeure la principale responsable des Affaires étrangères.

    Leader

    Aux Communes, le leader du Bloc demeurera Michel Gauthier, qui sera secondé par Monique Guay. Michel Guimond conserve aussi son poste de whip, dans lequel l'assistera Pauline Picard.

    Le porte-parole du Bloc en matière d'Affaires intergouvernementales sera désormais Stéphane Bergeron, qui devra travailler étroitement avec son collègue responsable de la Santé, Réal Ménard, en vue de la conférence fédérale-provinciale sur le sujet, en septembre.

    Aux Finances, le vétéran Yvan Loubier prend la place de l'ancien syndicaliste Pierre Paquette, qui passe au Commerce international.

    Quelques députés conservent leurs responsabilités: Richard Marceau à la Justice, Claude Bachand à la Défense, Bernard Bigras à l'Environnement, Paul Crête à l'Industrie et Jean-Yves Roy aux Pêches et Océans.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel