Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Série historique de la CBC

    Discours de conquérant

    Manon Cornellier
    6 avril 2017 |Manon Cornellier | Canada | Éditoriaux

    Depuis le dimanche 26 mars, la télévision de la CBC présente une série en 10 épisodes intitulée Canada : The Story of Us. On n’attend pas d’une telle série un récit exhaustif, mais celle-ci a réussi à escamoter des moments charnières de l’histoire du Canada, en particulier pour les francophones.


    Cette série, lit-on sur le site Web, « célèbre comment nous avons transformé nos différences en compréhension et créé une identité nationale unique ». On aurait voulu se donner un énoncé de mission pour une opération de « nation-building » à la canadienne qu’on n’aurait pu mieux dire.

     

    Le sommaire des émissions transpire cette volonté de générer une conception de l’identité canadienne largement inspirée par la vision moderne qu’en a la majorité anglophone. Comme le producteur l’a dit au Devoir, la « série a été commandée par le service de langue anglaise de CBC TV pour le public parlant anglais ». La valorisation de la diversité occupe une place centrale, ce qui n’est pas un tort, mais cela conduit à des erreurs d’interprétation qui font de l’histoire non pas une mesure du temps passé, mais une projection du temps présent.

     

    Heureusement, la série accorde une place décente à la réalité autochtone, mais celle des Canadiens français, elle, est réduite à une simple minorité parmi d’autres, en plus de les dépeindre plus sales et mal lotis que les anglophones. On parle du Québec, mais on gomme de grands pans de l’histoire des francophones, toutes régions confondues. Les 150 ans de la Nouvelle-France n’ont même pas eu droit à un épisode complet et exempt d’approximations historiques.

     

    Ce n’est pas une question de minutes accordées à ceci ou cela qui fait grincer des dents, mais les silences lourds de sens. On ignore la création de Port-Royal, ce qui fait rager le gouvernement néo-écossais. On a complètement évacué la trajectoire du peuple acadien, en particulier la grande déportation de 1755. La guerre de 1812, en revanche, a droit à son épisode ce dimanche. Stephen Harper sera content.

     

    Si on se fie aux résumés des épisodes à venir, il ne sera pas question de la crise de la conscription, de la négation des droits des francophones en Ontario ou au Manitoba, du référendum de 1980 ou de 1995 ou du rapatriement de 1982. Tous ces événements auraient pu servir à illustrer combien la supposée compréhension évoquée plus haut n’a pas encore eu raison des différends historiques entre francophones et anglophones.

     

    Malheureusement, ce ne sont pas les seules omissions d’événements gênants pour cette mémoire qui se veut sélective, sinon amnésique. Le sommaire de la série, assez détaillé, n’évoque pas l’internement des Japonais et des Italiens durant la Deuxième Guerre mondiale, le renvoi des Juifs, qui, à bord du Saint Louis, tentaient de fuir l’Allemagne nazie.

     

    Plus de 75 historiens et experts ont été consultés. Une poignée seulement sera vue à l’écran, dont un seul francophone, les vedettes ayant l’avant-scène, question de divertir. On comprend que les réalisateurs ne voulaient pas se concentrer sur les moments sombres de l’histoire canadienne, mais mettre en valeur des héros connus et méconnus. Cela ne justifie pas de privilégier l’anecdote au détriment des moments clés qui définissent encore ce pays et les nations qui le composent.

     

    Le Canada est un pays plurinational, un fait que beaucoup d’anglophones n’arrivent pas à accepter ou à concevoir. Cette série est le reflet de ce déni, d’autant plus qu’elle a pour but depuis le début de mousser l’existence d’une « identité nationale unique ».

     

    La CBC rêve de voir les écoles utiliser cette série à des fins pédagogiques. Qu’on nous en préserve, car ce qu’on a pu voir jusqu’à présent nous force à nous poser une question dérangeante. Qui est ce Nous (Us) dont on prétend raconter l’histoire ?













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.