Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Canada

    Un député libéral propose de légaliser toutes les drogues

    27 janvier 2017 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Nathaniel Erskine-Smith précise que chaque substance, incluant l’héroïne, serait réglementée différemment.
    Photo: John Moore Getty Images / Agence France-Presse Nathaniel Erskine-Smith précise que chaque substance, incluant l’héroïne, serait réglementée différemment.

    C’est une position qui risque d’attirer au parti de Justin Trudeau bien des critiques. Le député libéral torontois Nathaniel Erskine-Smith propose d’aller beaucoup plus loin que la légalisation de la marijuana et de décriminaliser toutes les drogues. Toutes ? Toutes.

     

    « Si nous poussons la logique de la réduction des risques et de la santé publique jusqu’au bout, nous pourrions sauver encore plus de vies en réglementant toutes les drogues en fonction de leur dangerosité respective », écrit M. Erskine-Smith dans une lettre ouverte publiée sur le site de Vice News. « Le contrôle de la qualité pharmaceutique, par exemple, garantirait que les Canadiens ne consomment pas par inadvertance des drogues mélangées à du fentanyl mortel. D’ici à la réglementation, nous devrions décriminaliser l’utilisation et la possession de toutes les drogues. »

     

    En entrevue avec Le Devoir, M. Erskine-Smith précise qu’il ne préconise pas, à terme, des boutiques où n’importe quel adulte pourrait se procurer librement de l’héroïne, du crack ou de l’acide. Ces substances seraient réglementées chacune de manière différente. « On peut penser qu’il faudrait avoir une prescription pour obtenir de la cocaïne », illustre-t-il. L’idée serait de faire en sorte que les utilisateurs non seulement se procurent des substances pures, mais obtiennent aussi des informations sur les risques y étant associés.

     

    « Mais je ne crois pas que la réglementation de toutes les drogues soit sur l’écran radar de qui que ce soit », concède-t-il. C’est pour cela qu’il propose une approche par étapes consistant d’abord à décriminaliser la consommation et la possession de petites quantités de drogue.

     

    M. Erskine-Smith cite en exemple le Portugal, qui a décriminalisé toutes les drogues en 2001. Quiconque est pris en possession d’une quantité équivalant à moins de 10 jours de consommation (un gramme d’héroïne, deux grammes de cocaïne, vingt-cinq grammes de marijuana, etc.) sera seulement traîné devant un « panel de dissuasion » composé d’intervenants sociaux divers. Les récidivistes se feront prescrire des traitements de substitution. Le nombre d’overdoses a chuté, tandis que les inscriptions aux traitements de désintoxication ont augmenté.

     

    Un courage salué

     

    Le critique néodémocrate en matière de Sécurité publique, Matthew Dubé, salue le « courage » de son collègue de s’exprimer sur un sujet encore si tabou. Sans se dire en faveur de la solution préconisée, M. Dubé reconnaît que l’exemple du Portugal « est intéressant ». « Tout le monde est d’accord pour dire que l’approche actuelle ne fonctionne pas. La guerre contre la drogue ne fonctionne pas. Il faut changer notre approche. »

     

    Chez les conservateurs, où on s’attaque même à la légalisation de la marijuana promise par le gouvernement Trudeau, on a préféré ne pas commenter. Les libéraux ne risquent-ils pas d’être attaqués à cause de cette sortie ? M. Erskine-Smith n’en a cure. « Le fait qu’on risque d’être attaqué par l’opposition n’est pas une bonne raison de ne pas mettre en avant certaines politiques », dit-il.

     

    Le député de Beaches–East York est un habitué de la dissidence. Il n’a pas hésité à voter contre le projet de loi de son gouvernement sur l’aide médicale à mourir au motif qu’il n’était pas assez permissif. Et il a voté en faveur d’une motion du NPD réclamant la décriminalisation de la marijuana en attendant sa légalisation.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.