Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Libre opinion

    Le français, une langue officielle malmenée

    18 juillet 2017 | Romain Gagné - Québec | Canada
    La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly
    Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly

    Encore une fois, le gouvernement fédéral vient s’excuser pour avoir malmené la langue française dans ses communications écrites. Lors du dernier gala de remise des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle, le compte Twitter officiel de cette institution a commis des fautes grossières dans sa description des événements. La Fondation des Prix du Gouverneur général s’est excusée et la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, s’est engagée à faire respecter la Loi sur les langues officielles.

     

    Décidément, le gouvernement fédéral souffre d’une ahurissante compulsion de répétition d’excuses relativement au manque de respect de sa Loi. En guise d’explication, on invoquera le manque de temps, le fait que l’erreur est humaine ou, plus désolant encore, on pointera les limites des logiciels de traduction. J’ignore si l’auteur des fautes s’est servi du nouvel outil de traduction automatique déployé par le Bureau de traduction, mais si c’est le cas, on pourra conclure que cet outil ne s’est vraiment pas amélioré. En effet, dès son lancement au printemps 2016, il multiplia les erreurs, dont celle-ci : « To decline our invitation » devenait « diminuer notre invitation ». Interrogé sur ces problèmes de traduction, le député libéral d’Hull-Aylmer, où se trouve le Bureau, Greg Fergus, déclarait que son parti est celui de la politique des langues officielles, et il s’attend à ce « qu’on adresse cette question [sic] comme il faut ». Très rassurant ! La directrice générale du Bureau, Donna Achimov, précisait, elle, que les gens peuvent toujours faire des plaintes. Belle affaire !

     

    Au mois de mai de cette année, autres excuses : le bureau de la ministre de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, reconnaissait, à la suite d’une lettre d’une citoyenne, que « la situation était inacceptable » sur le plan de la qualité de la langue française dans ses communications aux citoyens et promettait d’y voir.

     

    Stéphane Dion, dans une allocution du 19 juin 2015 (« L’avenir du français au Canada »), affirmait que « le gouvernement fédéral doit faire progresser le bilinguisme dans sa fonction publique et considérer la maîtrise des deux langues officielles comme une compétence nécessaire pour les postes de responsabilité supérieure y compris, bien sûr, le poste de vérificateur général ou celui de ministre des Affaires étrangères ».

     

    Quelle ironie ! Une des raisons officieuses avancées pour expliquer la chute du ministre en 2017 fut précisément ses difficultés… en anglais. À quand la démission de ministres anglophones unilingues ?

     

    Respect du français

     

    Même le Bureau du Conseil privé n’est pas en reste quant au peu de respect du français. La première version française des notes biographiques du premier ministre accessibles sur son site web officiel comportait en effet cinq fautes en 500 mots, selon deux linguistes expertes consultées par La Presse, édition du 31 mai 2017. Le cabinet du premier ministre avait reconnu que ces fautes étaient inacceptables et que « la qualité de la langue française était une priorité pour notre gouvernement ». Mais des interventions du premier ministre lui-même à la période des questions soulèvent un doute sérieux sur le respect de cette priorité : « Ils [les conservateurs] ont truqué les numéros » pour « Ils ont manipulé les chiffres » ou encore « il ne faut pas favoriser la croissance au coût de l’environnement » pour « il ne faut pas favoriser la croissance au prix de l’environnement ».

     

    On pourrait multiplier ces exemples désolants. Ne voir que de simples anecdotes dans ces « étranges » phrases constitue même le symptôme le plus révélateur du mépris du français au sein du gouvernement. Non seulement viole-t-on, par le peu d’importance attachée à cette langue, la Loi sur les langues officielles, et ce, au plus haut niveau institutionnel, mais on vient saper le travail des enseignants et des parents qui s’appliquent quotidiennement à transmettre à leurs enfants la maîtrise de la langue française !













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.