Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    Paradise Papers: le club des nantis

    Les fuites répétées de documents confidentiels provenant de firmes d’avocats spécialisées dans l’évasion et l’évitement fiscaux à grande échelle ont de quoi nous rendre encore plus cyniques envers les politiciens qui ferment les yeux pour protéger leurs amis de classe. Sans partage équitable de la richesse, la démocratie est menacée.


    La mondialisation de l’économie rendue possible grâce aux nouvelles technologies autant qu’à l’ouverture des frontières commerciales favorise la concentration de richesses entre les mains d’une infime minorité d’individus et d’entreprises.

     

    Selon certaines évaluations, dont celle du professeur Gabriel Zucman (Berkeley) rapportée cette semaine par le New York Times, le 1 % des plus riches de la planète possède aujourd’hui la moitié des richesses, alors que les 10 % les plus riches en contrôlent 90 %.

     

    Qu’on l’idéalise ou qu’on le démonise, il faut reconnaître que le système capitaliste a atteint un stade de développement que même Marx n’avait pas imaginé. Mais comme il continue de donner à manger et à consommer toujours davantage, y compris en Chine, grâce à la magie noire du crédit, on n’observe pas le moindre début de mouvement révolutionnaire comme les pères du communisme l’avaient prédit, surtout pas dans les ex-pays communistes.

     

    Au contraire, pour l’instant, les classes laborieuses les plus affectées par les inégalités de richesse ont plutôt tendance à appuyer des politiciens de droite qui avantagent ouvertement les plus riches. Cela pourrait changer si les gouvernements qui se font élire au nom du peuple ne mettent pas les bouchées doubles pour corriger les vices les plus scandaleux du système.

     

    Or l’un des plus grands symboles actuels du capitalisme véreux est bien cette fuite incessante de capitaux vers les paradis fiscaux à la faveur du laxisme des élites politiques, voire de leur complicité.

     

    Au seul cabinet Appleby d’où proviennent les milliers de documents confidentiels rendus publics cette semaine par le Consortium international de journalisme d’investigation, on a dénombré 31 000 clients américains et 3200 clients canadiens qui ont payé des dizaines de milliers de dollars pour cacher une partie de leurs avoirs dans des sociétés enregistrées dans un paradis fiscal, mais géré de New York, de Seattle, de Toronto ou de Montréal.

     

    Même d’anciens premiers ministres canadiens sont soupçonnés d’avoir eu recours à ce subterfuge. Mais ce sont surtout de riches familles telles que les Bronfman et les multinationales comme Nike, Apple et autres Google qui sont les plus habiles à contourner les lois des pays hôtes pour réduire leur facture d’impôts.

     

    Et quand un pays comme la Suisse resserre ses règles sous la pression de l’Union européenne ou de l’OCDE, l’entreprise déplace le siège social de sa filiale responsable de recevoir les milliards de revenus de droit d’auteur et d’exploitation des brevets vers une destination plus accommodante.

     

    Tous les experts reconnaissent la complexité de mener la lutte contre les paradis fiscaux. À l’échelle du monde, le travail avance lentement. Encore faut-il cependant qu’à l’échelle de notre propre territoire, tout soit mis en oeuvre pour changer ce qui peut l’être.

     

    Qu’est-ce que le gouvernement de Justin Trudeau attend pour annuler les conventions fiscales grâce auxquelles une société canadienne enregistrée à la Barbade n’a pas à payer d’impôt ici dès qu’elle respecte ses obligations là-bas alors qu’elle n’y produit rien ?

     

    Qu’est-ce qu’on attend pour serrer la vis aux banques canadiennes dont une partie des profits provient de leurs activités dans les paradis fiscaux du Sud qu’elles ont elles-mêmes contribué à populariser ?

     

    Qu’est-ce qu’on attend pour forcer les multinationales comme Netflix à percevoir les taxes en territoire canadien comme le Québec s’apprête à le faire ? Et qu’est-ce qu’on attend pour s’attaquer à certaines fiducies familiales dont le premier objectif est de réduire ou de reporter les impôts ?

     

    La réponse est malheureusement trop simple. Ce que l’on attend, c’est que la pression populaire devienne assez forte pour agir. Car, que l’on soit libéral ou conservateur, l’argent qui sert à se faire élire provient pour une bonne part de collectes de fonds organisées auprès des amis du parti. Le retour d’ascenseur des nantis.

     

    Pris au piège de leur propre passé de parti politique national de l’élite financière canadienne, les libéraux fédéraux doivent relire leur programme électoral. Car après seulement deux ans au pouvoir, le jupon dépasse déjà.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.