Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Neutralité religieuse: «Une comédie de l’intolérance»

    Politiciens et chroniqueurs du Canada anglais s’offusquent de la loi québécoise

    21 octobre 2017 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    À l’instar de plusieurs politiciens et chroniqueurs du Canada anglais, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, condamne la nouvelle loi québécoise.
    Photo: Jason Franson La Presse canadienne À l’instar de plusieurs politiciens et chroniqueurs du Canada anglais, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, condamne la nouvelle loi québécoise.

    Le projet de loi 62 est mal accueilli dans le reste du pays. Les provinces l’ont dénoncé à l’unanimité, tout comme les éditoriaux du Canada anglais, qui l’ont qualifié de manoeuvre d’« intimidation », d’« insensé » et de n’être rien de plus qu’une « comédie d’intolérance ».

     

    Geste rare à Queen’s Park : les partis se sont prononcés à l’unanimité contre la nouvelle loi québécoise sur la neutralité religieuse cette semaine.

     

    Bien que la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, salue sa « relation de travail étroite » avec Québec, « sur cet enjeu, nous sommes en profond désaccord », a-t-elle argué. « La liberté de religion fait partie de notre identité », a fait valoir Mme Wynne.

     

    « Forcer les gens à montrer leur visage quand ils prennent l’autobus, interdire aux femmes de porter un niqab lorsqu’elles empruntent un livre à la bibliothèque, cela va simplement nous diviser. Chacun de nous devrait pouvoir vivre sa vie et son quotidien, et pratiquer ce en quoi il croit, sans peur ni discrimination. C’est le genre de gestes qui créent des fossés au sein des communautés. Ce n’est pas acceptable à mes yeux, et ça ne devrait l’être pour aucun d’entre nous. »

     

    Son grand rival dans l’élection ontarienne de l’an prochain en a rajouté.

     

    « Si le fédéral ne mène pas la charge pour le Canada, et que cette loi raciste est adoptée, l’Ontario doit appuyer une contestation en vertu de la Charte [des droits et libertés] », statuait sur Twitter le chef du Parti progressiste-conservateur Patrick Brown — qui ne semblait pas savoir que la loi avait été officiellement adoptée par l’Assemblée nationale mercredi.

     

    Justin Trudeau vacille

     

    Le premier ministre Justin Trudeau s’est montré prudent depuis le vote final sur le projet de loi 62, martelant qu’il voulait s’assurer du respect des droits des Canadiens tout en respectant la juridiction du gouvernement québécois.

     

    De passage à Alma, vendredi, il a toutefois semblé ouvrir un peu plus la porte à la possibilité qu’Ottawa conteste la loi devant les tribunaux — après avoir affirmé la veille que « ce n’est pas au gouvernement fédéral de [la] contester ».

     

    « Je sais que les gens s’attendent à ce que je défende la Charte des droits, les droits de tous les Canadiens. […] Le gouvernement fédéral va étudier attentivement et assumer ses responsabilités là-dessus », affirmait désormais M. Trudeau vendredi.

     

    Les chroniqueurs du Canada anglais lui reprochaient, le matin même, une réponse trop timide à la loi 62.

     

    « La peur d’être présenté comme un chef fédéral interventionniste, au Québec, a adouci ses paroles », critiquait le Globe and Mail, rappelant que M. Trudeau avait qualifié d’« inacceptable » la charte des valeurs du Parti québécois et d’« inadmissible » la volonté des conservateurs de Stephen Harper d’exiger qu’une femme dévoile son visage pour prêter le serment de citoyenneté.

     

    L’Ontario n’est pas la seule à dénoncer la nouvelle loi québécoise.

     

    La première ministre albertaine, Rachel Notley, l’a qualifiée de « summum de l’islamophobie ». « L’adoption de cette loi est un triste jour pour le Canada », a-t-elle déploré.

     

    La ministre de la Justice du Manitoba, Heather Stefanson, a indiqué que sa province « ne singularisera pas un groupe de cette façon en contestant ses croyances ou ses pratiques religieuses ».

     

    Le maire d’Ottawa, Jim Watson, est aussi d’avis que la loi 62 est discriminatoire envers la liberté de religion des citoyens et leur accès aux services municipaux.

     

    La Ville estime d’ailleurs que la loi ne s’applique pas à ses employés municipaux qui travaillent au Québec — y compris ses chauffeurs d’autobus, dont le trajet de certains les mène à Gatineau.

     

    Les éditoriaux du reste du Canada n’ont pas non plus été tendres envers le Québec cette semaine.

     

    « La laïcité est devenue ces dernières années une matraque, utilisée par des politiciens qui veulent semer la division en exploitant les peurs et les préjugés des Québécois face aux immigrants qui ont un grand attachement à leur religion. […] La laïcité de la province était jadis une fierté. Le gouvernement en a maintenant fait un outil du sectarisme », dénonçait le Globe and Mail jeudi.

     

    Le National Post décrivait la loi 62 comme une « monstruosité » qui « ressemble à une comédie de l’intolérance au Québec ».

    La loi 62 « inapplicable », dit l’UMQ L’Union des municipalités du Québec fait son nid. La loi 62 sur la prestation et la réception de services à visage découvert « est inapplicable au milieu municipal », tranche son président, le maire de Sherbrooke, Bernard Savigny, en notant la « grande diversité des services municipaux ». « Les employés municipaux seront placés dans une position intenable pour faire appliquer cette loi », statue l’UMQ, qui représente quelque 300 municipalités totalisant environ 80 % de la population québécoise.

    Le constitutionnaliste Stéphane Beaulac soutenait dans Le Devoir que les villes n’ont techniquement pas le droit de se soustraire à l’application de la loi 62, car elles n’ont qu’un pouvoir délégué par la province. Mais elles pourraient donner une directive offrant un accommodement général en vertu duquel personne ne serait obligé de se dévoiler. Les neuf sociétés de transport du Québec ont pour leur part décidé de ne pas donner de consigne à leurs chauffeurs pour faire appliquer la loi.
    Hélène Buzzetti












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.