Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    À Ottawa, le carillon de la Tour de la Paix sera-t-il réduit au silence?

    22 août 2017 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Le carillon d’Ottawa se distingue de Big Ben du fait qu’il compte 53 cloches, contre seulement 5 à Londres.
    Photo: iStock Le carillon d’Ottawa se distingue de Big Ben du fait qu’il compte 53 cloches, contre seulement 5 à Londres.

    Alors que Big Ben a été condamné au silence pour que s’entendent mieux les pics des restaurateurs, le sort de son cousin canadien demeure un mystère. On ignore toujours, à Ottawa, si le carillon de la Tour de la Paix restera en fonction lorsque l’édifice du Centre qu’il jouxte fermera ses portes en 2018 pour une longue cure de rajeunissement.

     

    « Aucune décision n’a encore été prise », indique au Devoir Andrea McCrady, la carillonneuse en titre. « J’imagine que lorsqu’une décision sera prise, je serai parmi les premières informées ! »

     

    Le carillon d’Ottawa se distingue de Big Ben du fait qu’il compte 53 cloches, contre seulement 5 à Londres — Big Ben lui-même ainsi que les quatre quarter bells marquant les quarts d’heure.

     
    53
    Nombre de cloches du carillon de la Tour de la Paix à Ottawa. À Londres, Big Ben n’en compte que cinq.

    Aussi le carillon canadien ne marque-t-il pas seulement les heures et leurs quarts. Il est utilisé comme instrument de musique : le carillonneur du Dominion — Mme McCrady depuis 2008 — exploite ses quatre octaves et demie chaque jour pour livrer une ritournelle sur l’heure du midi. L’été, le concert quotidien dure une heure.

     

    Mme McCrady ignore donc si elle aura encore un emploi l’été prochain, date à laquelle l’édifice abritant la Chambre des communes et le Sénat sera vidé pour être rénové.

     

    Cette fermeture s’inscrit dans un vaste programme de restauration de l’enceinte parlementaire. La bibliothèque a été entièrement restaurée (136 millions), tout comme l’édifice Wellington, qui abrite notamment des salles de comité (425 millions).

     

    Toujours coiffé de grues, l’édifice de l’Ouest devrait rouvrir ses portes à l’été 2018 (863 millions). C’est dans ce bâtiment, où une Chambre des communes temporaire au plafond de verre a été construite, que seront déménagés les occupants et activités de l’édifice du Centre.

     

    L’échéancier et le budget pour la restauration de ce dernier ne sont pas encore finalisés, mais en 2008, on avait estimé qu’il faudrait un demi-milliard de dollars et sept ans pour achever ce volet du projet.

     

    À Londres, Big Ben doit se taire, car il aurait assourdi les travailleurs devant restaurer la tour elle-même. À Ottawa, la situation pourrait être différente, puisque les travaux s’effectueront dans l’édifice contre lequel s’appuie la Tour de la Paix.

     

    Quant aux comparaisons, il faut savoir que Big Ben pèse 13 760 kilogrammes contre 10 090 pour le bourdon d’Ottawa. Il est aussi plus vieux : Big Ben a sonné pour la première fois en 1859, tandis que le carillon d’Ottawa a été inauguré en 1927.

     

    La tour de Big Ben s’élève à 96 mètres, tandis que la Tour de la Paix n’en fait que 91.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.