Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Statistique Canada

    Le français reculera au Québec comme au Canada

    L’anglais continuera d’exercer un fort pouvoir d’attraction chez les immigrants, selon les projections

    26 janvier 2017 |Philippe Orfali | Canada
    En 2011, 48% de la population de l’île de Montréal avait le français comme langue maternelle.
    Photo: Éric St-Pierre Le Devoir En 2011, 48% de la population de l’île de Montréal avait le français comme langue maternelle.

    L’immigration est appelée à « transformer » le portrait linguistique de Montréal d’ici vingt ans, tout comme celui du reste du pays, projette Statistique Canada, soulevant des questions quant à l’avenir du français au Québec et ailleurs.

     

    Près d’un Canadien sur deux sera immigrant ou enfant d’immigrant en 2036, selon de nouvelles projections dévoilées mercredi par l’agence, qui s’appuie sur des outils de pointe qui tiennent compte d’une multitude de scénarios allant d’une baisse importante à une majoration de l’immigration.

     

    Si les niveaux d’accueil actuels se maintenaient au cours des prochaines années, la proportion d’immigrants au Canada pourrait ainsi atteindre 30 % en 2036, contre 20,7 % lors du dernier recensement, en 2011. Quand on tient compte de la population de deuxième génération, les Néo-Canadiens compteraient alors pour 49 % de la population du pays, plutôt que 38,2 % actuellement. À Toronto, cette proportion frôlerait les 80 %, un record.

     

    Cette évolution a un impact de taille sur le visage linguistique du pays, tout comme le vieillissement de la population de souche, l’assimilation et la faible fécondité.
     

     

    Montréal : moins français, ou autant ?

     

    Selon le responsable des données linguistiques à Statistique Canada, le poids démographique de la population de langue maternelle française au Québec devrait passer de 79 % en 2011 à une proportion oscillant entre 69 % et 72 % en 2036, toujours en raison de l’immigration.

     

    « Peu importe le scénario, on peut s’attendre à ce que la langue maternelle française perde de l’importance au Québec », affirme Jean-Pierre Corbeil.

     

    Il prend soin de préciser que le Québec et le Canada étant de plus en plus multiculturels, cet indicateur perd de sa pertinence. « La grande majorité des immigrants qui viennent s’établir au Québec n’ont pas le français comme langue maternelle, mais l’utilisent au travail, à la maison ou ailleurs dans leur vie quotidienne. » C’est pourquoi Statistique Canada privilégie de plus en plus la première langue officielle parlée (PLOP) comme objet d’étude.

     

    En 2011, la population ayant le français comme PLOP se chiffrait à 6,8 millions, et elle pourrait franchir le cap des 7,5 millions de personnes en 2036. Cette croissance ne devrait cependant pas empêcher son poids relatif de diminuer, poids qui passerait de 85,4 % en 2011 à 82 %, en raison de l’attrait qu’exerce l’anglais.

     

    Pas moins de 91 % des Québécois disent pouvoir soutenir une conversation dans la langue officielle de la province et, d’ici 2036, cette part pourrait bondir à 94 %, ajoute-t-il.

     

    Et qu’en est-il de Montréal, souvent dépeint comme le lieu où tout se joue pour l’avenir du français au Québec puisque l’écrasante majorité des immigrants qui s’installent dans la province y élit domicile ?

     

    En 2011, 48 % de l’île de Montréal avait le français comme langue maternelle. Selon les projections, ce nombre pourrait fléchir pour s’établir à 41 % d’ici vingt ans. « Certains disent que c’est une catastrophe pour le français, observe M. Corbeil. Mais si on utilise plutôt la PLOP, on constate que les deux tiers des Montréalais sont plus à l’aise en français [qu’en anglais]. En 2036, on devrait toujours, selon les divers scénarios, demeurer à ce niveau-là. Ça nuance le portrait. »
     


    Couronnes de plus en plus anglaises

     

    C’est dans les couronnes nord et sud de Montréal que les changements les plus importants devraient survenir, poursuit le chercheur. Le 450 sera de plus en plus anglophone, le français cédant le pas à l’anglais dans 6 % des cas. « De plus en plus d’immigrants s’installent directement en banlieue. Et de plus en plus d’anglophones qui ne sont pas immigrants privilégient les couronnes. C’est un déplacement, une banlieusardisation qu’on observe. »

     

    Aux portes de la capitale fédérale, Gatineau devrait elle aussi s’angliciser, poursuit M. Corbeil. Pour le reste, le Québec demeurera largement francophone… et blanc, puisque les régions plus éloignées exercent peu d’attrait sur les immigrants.

     

    Les projections révèlent également que la langue anglaise connaîtra un déclin dans l’ensemble du pays comme langue maternelle, passant de 59 % à 52 % environ. Comme PLOP, l’anglais passerait toutefois de 64 à 67 %, ce qui révèle un recul du français. Dans les autres provinces que le Québec, l’anglais serait alors la langue officielle de choix de 95 % de la population.

     

    À l’échelle du pays, le français demeurera — et de loin — la langue la plus parlée après l’anglais, avec près de 17,6 % de locuteurs. À titre comparatif, pas une seule langue hormis le français et l’anglais ne comptait plus de 500 000 locuteurs en 2011.
     

     

    N’empêche : la précarité de la langue française à l’extérieur du Québec est indéniable, puisque la proportion de personnes ayant le français comme langue maternelle dans les autres provinces devrait fondre de 3,8 % à 2,7 %, des données qui ne tiennent toutefois pas compte du nombre croissant d’immigrants venant de pays francophones qui s’y installent, qui n’ont pas le français comme langue maternelle, mais qui la maîtrisent.

     

    La maîtrise de la langue française par les anglophones des autres provinces devrait par ailleurs poursuivre sa dégringolade observée depuis une quinzaine d’années, toujours selon l’étude.

     

    L’étude de Statistique Canada représente un argument de poids pour le développement de programmes favorisant l’arrivée d’immigrants parlant le français, soutient pour sa part la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), rappelant qu’Ottawa et les provinces se sont entendus afin de hausser à 5 % la proportion d’immigrants en mesure de parler français dans les provinces autres que le Québec. « Si on continue à n’attirer que 2 % d’immigrants francophones à l’extérieur du Québec, les conséquences seront désastreuses. S’il n’y a pas d’action sur ces enjeux pour la vitalité de la francophonie, […] on pourra parler de politique passive d’assimilation », a déclaré l’organisme, mercredi.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.