Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Neutralité religieuse: Singh change d’avis

    Le chef du NPD s’oppose toujours au projet de loi 62, mais avec un bémol

    3 octobre 2017 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, a réitéré sa conviction que les tribunaux invalideront le projet de loi 62 au nom du respect des chartes des droits et libertés.
    Photo: Chris Young La Presse canadienne Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, a réitéré sa conviction que les tribunaux invalideront le projet de loi 62 au nom du respect des chartes des droits et libertés.

    Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, s’oppose toujours au projet de loi 62 ordonnant la prestation et la réception de services publics à visage découvert. Mais il reconnaît qu’il ne lui reviendra pas, en tant que politicien fédéral, de mener la charge judiciaire contre cette législation québécoise.

     

    « Ce n’est pas notre juridiction de faire cela », a déclaré M. Singh, qui était de passage à Ottawa au lendemain de son élection décisive à la tête du NPD. Il aurait donc changé d’avis ? lui ont demandé les journalistes. « Ce n’est pas mauvais de changer d’avis. »

     

    Jagmeet Singh a créé des remous dans les rangs québécois de son parti pendant la course au leadership lorsqu’il a laissé entendre en entrevue avec le Huffington Post qu’il se joindrait à une contestation judiciaire advenant l’adoption de la loi. Il a rappelé lundi qu’il n’aimait toujours pas ce projet de loi.

     

    « Je respecte la juridiction du Québec, mais en même temps, c’est à moi de dire ma position sur les lois. Si un gouvernement, une nation veut privatiser quelque chose, c’est à moi comme néodémocrate de dire non, je ne pense pas que cela profitera aux gens. Alors de la même façon si quelque chose brime les droits de la personne, c’est à moi de dire non, je ne suis pas d’accord. »

     

    Le nouveau chef du NPD a réitéré sa conviction que les tribunaux invalideront la loi québécoise au nom du respect des chartes des droits et libertés.

     

    Démission

     

    Jagmeet Singh a confirmé qu’il démissionnera de son siège à l’Assemblée législative ontarienne qu’il détient depuis 2011. Il n’imitera donc pas la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, qui a été très critiquée pour avoir choisi de demeurer députée à Québec jusqu’à l’élection provinciale de 2018. « J’aurai un salaire versé par le parti et on aura des conversations pour compléter les détails », a révélé M. Singh.

     

    Pour l’instant, il n’a pas l’intention de briguer un siège à la Chambre des communes avant l’élection fédérale générale de 2019, même s’il se montre ouvert à changer d’avis. Une occasion se présentera sous peu puisque le décès du député libéral Arnold Chan forcera la tenue d’une élection partielle dans la circonscription torontoise de Scarborough-Agincourt.

    Je respecte la juridiction du Québec, mais en même temps, c’est à moi de dire ma position sur les lois
    Jagmeet Singh, chef du NPD

    M. Singh s’est fait demander ce qu’il pensait du fait qu’il avait pu entrer librement dans l’édifice du parlement bien que portant son kirpan, le petit couteau symbolique sikh, alors qu’il aurait été interdit d’accès à l’Assemblée nationale. La Cour supérieure a validé en 2015 cette restriction.

     

    « Il y a des différences qui existent entre toutes les provinces, toutes les nations. Il y a des règlements [différents] entre chaque nation, chaque province », s’est-il borné à répondre.

     

    Par ailleurs, M. Singh semble avoir pardonné à son député Pierre Nantel, qui avait déclaré que ses symboles religieux ostentatoires étaient incompatibles avec les attentes des Québécois envers leurs leaders politiques.

     

    M. Nantel a posé les troisième et quatrième questions néodémocrates lors de la période de questions, ce qu’il faut voir, selon le député Alexandre Boulerice, comme « un signe de confiance ».

     

    M. Singh dévoilera sous peu son choix de leader en Chambre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.