Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Diplomatie

    L’Arabie saoudite ne veut plus que le Canada se mêle du dossier Badawi

    5 juillet 2017 | Mélanie Marquis - La Presse canadienne à Ottawa | Canada
    Le gouvernement canadien a fait état de la difficulté d’intercéder en faveur de Raif Badawi puisque celui-ci n’est pas citoyen canadien.
    Photo: Tobias Schwarz Agence France-Presse Le gouvernement canadien a fait état de la difficulté d’intercéder en faveur de Raif Badawi puisque celui-ci n’est pas citoyen canadien.

    L’ambassadeur de l’Arabie saoudite au Canada exhorte le gouvernement Trudeau à respecter les décisions des tribunaux du royaume et à cesser de se mêler du dossier de Raif Badawi.

     

    En marge d’une rare conférence de presse à l’ambassade saoudienne, à Ottawa, mardi, Naif Bin Bandir al-Sudairy a soutenu que le sort du blogueur était entre les mains de la justice saoudienne.

     

    Le gouvernement canadien, a-t-il insisté, doit ainsi respecter le verdict rendu dans la cause de Raif Badawi, emprisonné depuis maintenant plus de cinq ans en Arabie saoudite. Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait que le Canada devait cesser de soulever l’enjeu auprès des autorités saoudiennes, il a répondu que c’était « exactement » cela.

    L’Arabie saoudite respecte les décisions des tribunaux canadiens. Et nous croyons que nos amis canadiens devraient nous traiter de la même façon. C’est tout.
    L'ambassadeur saoudien au Canada, Naif Bin Bandir Al-Sudairy
     

    L’ambassadeur avait envoyé un signal similaire en mars 2015 alors qu’il avait envoyé une lettre aux gouvernements du Québec et du Canada pour leur enjoindre de cesser de s’ingérer dans cette affaire.

     

    Le blogueur a été emprisonné le 17 juin 2012 pour avoir notamment demandé, sur son blogue, une plus grande tolérance envers les non-musulmans et une plus grande ouverture d’esprit. Il avait été condamné à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet et 290 000 $ d’amende. Il a reçu 50 de ces coups de fouet, mais la sentence a depuis été suspendue en raison de son état de santé.

     

    L’épouse du blogueur lauréat du prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2015, Ensaf Haidar, est réfugiée à Sherbrooke avec leurs trois enfants.

     

    Le gouvernement canadien, tant sous Stephen Harper que sous Justin Trudeau, a fait état de la difficulté d’intercéder en faveur de Raif Badawi puisque celui-ci n’est pas citoyen canadien.

     

    Dans une vidéo diffusée peu avant le cinquième anniversaire de son emprisonnement, début juin, ses enfants ont demandé au premier ministre Trudeau d’intervenir personnellement dans le dossier.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.