Jagmeet Singh nuirait aux chances du NPD au Québec, selon certains

Le candidat à la direction du NPD Jagmeet Singh s’identifie trop à sa religion, selon des membres québécois de la formation politique.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Le candidat à la direction du NPD Jagmeet Singh s’identifie trop à sa religion, selon des membres québécois de la formation politique.

L’inquiétude gagne les rangs québécois du NPD. Plusieurs militants s’affolent que leurs collègues du reste du Canada ne les écoutent pas lorsqu’ils les mettent en garde contre les périls électoraux d’élire Jagmeet Singh chef. M. Singh, qui est sikh pratiquant, milite pour exempter ses coreligionnaires du port du casque à moto et s’est fait le porteur des objections de sa communauté lors de l’implantation d’un cours de sexualité dans les écoles ontariennes. Certains craignent qu’une telle foi active ne passe pas la rampe dans un Québec enclin à la laïcité.

C’est le cas de Pierre Dionne Labelle, l’ex-député de Rivière-du-Nord qui a été défait en 2015. Quand on lui demande si un NPD dirigé par Jagmeet Singh, qui porte kirpan et turban, constituerait peut-être un frein pour le parti au Québec, il répond : « Peut-être, vous dites ? C’est sûr. Après la dernière campagne électorale que nous avons vécue et la place que les signes religieux ostentatoires ont prise. […] Ça a divisé totalement la population. D’avoir un chef qui porterait des signes ostentatoires, on n’est pas prêts. » Il ajoute : « Est-ce que je serais à l’aise avec ça ? Je ne le pense pas. »

Jagmeet Singh est l’un des quatre candidats restants dans la course au leadership du NPD fédéral. Depuis le retrait de la course de Peter Julian, qu’appuyait une dizaine d’élus ou ex-élus du Québec, dont M. Dionne Labelle, il est présumé être en tête de la course plus ou moins à égalité avec Charlie Angus.

Député à Queen’s Park, M. Singh a déposé en 2013 un projet de loi modifiant le Code de la route pour exempter les motocyclistes sikhs de l’obligation de porter un casque. Malgré l’opposition de la première ministre Kathleen Wynne, il est revenu à la charge en septembre dernier. Le projet de loi dispense du port d’un casque tout sikh qui a « les cheveux, la barbe et les poils non coupés » et qui « porte habituellement un turban composé d’au moins cinq mètres carrés de tissu ». Cette exemption existe en Colombie-Britannique et au Manitoba.

En 2015, l’Ontario est en proie à un violent débat concernant le nouveau cours d’éducation sexuelle. Il enseigne aux enfants à nommer les parties génitales en première année, aborde l’identité de genre en troisième, la masturbation en sixième, la contraception, le sexe oral et anal en septième et huitième années. L’opposition est principalement le fait des communautés religieuses, autant les fondamentalistes chrétiennes que les musulmanes ou sikhes. Jagmeet Singh fait sourciller ses collègues néodémocrates en donnant l’impression d’être dans le camp des opposants.

« L’Ontario est une province diversifiée et nous devons respecter la diversité de croyances lorsqu’il s’agit d’éduquer nos enfants, déclare-t-il à l’Assemblée législative. Plusieurs personnes sont d’accord que l’éducation à la santé est importante, mais mes commettants s’interrogent sur le caractère approprié de certains contenus pour les âges proposés. Mes commettants méritent d’être entendus et le gouvernement a la responsabilité de répondre à leurs préoccupations. »

M. Singh s’est défendu par la suite d’avoir seulement invité le gouvernement à procéder à plus de consultations (même si le curriculum avait été concocté après avoir consulté 4000 parents). On le voit dans une vidéo devant une assemblée de « parents ontariens opposés au cours d’éducation sexuelle à partir de la première année » les invitant à bien s’informer avant de s’y opposer. Jamais ne mentionne-t-il son accord avec le cours.

Pour M. Dionne Labelle, ces deux exemples posent problème. « Si sa religion commence déjà à influencer ses intentions parlementaires, ça ne regarde pas bien. »

Une autre source néodémocrate du Québec qui refuse d’être identifiée craint l’élection de M. Singh à la tête du parti pour les mêmes raisons. « Les Québécois sont réticents à l’inclusion de la foi religieuse en politique, et quand M. Singh parle pour sa communauté à propos du port du casque, j’ai peur que les Québécois ressentent cela comme une priorité communautariste. Au même titre qu’un conservateur évangéliste créationniste imposerait sa foi sur les politiques qu’il mettrait en avant. Alors, la difficulté potentielle de M. Singh n’est pas nécessairement liée à son apparence, mais à comment sa foi influencera ce qu’il proposera comme politique. »

Il se désole aussi que le député n’ait pas eu le courage de défendre l’éducation sexuelle auprès de sa communauté. « Il faut consulter, ça voulait dire quoi au juste ? Que c’est la communauté qui décide ce qui sera enseigné dans les cours ? »

Une seconde source anonyme bien branchée au NPD soutient que « ça brasse dans les rangs. Les députés du Québec sentent qu’il n’y a pas d’écoute de la part des députés du Canada anglais par rapport à ça. Il y a un vent de panique parce qu’ils ne savent pas quoi faire ». Selon cette personne, il y aurait même des élus qui songeraient à ne pas se porter candidats à la prochaine élection « parce qu’ils pensent qu’ils perdraient avec Jagmeet Singh comme chef ».

