Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Parti conservateur

    Le passé séparatiste de Maxime Bernier rappelé aux Albertains

    5 mai 2017 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Le passé séparatiste de Maxime Bernier pourrait-il lui nuire en Alberta, ou nuire aux députés qui l’appuient?
    Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le passé séparatiste de Maxime Bernier pourrait-il lui nuire en Alberta, ou nuire aux députés qui l’appuient?

    Le passé séparatiste de Maxime Bernier revient le hanter dans l’ouest du pays. Un tract distribué dans quelques circonscriptions albertaines, et dont Le Devoir a obtenu copie, prévient des citoyens que leur député provincial n’appuie nul autre… qu’un nationaliste québécois.

     

    Une simple photocopie en noir et blanc a atterri dans les boîtes aux lettres de résidents d’au moins quatre circonscriptions du centre de l’Alberta. Le tract affiche une photo de Kevin O’Leary et le cite en entrevue début mars : « Il doit être séparatiste, dit-il au sujet de Maxime Bernier. Il laisse entendre que le Québec ne fait pas partie du Canada. » Une photo de Maxime Bernier accompagne une seconde citation, de la part du député beauceron, cette fois-ci sur son passé séparatiste : « Oui, je suis un Québécois très nationaliste », disait-il à Radio-Canada en juillet 2016. « Votre député provincial appuie fièrement Maxime Bernier », conclut le dépliant.

     

    Perplexes quant à l’origine du tract, qui n’est pas signé, des électeurs ont appelé les bureaux de quatre députés du Wildrose albertain.

     

    Dans la circonscription de Jason Nixon, « plusieurs appels » ont été faits depuis une semaine afin de savoir si le tract était le sien. « Personne ne pose plus de questions que ça », a indiqué une adjointe. À l’est, le bureau de Rick Strankman a eu droit à deux coups de fil, mais on n’y voit rien de plus qu’une « campagne de salissage » et non un grand enjeu. Au nord, un résident de la circonscription de Wes Taylor s’est inquiété que cela nuise à son député. M. Taylor « ne croit pas que cela affecte sa réputation »,a relaté son adjoint Lee Cooper. « La majorité des gens vont le jeter à la poubelle et l’oublier. »

     

    Un passé inconnu

     

    Le député Derek Fildebrandt a reçu deux appels, mais minimise l’impact du tract, qui selon lui « n’est pas la publicité négative la plus futée ». « Maxime Bernier est un fier Canadien », a-t-il martelé.

     

    Son passé séparatiste pourrait-il néanmoins lui nuire en Alberta, ou nuire aux députés qui l’appuient ? M. Fildebrandt a nié ce passé, jusqu’à ce que Le Devoir lui apprenne que M. Bernier avait travaillé pour Bernard Landry au ministère des Finances à la fin des années 1990.

     

    L’équipe de campagne de Maxime Bernier n’a pas voulu commenter le dépliant. « Ça fait 10 ans que Maxime est député fédéral. […] Maxime a prouvé qu’il est fédéraliste. Personne ne remet ça en doute », a martelé un stratège en arguant quant à lui que son passé était bien connu. « La majorité des Albertains sont au courant et ça ne les dérange pas. »

     

    Front commun agricole

     

    Maxime Bernier affronte en outre la fronde des agriculteurs québécois, qui veulent l’empêcher d’abolir la gestion de l’offre.

     

    Le groupe Les Amis de la gestion de l’offre s’est mobilisé, dans le cadre de la course à la chefferie, afin de lui barrer la route. Des 16 000 membres conservateurs au Québec, 12 000 se seraient inscrits depuis le début de la course et la moitié seraient issus des Amis de la gestion de l’offre. Le fondateur du groupe, Jacques Roy, a invité jeudi tous ses membres à voter pour Andrew Scheer, qui serait le second meneur selon les sondages. « M. Scheer est le candidat qui a le plus d’appuis parmi les députés du Québec » et « le candidat qui a les meilleures chances de l’emporter devant Maxime Bernier », a fait valoir M. Roy par voie de communiqué.

     

    Le camp Bernier est bien conscient que les agriculteurs dominent 37 circonscriptions du Québec, mais estime qu’ils iront chercher 100 % du vote dans seulement 20 comtés. Ce seraient donc 2000 points qui échapperaient à M. Bernier, sur les 7800 points que compte le Québec pour le vote (100 points par circonscription). Un calcul qui n’inquiète pas la campagne du candidat beauceron.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.