La Cour supérieure refuse de geler les avoirs d’Omar Khadr

L'ancien enfant-soldat Omar Khadr
Photo: Amber Bracken Archives La Presse canadienne L'ancien enfant-soldat Omar Khadr

Toronto — La Cour supérieure de l’Ontario a rejeté, jeudi, la demande d’injonction présentée par la veuve d’un soldat américain, qui voulait faire geler au plus tôt les avoirs d’Omar Khadr.


Tabitha Speer souhaite qu’un jugement prononcé en Utah il y a deux ans soit appliqué au Canada. Ce jugement ordonne à Omar Khadr de verser une compensation de 134 millions $US à Mme Speer et à un autre soldat blessé en Afghanistan en 2002.


Le sergent Chris Speer avait été tué lors d’une opération au cours de laquelle le jeune Omar Khadr, alors âgé de 15 ans, avait été blessé avant d’être arrêté puis emprisonné et torturé à Guantánamo pendant des années pour crimes de guerre. M. Khadr a récemment obtenu du gouvernement canadien des indemnités — de 10,5 millions, selon plusieurs médias — pour violation de ses droits fondamentaux.


Mme Speer avait demandé au tribunal de prononcer une injonction afin de geler immédiatement les actifs de M. Khadr en attendant l’audition de la cause sur le fond, pour faire appliquer au Canada le jugement américain.


Le juge Edward Belobaba, de la Cour supérieure de l’Ontario, a qualifié jeudi la requête de Mme Speer d’« exceptionnelle », et il n’a pas hésité à la rejeter en invoquant des motifs de droit.


Omar Khadr a admis à Guantánamo qu’il avait lancé la grenade ayant tué le sergent Speer, mais il a plus tard soutenu qu’il avait fait ces aveux dans le seul but de quitter la prison américaine et de purger sa peine au Canada.

1 commentaire
  • Jacques Sideleau - Abonné 13 juillet 2017 16 h 59

    La mauvaise cible

    Je suis heureux de ce jugement et pour Omar Khadr, un enfant-soldat au moment où le soldat Speer a été tue, n'en déplaise à nos amis conservateurs qui n'ont rien à foutre des lois canadiennes et internationales. Quand des soldats d'un pays envahissent un autre pays, ne s'attendent-ils pas à ce qu'un certain nombre ne reviennent pas chez eux, etant tués au combat? C'est le sort des soldats lors d'une guerre, autant du côté des assaillants que des assaillis. Cette demande d'injonction est complètement loufoque à mon avis. Il est inimaginable que les parents de chacun des milliers de soldats tués au combat poursuivent chacun des milliers de soldats tueurs, autant d'un côté que de l'autre. Compte tenu de la multitude de cas à traiter, l'enquête serait d'une durée interminable et la justice en aurait pour combien de temps à régler tous ces cas, sans compter les autres guerres qui se succèdent en même temps? Mission impossible. Votre époux et vous-même, madame Speer, auriez dû savoir au départ lors de l'appel aux armes par le gouvernement Bush, qu'être tué au combat est un destin possible en temps de guerre et que les soldats afghans allaient défendre leur pays a la suite de l'invasion américaine de l'Afghanistan en 2002. Vous devriez plutôt poursuivre le gouvernement américain, madame Speer, pour sa décision d'envahir l'Afghanistan.