Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Éducation

    Des statistiques imprécises privent les francophones hors Québec de plusieurs écoles

    7 mars 2017 |Philippe Orfali | Canada
    Lianne Doucet et ses trois filles
    Photo: Philippe Vriend Lianne Doucet et ses trois filles

    Des changements proposés aux méthodes de Statistique Canada pourraient mener à une explosion du nombre d’élèves admissibles à l’école de langue française à l’extérieur du Québec, estiment de nombreux experts et organismes, qui pressent le gouvernement Trudeau d’intervenir de toute urgence, à temps pour le prochain recensement.

     

    Elles sont des milliers à l’échelle du pays. Des familles comme celle de Lianne Doucet, une Franco-Torontoise dont les trois filles ont eu à choisir entre le désir de conserver leur langue maternelle et celui de poursuivre leurs études à une distance raisonnable de leur domicile.

     

    « Ma première a fait son secondaire en français, mais elle a traversé la ville de Toronto matin et soir pour se rendre dans son école sans cafétéria ni cour de récréation, où il fallait sortir à l’extérieur même l’hiver pour aller au gymnase. Une école où, véritablement, les anglophones n’étudieraient pas », explique-t-elle au bout du fil.

     

    La cadette a opté pour l’école de langue anglaise du quartier, située bien plus près et dotée de bien meilleures installations. Aujourd’hui âgée de 18 ans, elle « a honte » de parler le français, soutient sa mère. « Ça me brise le coeur. »

    Photo: Philip Vriend
     

    Depuis des années, les francophones des autres provinces se sont tournés à maintes reprises vers les tribunaux afin de réclamer des écoles plus nombreuses et dont la qualité équivaut à celle des écoles de la majorité anglophone, en invoquant l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Celui-ci garantit l’accès à l’éducation de langue française à trois catégories d’enfants : ceux dont le français est la langue maternelle, ceux dont les parents ont fait une partie de leur scolarité primaire dans cette langue, ceux dont un frère ou une soeur est scolarisé dans cette langue. Les anglophones du Québec jouissent de ces droits pour l’éducation dans leur langue en ce qui a trait aux deux dernières catégories d'enfants.

     

    Or, Statistique Canada ne détient aucune donnée sur les deuxième et troisième de ces catégories. « Ils ne posent aucune question là-dessus dans le recensement. C’est le néant », résume l’avocat Mark Power, qui a poursuivi une demi-douzaine de gouvernements provinciaux au cours des dernières années pour les forcer à accroître le nombre d’écoles francophones sur leur territoire. « Comme les seules données qui existent sous-estiment considérablement le nombre d’élèves admissibles à l’école française, les provinces nous répondent qu’il n’y a pas de demande pour la construction de nouvelles écoles. On nous condamne à l’échec, faute de données de recensement fiables », s’indigne le juriste franco-ontarien.

     

    Comme plusieurs, il a le prochain recensement canadien, celui de 2021, dans sa ligne de mire. Y ajouter des questions précises sur la langue permettrait d’obtenir un portrait plus précis de la situation, a-t-il récemment fait valoir devant le Comité des langues officielles de la Chambre des communes, qui a été saisi du dossier.

     

    La Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF), le Commissariat aux services en français de l’Ontario et la Fédération des communautés francophones et acadienne ont également pris la parole pour exiger des données plus fiables. « Il est important que le gouvernement fédéral agisse rapidement. Bien que le prochain recensement n’ait lieu qu’en 2021, les préparations ont déjà commencé », souligne Mélinda Chartrand, de la FNCSF. Les changements potentiels au questionnaire du recensement doivent faire l’objet de tests dès 2018.

     

    « Une pénurie d’écoles ou d’écoles de qualité égale signifie souvent un exode d’étudiants francophones vers les écoles de langue anglaise. Le recensement doit poser les questions nécessaires qui permettront de compter les ayants droit de toutes les catégories », a pour sa part fait valoir François Boileau, le commissaire aux services en français de l’Ontario, devant le comité.

     

    Blocage à Statistique Canada

     

    Jusqu’à maintenant, ils se sont butés au refus de l’agence statistique, qui fait valoir qu’il s’agit là d’un processus complexe et que des tests semblables, réalisés en 1993 et 1998, avaient démontré que les cobayes comprenaient mal ce genre de question, confondant par exemple l’immersion française, qui s’adresse aux anglophones, et les programmes de langue française.

     

    Mais le vent tourne, semble-t-il. Dans un courriel envoyé au Devoir, Statistique Canada s’est « engagé à trouver le moyen le plus approprié pour obtenir ces données ». « Statistique Canada comprend que la collecte de données sur les ayants droit représente un besoin important pour les communautés de langue officielle en situation minoritaire et pour les décideurs », a affirmé la porte-parole Paula Gherasim.

     

    Le Comité permanent des langues officielles, qui étudie la question, doit pour sa part remettre son rapport au gouvernement Trudeau au cours des prochaines semaines. De nombreux libéraux qui siègent au comité se sont déjà montrés favorables aux changements proposés, tout comme les conservateurs et les néodémocrates qui siègent au comité. « Ces données sont vitales pour la pérennité de nos communautés, point à la ligne », s’est exclamé le député libéral de Sudbury Paul Lefebvre, alors que le comité entendait un représentant de Statistique Canada.

     

    Lianne Doucet et d’autres parents de l’est de Toronto, pour leur part, n’attendront pas le prochain recensement : le temps presse, leurs enfants ont presque l’âge de fréquenter le secondaire. Ils s’apprêtent donc à intenter une — énième — poursuite contre le gouvernement de l’Ontario pour forcer la construction d’une nouvelle école secondaire francophone.

     

    « Je pense à ma troisième fille. Elle a 12 ans. Il est peut-être déjà trop tard pour elle, je suis consciente que l’école qu’on réclame ne sera probablement pas bâtie à temps pour ses études. […] J’aurais aimé qu’elles puissent étudier en français dans le quartier, parce que l’école, c’est le point d’ancrage culturel et linguistique, c’est là que nos communautés se bâtissent. On nous prive de ça. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.