Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Jagmeet Singh l’emporte avec 53,8% des voix

    Élu au premier tour, l’Ontarien de 38 ans succède à Thomas Mulcair

    2 octobre 2017 | Hélène Buzzetti - Avec La Presse canadienne | Canada
    Le néodémocrate provincial Jagmeet Singh a célébré avec entrain sa victoire comme chef du NPD fédéral, dimanche soir, à Toronto. Il devient ainsi le premier chef d’un parti fédéral à être issu d’une minorité visible.
    Photo: Chris Young Le Presse canadienne Le néodémocrate provincial Jagmeet Singh a célébré avec entrain sa victoire comme chef du NPD fédéral, dimanche soir, à Toronto. Il devient ainsi le premier chef d’un parti fédéral à être issu d’une minorité visible.

    Jagmeet Singh a réédité l’exploit de feu Jack Layton, dimanche à Toronto, en réussissant, comme l’avait fait son prédécesseur en 2003, à se faire élire à la tête du NPD dès le premier tour malgré son statut d’outsider. De l’avis de bien des militants consultés, il doit maintenant mettre les bouchées doubles pour convaincre les Québécois de lui faire confiance en 2019. Et surtout, il doit éviter de faire une Martine Ouellet de lui-même et renoncer immédiatement à son siège à Queen’s Park.

     

    Jagmeet Singh, 38 ans, a succédé à Thomas Mulcair et est devenu le huitième chef de l’histoire du NPD au terme d’une course à la chefferie de presque un an et demi. Il est aussi le premier chef d’un parti fédéral à être issu d’une minorité visible. Il a remporté le trône avec 53,8 % du vote, devançant facilement Charlie Angus (19,4 %), Niki Ashton (17,4 %) et Guy Caron (9,4 %). Il ne lui a fallu que 35 266 voix puisqu’à peine 53 % des 124 000 membres se sont donné la peine de voter.
     

     


    Dans son discours, Jagmeet Singh a voulu remercier son adversaire Guy Caron pour avoir « rappelé l’importance de bien comprendre le Québec et de proposer aux Québécois une offre politique à leur image ». Il n’a cependant pas pipé mot sur l’épineuse question de la laïcité, dont M. Caron s’était fait le relais dans la course. Le candidat québécois s’était porté à la défense du droit de l’Assemblée nationale d’adopter, sans interférence fédérale, le projet de loi 62 imposant la prestation et la réception de services publics à visage découvert. M. Singh non seulement s’oppose au projet de loi 62, mais a laissé entendre qu’il en appuierait une contestation judiciaire.

     

    Le dossier de la laïcité

     

    C’est à cause de cette prise de position que de nombreux militants québécois interrogés par Le Devoir s’inquiètent de l’élection de M. Singh. C’est le cas de l’ex-député Pierre Dionne Labelle. « Je suis déçu, évidemment. » Il estime qu’aller à l’encontre d’une décision de l’Assemblée nationale serait contraire à la déclaration de Sherbrooke, un document adopté par les militants néodémocrates qui reconnaît le Québec comme société distincte. « J’avais adhéré au NPD à cause de la déclaration de Sherbrooke. Je réalise qu’elle n’a pas de poids. »

     

    « Les militants du NPD n’ont pas compris la nature de la défaite de 2015 », continue M. Dionne Labelle en faisant référence au débat sur le niqab. « Ça rend beaucoup plus compliquée la tâche d’atteindre le niveau d’appuis nécessaires pour gagner des comtés », croit-il. Il renonce à se porter candidat en 2019. « Si cela avait été Peter Julian [qui s’est désisté en cours de course], je me serais présenté. Mais non, pas avec Jagmeet Singh. »

     

    La déception est toute aussi amère du côté de l’ex-député Alain Giguère. Il reproche à M. Singh « sa difficulté à accepter que, quand on reconnaît à une entité un droit à l’autodétermination, tu renonces à lui dicter quoi faire ». La côte s’annonce abrupte, selon ce vieux routier néodémocrate. « Mon travail est d’éviter que des gens claquent la porte. Mais de dire que ça se passe bien serait un gros mensonge. C’est difficile d’être convaincant quand on n’est pas convaincu. On va essayer de vivre avec. »

     

    Pour sa part, l’ex-député François Lapointe estime que l’élection de Jagmeet Singh « est un quitte ou double ». Il croit possible que M. Singh, ayant été grandement sous-estimé, surprenne au point de créer « un effet de levier ». Mais s’il ne s’avise pas de rectifier le tir sur la laïcité, « Jagmeet Singh va cristalliser un NPD à 9 % au Québec ». Il pense néanmoins qu’il y a plus de chances que le second scénario se produise car, ces jours-ci, dit-il, « la gauche veut manger de l’intolérant ». La base de M. Singh ne lui pardonnerait donc aucune compromission.

     

    Sur Twitter, l’ex-députée Françoise Boivin a écrit : « Ça démontre en chiffres que le NPD doit se retrousser les manches et travailler fort pour reprendre son influence québécoise. »

     

    L’actuel député Robert Aubin se réjouit au contraire du résultat convaincant obtenu par le nouveau chef, bien qu’il soit triste que son poulain, Guy Caron, ait obtenu un score si faible. Après bien des hésitations, il admet qu’il partageait la position de M. Caron sur le droit du Québec de voter les lois de son choix. « Un jour, j’espère que Jagmeet Singh en vienne à cette conclusion. »

     

    Hélène Laverdière, la seule députée québécoise qui a appuyé M. Singh dans la course, estime qu’une victoire au premier tour, « c’est une belle marque d’unité ». Elle ne craint pas de déconfiture électorale. « Je suis convaincue que les Québécois vont être à l’écoute et vont aller au-delà des apparences. »

     

    Et son siège ?

     

    Jagmeet Singh est député provincial en Ontario. Quittera-t-il son siège ou imitera-t-il la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, qui demeure députée à l’Assemblée nationale d’ici au scrutin de 2018 ? L’élection ontarienne doit avoir lieu d’ici juin. Au moment de mettre sous presse, son équipe n’avait pas répondu à la question.

     

    « Il ne devrait plus siéger à Queen’s Park, de même que c’est un non-sens que Martine Ouellet pilote le Bloc québécois depuis l’Assemblée nationale », tranche Karl Bélanger, ancien directeur national du NPD et premier secrétaire de Thomas Mulcair. Il a servi sous Jack Layton ainsi que sous Alexa McDonough. D’ailleurs, il rappelle que Mme McDonough avait démissionné de la législature néoécossaise quelques jours après avoir été élue chef fédérale en 1995. M. Giguère et M. Lapointe pensent tous deux que Jagmeet Singh doit démissionner, question d’éviter la même volée de bois vert reçue par Mme Ouellet. « J’estime que le NPD a les moyens de lui payer un salaire », dit M. Giguère.

     

    Jagmeet Singh a réitéré qu’il n’avait pas l’intention de se faire élire à la Chambre des communes avant l’élection générale de 2019, bien qu’il se dise ouvert à reconsidérer sa décision. Son équipe estime qu’il sera plus efficace sur le terrain à rebâtir le parti. « Regardez ce qu’on a réussi à faire en quelques mois à peine. Imaginez ce qu’on peut construire tous ensemble en deux ans ! » a d’ailleurs lancé M. Singh dans son discours.

     

    Après avoir rappelé les raisons l’ayant poussé à apprendre le français, M. Singh a fait une promesse aux Québécois :

     

    « Je serai un allié dans la défense et la promotion de votre langue et de votre culture ! »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.