Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le ministre Dominic LeBlanc est atteint d’un cancer

    7 décembre 2017 |La Presse canadienne | Canada

    Ottawa — Le ministre Dominic LeBlanc amorcera un traitement contre le cancer la semaine prochaine. Il a révélé mercredi être atteint d’une leucémie lymphoïde chronique diagnostiquée en avril. « Le mot leucémie est un peu inquiétant, le mot chronique est encourageant », a-t-il dit quelques minutes avant son entrée dans la Chambre des communes. Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne affirme avoir organisé ses traitements pour qu’ils nuisent le moins possible à son travail, ce qu’il peut se permettre compte tenu du stade de la maladie. Ces traitements doivent se terminer au printemps. « Les médecins m’ont dit que je pouvais attendre encore plusieurs mois, mais avec l’horaire parlementaire, c’était un bon moment de me débarrasser de ça », a-t-il expliqué. Il ne reste qu’une semaine de travaux à la Chambre des communes avant la pause du temps des Fêtes. Les travaux reprendront ensuite à la fin du mois de janvier. La leucémie de Dominic LeBlanc a été détectée par hasard lors de son examen médical annuel. Le médecin a alors noté une hausse du nombre de globules blancs que contenait le sang du ministre. « Je n’avais aucun symptôme, a signalé M. LeBlanc. Les médecins pensent que j’étais probablement atteint par la maladie depuis un certain nombre d’années. » La leucémie lymphoïde chronique est l’un des types de la maladie les plus courants chez l’adulte, selon le docteur Nicholas Finn, hémato-oncologue du Centre hospitalier universitaire Dr Georges-L. Dumont de Moncton, au Nouveau-Brunswick, qui soigne M. LeBlanc. La maladie doit être suivie de près, mais elle est contrôlable, a-t-il expliqué dans une déclaration. Une fois ses traitements terminés, Dominic LeBlanc devra donc être suivi régulièrement par le spécialiste. Il pourrait passer entre cinq et dix ans sans récidive. « Je suis encouragé, a affirmé M. LeBlanc sans détour. Il y a des gens qui vivent avec des maladies beaucoup plus difficiles. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.