Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Canada en porte-à-faux avec Trump sur Jérusalem

    6 décembre 2017 12h31 | Mélanie Marquis - La Presse canadienne à Ottawa | Canada
    La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau
    Photo: Andrew Vaughan Archives La Presse canadienne La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau

    Le gouvernement Trudeau signale sa désapprobation face à la décision que doit annoncer mercredi le président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y déménager éventuellement l’ambassade des États-Unis.

     

    La ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, l’a fait en tranchant qu’Ottawa n’avait aucunement l’intention d’emboîter le pas à Washington. « Notre position à nous est claire, c’est qu’on n’a aucune intention de déménager la nôtre », a-t-elle dit mercredi.

     

    Son collègue Andrew Leslie, le secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland pour les relations canado-américaines, a abondé dans le même sens face à cette « décision unilatérale du président des États-Unis ».

     

    « Nous concentrons nos efforts à établir des conditions équitables pour que les deux pays puissent exister ensemble », a-t-il affirmé à son arrivée à la rencontre hebdomadaire du caucus, mercredi matin.

     

    La ministre Freeland se trouve actuellement en Belgique, mais son attaché de presse, Adam Austen, a signalé dans une déclaration écrite que « la question du statut de Jérusalem ne peut être résolue que dans le cadre d’un règlement général du conflit israélo-palestinien ».

     

    Cette position est celle « des gouvernements successifs, libéraux et conservateurs », a-t-il précisé.

     

    Le président des États-Unis doit faire mercredi une annonce qui renversera des décennies de politique américaine et qui risque de provoquer des manifestations violentes, en plus de se heurter à une opposition de plusieurs nations.

     

    L’organisation B’nai Brith Canada, de son côté, appelle le gouvernement Trudeau à imiter l’administration Trump, plaidant dans un communiqué qu’Ottawa doit « reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne et faire des plans pour relocaliser son ambassade de Tel-Aviv ».

     

    « Reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël fera avancer le processus de paix. [...] La vraie paix est seulement possible quand tous les côtés reconnaissent le lien indélébile entre le peuple juif et leur ville la plus sainte », a soutenu Michael Mostyn, de B’nai Brith Canada.

     

    Les États-Unis n’ont jamais reconnu la souveraineté d’Israël sur une portion ou sur la totalité de Jérusalem, et ont toujours dit que le sort de la ville devrait être réglé dans le cadre de négociations entre Israéliens et Palestiniens.

     

    Le déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv — où les États-Unis et les autres pays ont installé leurs ambassades — à Jérusalem ne se produirait pas avant trois ou quatre ans, selon ce qu’ont indiqué des responsables américains avant l’annonce de Donald Trump.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.