Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Des Idées en revues

    De 1867 ou de 1982, quel Canada fêter en 2017 ?

    16 mai 2017 | Éric Bédard - Historien et professeur à la TELUQ | Canada
    Bannière célébrant Pierre Elliott Trudeau sur la colline parlementaire, à Ottawa, en 1982, lors de la signature de la proclamation donnant au Canada son indépendance de la Grande-Bretagne 
    Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Bannière célébrant Pierre Elliott Trudeau sur la colline parlementaire, à Ottawa, en 1982, lors de la signature de la proclamation donnant au Canada son indépendance de la Grande-Bretagne 

    Les préparatifs des célébrations entourant les 150 ans de la Confédération canadienne avancent à grands pas, mais les libéraux de Justin Trudeau risquent d’avoir beaucoup plus de mal à donner un sens fort à ces commémorations. C’est qu’aux yeux des libéraux, le « vrai » Canada, celui de la diversité, de l’ouverture à l’autre, de l’acceptation de la différence, fût-elle intégralement voilée lors d’une cérémonie de citoyenneté, n’est pas né en 1867, mais en 1982.

     

    On chercherait d’ailleurs en vain, dans les écrits laissés par le père de l’actuel premier ministre, des envolées lyriques sur le Canada de 1867 ou des éloges bien sentis consacrés aux Pères de la Confédération. Le passé en général, et celui du Canada en particulier, n’inspirait guère l’esprit progressiste qu’était Pierre Elliott Trudeau. Lorsqu’il se tournait vers l’histoire, c’était pour gronder les Canadiens français de s’être montrés si peu intéressés par les grands débats politiques sur la démocratie et pour reprocher aux Canadiens anglais leur manière un peu cavalière d’imposer leur nationalisme impérialiste à l’ensemble du pays. Au début des années 1980, il ne s’agissait pas seulement pour lui de rapatrier la Constitution et d’affirmer la souveraineté canadienne, mais de refonder le Canada, de lui donner une véritable vocation et d’en faire un « idéal moral » (comme l’écrivait François Charbonneau dans un autre numéro d’Argument). Aussi, à moins qu’il ne torde les faits ou qu’il n’aligne les anachronismes, le régime Trudeau risque d’avoir bien du mal à nous convaincre que 1867 annonçait 1982.

     

    À bien y penser, lorsque la ministre Mélanie Joly, pour souligner l’anniversaire de la naissance de John A. Macdonald, vanta « sa vision d’un pays qui valorisait la diversité, la démocratie et la liberté », nous avons peut-être eu droit à un avant-goût de ce qui nous attend.

     

    Le Canada de 1867 avait probablement quelques mérites, mais certainement pas celui de défendre des idéaux de diversité et de démocratie. Certes, on était ouvert à l’immigration, mais à la condition que celle-ci soit blanche et chrétienne, et qu’elle provienne des îles britanniques. On connaît le sort réservé par le gouvernement Macdonald aux Amérindiens et aux Métis de l’ouest. Et ne parlons pas des Chinois, littéralement chassés de Vancouver, une fois le chemin de fer terminé. En 1867, la « diversité », telle que l’entend la ministre Joly, n’avait aucun sens. Ce qu’on cherchait à construire, au Canada et ailleurs en Occident, c’était des nations homogènes qui assimilaient de manière tout à fait assumée leurs minorités à la langue, mais aussi aux us et coutumes de la majorité. En effet, dans l’esprit des élites du XIXe siècle, l’homogénéité culturelle était un gage de force et de cohésion.

     

    Si on avait consenti à ce que le Canada soit une fédération, c’était par réalisme, par esprit de compromis à l’endroit de Canadiens français dont la religion et les traditions juridiques françaises avaient été reconnues par l’Acte de Québec dès 1774. Mais c’était un compromis adopté sans enthousiasme. Et c’est pour contrecarrer les germes d’une division qu’on craignait plus que tout qu’un conservateur comme Joseph-Édouard Cauchon souhaita que la primauté du pouvoir soit accordée à l’État fédéral.

     

    Quant à la démocratie, pour les hommes de 1867, elle était davantage un repoussoir qu’un idéal. Pour Macdonald et Cartier, les États-Unis étaient le contre-modèle par excellence, précisément parce que ce puissant voisin, déchiré par une guerre civile, théâtre de tous les désordres politiques et moraux, montrait le visage hideux de la démocratie. Le voeu le plus cher des conservateurs aux commandes en 1867 était de faire du Canada un Dominion qui serait fidèle aux traditions héritées de ses pères et à ses origines britanniques, et qui s’inscrirait dans une continuité historique, un temps long de l’histoire occidentale.

     

    Dans ses derniers ouvrages, notamment Mon pays métis. Quelques vérités sur le Canada (Boréal, 2008), l’intellectuel John Saul propose toutefois une réinterprétation de l’histoire canadienne bien différente de celle-là et digne de mention. Mais la date de fondation du Canada moderne est à ses yeux 1848, bien davantage que 1867. L’alliance LaFontaine-Baldwin ne mène pas seulement à l’obtention du gouvernement responsable, selon lui, elle marque le début d’une cohabitation respectueuse entre deux hommes de raison à la recherche de compromis, allergique aux passions destructrices et aux logiques cartésiennes. Le Canada de 1848, confirmé par le pacte de 1867, annoncerait donc un pays d’un genre complètement nouveau qui aurait tourné le dos à une conception unitaire et homogène de la nation, privilégiée par les Européens dès le XVIIe siècle.

     

    Si Justin Trudeau et Mélanie Joly sont bien conseillés, c’est ce Canada « métis », cette « civilisation » unique, qui devrait plutôt être à l’honneur en 2017, même s’il faudra à cet égard un tour de force rhétorique pour faire oublier que les deux principaux fondateurs du Canada de 1867 ne communiaient nullement au Canada progressiste que nos ministres vénèrent, mais qui n’existe probablement que dans leur imaginaire.

     

    Cela dit, mes attentes sont assez basses en la matière. Ni du premier ministre ni de sa ministre du Patrimoine, je n’attends de grands discours sur le Canada-Uni du XIXe siècle. Que ceux qui n’aiment guère l’histoire soient rassurés ! Ce qu’on risque de « célébrer », c’est un merveilleux présent fait de générosité et d’ouverture. Ce qui devrait surtout retenir l’attention, lors de ce 150e, ce sont les rubans coupés et les premières pelletées de terre devant les gros flashs des caméras complices. Il faudra aussi s’attendre à ce que Justin Trudeau et Mélanie Joly multiplient les égoportraits tout au long de l’été. Parce qu’on est en 2017…

     

     

     

    Des Idées en revues Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’un périodique. Cette semaine, nous vous proposons un extrait d’un texte paru dans la revue Argument, printemps-été 2017, volume XIX, no 2.

     

    Des commentaires ou des suggestions pour des Idées en revues ? Écrivez à rdutrisac@ledevoir.com.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.