Débat ouvert sur la décriminalisation de toutes les drogues

Les libéraux de Justin Trudeau proposent de débattre de la décriminalisation de toutes les drogues au Canada lors de leur prochain congrès.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Les libéraux de Justin Trudeau proposent de débattre de la décriminalisation de toutes les drogues au Canada lors de leur prochain congrès.

Faudrait-il décriminaliser toutes les drogues au Canada, de la cocaïne à l’héroïne, en passant par tout l’éventail des substances chimiques ? Les libéraux de Justin Trudeau proposent d’en débattre lors de leur prochain congrès, même si certains députés se disent très mal à l’aise avec l’idée.

 

Rappelant l’exemple du Portugal, qui a décriminalisé toutes les drogues en 2001, la résolution libérale propose « que le gouvernement du Canada traite l’abus de drogues comme un problème de santé, développe des services de désintoxication et de réduction des méfaits, et requalifie la possession et la consommation de faibles quantités de drogues en infractions administratives ». La résolution propose ainsi la décriminalisation sans toutefois employer le mot.


Elle fait partie des trois résolutions auxquelles les députés libéraux ont donné la priorité et pouvant potentiellement être débattues au congrès bisannuel qui se tiendra à Halifax en avril prochain. Mais lorsqu’on interroge individuellement les élus, plusieurs manifestent un malaise. Le Devoir a intercepté 27 députés au cours des deux derniers jours. Plus de la moitié d’entre eux n’était même pas au courant que leur caucus avait accordé la priorité à cette décriminalisation.

 

C’est le cas du whip du parti, Pablo Rodriguez, qui ne soutient par ailleurs pas l’idée. « Absolument pas. Parce que non. » La ministre du Revenu, Diane Lebouthillier, l’ignorait elle aussi. « Je n’ai pas vu la résolution, et ce n’est pas nécessairement une idée qui me plaît. »

Le jour où on refuse de débattre des choses controversées, c’est le jour où on meurt à petit feu

Le député de Gatineau, Steven MacKinnon, pense que c’est aller trop vite. « La population est en train de digérer la légalisation du cannabis. C’est un grand changement pour la société, que j’appuie, mais qui se doit d’être digéré, alors a priori, j’aime mieux qu’on se concentre là-dessus. » Comme d’autres, il ne s’oppose toutefois pas à la tenue de ce débat. « Le jour où on refuse de débattre de choses controversées, c’est le jour où on meurt à petit feu. » Le député de Québec Joël Lightbound abonde. « On n’en est pas là, mais en discuter, je vois cela d’un bon oeil. »

 

La députée de Brossard–Saint-Lambert Alexandra Mendès se dit au contraire ouverte à l’idée en soi. « Commençons par dire que je suis portugaise. Je viens du pays où cela a été décriminalisé, et c’est un succès exemplaire dans le traitement de la toxicomanie. […] Alors oui, ce serait une route éventuellement à prendre. »

 

Au Portugal, quiconque est pris en possession d’une quantité équivalant à moins de 10 jours de consommation (un gramme d’héroïne, deux grammes de cocaïne, etc.) sera seulement traîné devant un « panel de dissuasion » composé d’intervenants sociaux divers. Les récidivistes se feront prescrire des traitements de substitution. Le nombre de surdoses a chuté, tandis que les inscriptions aux traitements de désintoxication ont augmenté.

 

Nathaniel Erskine-Smith est farouchement pour la résolution. Le député ontarien s’est même déjà prononcé l’an dernier pour la légalisation de toutes les drogues au nom de la santé, ce qui lui a valu de perdre son poste sur le comité de la sécurité publique. Il reconnaît que la résolution parle de décriminalisation sans utiliser ce mot. Il est plutôt question de lutter contre la crise des opioïdes. Cela peut-il avoir induit ses collègues en erreur ?

 

« Lorsqu’on parle de reclasser des infractions liées aux drogues, en particulier la possession simple, comme une infraction administrative, dans les faits, cela signifie la décriminalisation, mais c’est une façon plus claire de l’expliquer aux membres du caucus et aux Canadiens, dit-il au Devoir. Souvent, lorsqu’on parle de décriminalisation, les gens pensent que ce sera l’anarchie, ce sera la légalisation. Ce n’est pas ce qui s’est passé au Portugal. »

 

Les membres du Parti libéral du Canada auront jusqu’au 18 mars pour voter pour les résolutions dont ils veulent débattre au congrès. Ils doivent en choisir 30 à partir d’une liste de 39. Il est donc possible que cette résolution soit écartée.

  • Denis Paquette - Abonné 1 février 2018 00 h 41

    chacun son paradis

    la consommation des drogues vont-elle devenir de la responsabilité personnelle, que ce sera fini le contrôle par la coercision, que ce sera de plus en plus une affaire personnelle, on est moderne ou on ne l'est pas, de toutes les facons c'est nous qui finirons par payer

  • Serge Lamarche - Abonné 1 février 2018 03 h 35

    L'usage à décriminaliser

    J'aimerais que l'usage des vélos soit décriminalisé en premier. Et désinfractionné.

  • Christian Montmarquette - Inscrit 1 février 2018 10 h 59

    Faudrait-il décriminaliser toutes les drogues?

    Sans hésitation, oui.

    Ça n'a aucun sens de criminaliser des gens pour une consommation qui ne fait du mal qu'à eux-mêmes.

    Ces gens-là n'ont pas besoin de se faire ajouter un dossier criminiel à une foules problèmes qu'ils ont déjà et qui ne donne strictement rien plus à la société, sauf d'encombrer inutilement les cours de justice.

    Il ont besoin de soins pas de répression et de punitions.

    Christian Montmarquette