Selon cette source québécoise, un mouvement ABS — « anybody but Singh » — est improbable, toute critique étant assimilée à du racisme ou à tout le moins de l’intolérance. « Les gens ne voient pas la réflexion intellectuelle plus profonde. Et ça n’aide pas que le crucifix soit encore à l’Assemblée nationale. Ça donne l’impression qu’on est contre la religion sauf quand c’est la nôtre ! »

M. Dionne Labelle déplore cette surdité. « J’ai un souci par rapport à la représentation du Québec au sein du NPD. On a été forts sous Jack Layton et Thomas Mulcair. Mais ça m’inquiète de voir une régression de la connaissance de la réalité québécoise de la part du chef. » Il se dit enclin à appuyer Guy Caron dans la course maintenant que Peter Julian n’en fait plus partie. Les Québécois ne forment qu’environ 4 % du membrariat total du NPD. Dans une course où le chef est choisi selon la formule « un membre, un vote », le Québec ne pèse pas lourd même si plus du tiers de sa députation en vient.

L’équipe de M. Singh a indiqué que ce dernier n’était pas disponible pour une entrevue. Mais par courriel, elle fait dire que, en ce qui concerne le cours d’éducation sexuelle, M. Singh aurait voulu que le gouvernement ontarien « parle avec les communautés culturelles ».

Le député Pierre-Luc Dusseault tempère l’angoisse québécoise supputée envers M. Singh. « Je l’entends surtout des analystes et des médias, pas nécessairement des militants. […] Il pourrait être aimé au Québec. » Néanmoins, il admet que, sur la question de l’éducation sexuelle, M. Singh a manqué de clarté. « Il va devoir répondre à certaines questions et clarifier certaines de ses positions s’il veut devenir chef du NPD. Il va falloir qu’il soit plus clair que dans ses prises de position passées. » M. Dusseault appuyait Peter Julian.

Trois autres députés québécois qui appuyaient Peter Julian dans la course se sont dit sous le choc de l’abandon de leur poulain. Tous manifestent le désir que les quatre candidats restants fassent preuve d’une grande connaissance du Québec. « Il faut visiter le Québec, et pas juste Montréal et Québec. Il faut aller partout. Pour pouvoir prendre le pouls de cette nation », lance François Choquette. Robert Aubin parle de l’importance d’avoir une « connaissance profonde » du Québec pour devenir chef. Quant à Brigitte Sansoucy, elle entend mettre les bouchées doubles pour vendre des cartes de membre dans la province pour en augmenter le poids pour le choix du futur chef.

31 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 11 juillet 2017 02 h 51

    Pas de problème si...

    "exempter ses coreligionnaires du port du casque à moto" ?
    S'il n'en tenait qu'à moi : pas de problème.
    Pas de problème, mais à condition bien entendu que les individus qui s'en dispensent se dispensent aussi de faire porter les conséquences financières immédiates et éloignées, directes et indirectes et matière de santé, déducation et de travail, auprès de l'individu touché mais aussi de ses proches, d'un tel refus en cas d'accident de la route...
    Impossible à faire ?
    Alors, peu importe ce que le Canada en pense et fait ailleurs qu'au Québec, chez nous c'est non à cette exemption.
    D'ailleurs, le code de la route n'est-il pas de responsabilité des provinces ?
    La liberté des individus n'est-elle pas une question de juste équilibre entre le droit des uns et celui des autres ?
    S'arrêtant là où celle des autres commence ?
    La solidarité d'une société toute entière ne peut être obligée que dans la mesure où l'individu accepte lui-même de jouer le jeu des exigences minimales en responsabilité. Pour un adulte, refuser volontairement et en toute connaissance de cause d'adopter un comportement non seulement fait de bon sens mais de protection de base en matière de handicap et/ou de mort, dispense la société dans laquelle il se trouve de la charge de responsabilité à notre endroit.
    Et je ne parle pas ici, bien entendu, de ces comportements nuisibles en matière de santé qui sont déviants mais qui viennent en conséquences de la société elle-même (hypo ou l'hyperkinésisme, surconsommation alimentaire, abus d'alcool et drogues, comportements sexuels obsessionnels, etc.) et dont le traitement et les soins doivent être pris en compte au nombre des actes de solidarité normale d'une société.
    La différence fondamentale entre ces derniers et le port du casque étant la détermination claire et nette de la personne à refuser la protection minimale exigée par une société qui pourtant, accepte de payer pour les suites d'un accident de la route...
    Merci de lecture.

