Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    L’astuce de Mélanie Joly

    Konrad Yakabuski
    18 octobre 2017 |Konrad Yakabuski | Canada | Chroniques

    La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, ne pouvait pas choisir un moment plus révélateur pour dévoiler sa nouvelle politique culturelle. C’était pendant la dernière semaine de septembre que les diffuseurs canadiens-anglais ont lancé la nouvelle saison de télévision, mettant de nouveau en évidence la domination des cotes d’écoute par des séries américaines.

     

    C’est ainsi que le réseau CTV, propriété du conglomérat de télécommunications BCE, a pu vanter sa performance en haut du palmarès avec des émissions comme Big Bang Theory, Young Sheldon et The Good Doctor. Une seule série dramatique canadienne — Murdoch Mysteries, en 24e position — s’est glissée dans les 30 émissions les plus écoutées au Canada anglais. C’était tout le contraire au Québec, où toutes les émissions dans le top-30 furent québécoises, en commençant par La voix junior à TVA, suivie par Unité 9 et District 31 à Radio-Canada.

     

    Vous n’avez pas besoin de regarder plus loin que ce palmarès pour comprendre pourquoi l’annonce de Mme Joly fut accueillie de façon si différente à Toronto et à Montréal. Les Canadiens anglais regardent très peu d’émissions canadiennes. Si une majorité d’entre eux se dit encore attachée à la CBC, cette affection semble relever de la pure nostalgie plutôt que de la fidélité à sa programmation. La part du marché de la télévision de CBC pendant des heures de grande écoute fut seulement de 5,5 % pendant la saison 2016-2017, alors que celle d’ICI Radio-Canada Télé fut de 20,9 % dans le Québec francophone.

     

    Le commun des mortels au Canada anglais ne voit pas de menace culturelle dans l’emprise des séries américaines sur les ondes de télévision ou sur Internet. Force est de constater qu’ils s’identifient souvent bien plus aux personnages des séries états-uniennes qu’à ceux, souvent beaucoup plus ennuyeux, qui sont représentés dans les séries locales. Taxer leur abonnement à Netflix ne relèverait selon eux que d’une tentative des gouvernements d’encore piger dans leurs poches. Lorsque le CRTC a lancé son initiative Parlons télé (Let’s Talk TV en anglais) en 2013, demandant aux Canadiens ce à quoi ils s’attendaient de l’agence de réglementation dans l’ère numérique, ils ont surtout répondu qu’ils voulaient voir de la publicité américaine pendant le Super Bowl plutôt que les annonces canadiennes ennuyeuses qui les remplaçaient.

     

    C’est ainsi que l’annonce de Mme Joly selon laquelle Ottawa ne taxera pas les abonnements à Netflix et s’appuiera plutôt sur la volonté de Netflix de dépenser 500 millions de dollars dans la production de contenu canadien d’ici cinq ans n’a pas suscité au Canada anglais la réaction négative qu’elle a provoquée au Québec. La politique culturelle au Canada anglais demeure l’affaire d’une élite culturelle, alors qu’au Québec elle est d’une importance beaucoup plus grande auprès de la population en général. Les sensibilités politiques ne sont pas les mêmes.

     

    Bien sûr, les créateurs canadiens-anglais — comédiens, scénaristes, réalisateurs, etc. — ont déploré l’absence dans l’annonce de Mme Joly de mesures coercitives obligeant Netflix à produire du contenu canadien (selon la définition stricte du CRTC) ou à contribuer au Fonds des Médias du Canada. Mais chez les maisons de production du Canada anglais, la réaction fut plutôt favorable. « L’entente avec Netflix a le potentiel d’être une mesure positive intérimaire si elle crée des occasions pour une production d’indépendance accrue des histoires canadiennes »,a déclaré la Canadian Media Producers Association. Son pendant québécois, l’Association québécoise de la production médiatique, a eu un tout autre réflexe. Déplorant le peu de détails fournis par la ministre sur l’entente avec Netflix, l’AQPM a dit ignorer « conséquemment si ces productions originales seront uniquement des oeuvres canadiennes ou si des oeuvres américaines tournées au Canada pourront se qualifier également ».

     

    L’ancien vice-président du CRTC, Peter Menzies, a dit comprendre la décision de Mme Joly. « Vers la fin de 2016, les producteurs indépendants m’ont livré un message uni, et j’imagine à d’autres personnes : ne faites rien par rapport à Netflix. Ils sont des partenaires extraordinaires qui versent beaucoup d’argent dans notre industrie au Canada » a-t-il écrit dans le Times Colonist de Victoria en Colombie-Britannique.

     

    Si Netflix dépense 100 millions de dollars de plus par année dans la production au Canada — même si cette production ne répond pas à la définition actuelle du contenu canadien —, les producteurs, les techniciens et les traiteurs qui bénéficient de ces dépenses au Canada anglais ne se plaindront pas. Et si le modèle Netflix devient la norme au Canada anglais, ce qui est tout à fait probable étant donné que la télévision conventionnelle se meurt, les créateurs des « histoires canadiennes » auront simplement besoin de s’adapter aux nouvelles réalités.

     

    Pensez-vous que les électeurs du Canada anglais puniront les libéraux pour avoir abandonné les créateurs des émissions canadiennes qu’ils ne regardent pas ? Ils risquent plutôt de les féliciter de ne pas avoir augmenté leurs taxes.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.