Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    «Rafle des années 1960»: les Métis déplorent leur exclusion de l'entente

    10 octobre 2017 22h42 |La Presse canadienne | Canada
    Le président du Conseil national des Métis, Clément Chartier
    Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le président du Conseil national des Métis, Clément Chartier

    Ottawa — Le président du Conseil national des Métis se dit déçu de ne pas avoir été informé par le gouvernement fédéral de l’entente de compensation conclue avec les victimes de la « rafle des années 1960 », durant laquelle des enfants autochtones ont été arrachés à leur famille et placés dans des familles d’accueil non autochtones.

     

    Le gouvernement fédéral a annoncé la semaine dernière qu’il verserait jusqu’à 750 millions de dollars en indemnisation aux victimes qui possèdent le statut d’Indien ou d’Inuit.

     

    Le président du Conseil national des Métis, Clément Chartier, a déclaré à La Presse canadienne que depuis l’annonce de l’entente, son organisme avait reçu de nombreux appels de Métis victimes de la « rafle ». Ces gens cherchent à savoir comment leur cas sera traité.

     

    Duane Morrisseau-Beck, directeur d’un organisme d’aide aux victimes autochtones des politiques de protection de l’enfance et lui-même victime de la rafle des années 1960, confie être devenu très émotif après avoir pris connaissance du règlement entre le fédéral et les Autochtones.

     

    Selon M. Morrisseau-Beck, de nombreux autres Métis se sentent laissés de côté comme lui.

     

    Au bureau de la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, on assure être engagé à travailler avec les peuples autochtones touchés par la rafle des années 1960, ajoutant que les provinces et territoires ont aussi fait preuve de leadership pour résoudre les litiges en cours.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.