    • Serge Lamarche - Abonné 11 juillet 2017 14 h 23

      Le port du casque en moto n'est pas obligatoire partout au monde. De plus, le turban est une protection de la tête probablement assez efficace.

    • Yves Côté - Abonné 11 juillet 2017 17 h 27

      Monsieur Lamarche, là où le casque n'est pas obligatoire en moto, l'Etat n'est pas l'assureur universel des personnes qui conduisent...
      En plus que si on va par là, il y a aussi des endroits où des gens ont le droit de se jeter en bas des arbres la t^te la première.
      Et pour de ce qui est du turban qui protège efficacement la tête, je me demande où vous pouvez bien être allé pêcher cette idée !?!

  • René Bourgouin - Inscrit 11 juillet 2017 04 h 28

    NPD: parti de la gauche canadienne anglaise

    Le NPD est et a toujours été le parti de la gauche canadienne anglaise, qui porte en lui toute la mythologie de la gauche du Canada anglais dont le multiculturalisme le plus forcené. Que les Québécois l'aient oublié le temps d'une élection et demie, soudain entichés de Jack Layton (et possiblement poussés dans cette direction par quelques sondages conçus pour lancer la tendance, un autre débat...), ne change rien au fond des choses.

    Au-delà des positions religieuses conservatrices et communautaristes du monsieur, les Québécois aiment un chef auquel ils peuvent s'identifier, qui leur «ressemble» (croient-ils)... Une personne aussi radicalement différente de ce qu'ils sont est d'emblée un obstacle à toute possibilité d'identification... C'est le cas aussi au Canada anglais dans une moindre mesure mais pas au sein de sa mouvance gauchiste qui est en réalité le seul «marché» auquel s'adresse le NPD. Tout comme Québec Solidaire, le NPD est le parti des «purs» qui se fout de n'être jamais au pouvoir.

    Le NPD est aligné sur le Canada anglais, le PCC et le PLC aussi. Mais le fantasme canadien des Québécois a la vie dure et on va continuer de s'accrocher aux vedettes du moment pour se donner l'illusion du contraire: PET, Mulroney, Layton, Justin...

    • Patrick Boulanger - Abonné 11 juillet 2017 12 h 30

      « Tout comme Québec Solidaire, le NPD est le parti des «purs» qui se fout de n'être jamais au pouvoir »?

      M. Bourgouin, on ne forme pas un parti politique pour faire des épluchettes de blé d'Inde. On peut certes être en désaccord avec la façon dont un parti s'y prend pour tenter de prendre le pouvoir, mais je ne crois pas que les militants et les membres des deux formations politiques que vous mentionnez dans votre commentaire se fouttent d'être exclus de la prise du pouvoir. D'ailleurs, je ne crois pas que le NPD était indifférent de la prise du pouvoir au commencement de la dernière campagne électorale quand on les voyaient former le prochain gouvernement.

  • Daniel Lemieux - Abonné 11 juillet 2017 04 h 52

    Le Canada et le Québec, « société distincte »

    Ces militants ont bien raison de s'inquiéter: il aurait fallu y penser avant, cette méconnaissance de la société québécoise leur jouera de vilains tours.

    Ce qu'ont réussi les Jack Layton et Thomas Mulcair, que certains doivent regretter d'avoir poussé vers la sortie, nul autre chef en lice n'y parviendra.

    Le miracle de 2011 ne se produira pas une deuxième fois, ces militants auraient intérêt à retirer leurs lunettes roses.

  • André Chevalier - Abonné 11 juillet 2017 05 h 53

    L'habit fait le moine!

    Quelqu'un qui affiche ostensiblement ses croyances fait du prosélytisme.
    Comme citoyen, on peut le faire librement, mais pas quand on a un rôle dans la gestion des affaire publique.
    Cette personne est présumée accorder la prépondérance de ses convictions religieuses sur ses devoirs comme représentant de l'état. Ça devrait la disqualifier.

    • Sylvain Auclair - Abonné 11 juillet 2017 12 h 48

      En fait, non. Seules quelques religions sont prosélytes: le christianisme, le bouddisme, l'islam. Aucun hindou, juif ou sikh ne veut que vouse embrassiez leure religion; c'est la leur, pas la nôtre.

  • Tristan Roy - Abonné 11 juillet 2017 06 h 26

    Écoute

    Depuis quand les néo-démocrates canadiens écoutent ceux du Québec? L'élection de près de 60 députés NPD au Québec a été pour les NPD-ROC une mauvaise surprise qui a semé la panique dans l'organisation traditionnelle. Ils sont bien contents que la situation soit revenue à la normale. De plus, ils veulent virer à gauche toute et s'enfoncer encore plus dans les lubies "trans-nationales" qui vont les mener à un nouveau désatre électoral. Mais ils préfèrent l'opposition marginale de toute façon. C'est ce qu'ils vont récolter.