Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lettre

    La poutre de la gouverneure générale

    15 novembre 2017 | Jean-Claude Bouchard, professeur de science politique au collège de Jonquière Jonquière, 14 novembre 2017 | Canada

    Il semblerait que la gouverneure générale du Canada, Mme Julie Payette, ne comprenne pas qu’au XXIe siècle la religion occupe plus d’espace que la science dans le monde contemporain. Permettez-moi de remettre la poutre dans l’oeil de Son Excellence.

     

    S’il existe une anomalie dans ce bas monde, c’est bien le caractère éminemment colonial du Canada. Du pouvoir héréditaire au tricorne et autres perruques, en passant par le God Save the Queen et l’espace folklorique accordé au français, tous les signes du pouvoir sont bassement coloniaux. Par conséquent, Madame la Gouverneure générale se trouve ministre d’un archaïque culte païen.

     

    Ainsi, Mme Payette est la représentante d’un monarque d’un autre pays, dont la devise — inscrite en français — est « Dieu est mon droit ». Qui plus est, la devise de l’ordre dont fait partie Élisabeth II est « Honni soit qui mal y pense ». Mme Payette devrait s’en inspirer avant de déclamer des âneries.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.