Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Chefferie

    La convergence souverainiste à Ottawa?

    Un député du Bloc propose une course où les membres de tout parti indépendantiste pourraient voter

    22 décembre 2016 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Les rumeurs veulent que le Bloc propose en février la tenue d’une course rapide devant se terminer le 22 avril prochain.
    Photo: Tom Hanson La Presse canadienne Les rumeurs veulent que le Bloc propose en février la tenue d’une course rapide devant se terminer le 22 avril prochain.

    Les propositions en vue de la course à la chefferie du Bloc québécois se multiplient. Le député fédéral de Montcalm, Luc Thériault, propose une sorte de primaire souverainiste par laquelle tous les détenteurs d’une carte de membre d’un parti indépendantiste pourraient voter pour le successeur de Gilles Duceppe, qu’ils soient membres du Bloc ou pas.

     

    L’association de circonscription de M. Thériault a adopté sa résolution mardi soir stipulant que les membres du Parti québécois (PQ), de Québec solidaire (QS) et d’Option nationale (ON) devraient aussi pouvoir voter pour le prochain chef bloquiste.

     

    « De dire que les gens peuvent s’impliquer dans une course du véhicule indépendantiste à Ottawa, il me semble que c’est vraiment un geste de convergence », explique M. Thériault en entrevue. Selon le député, il est faux de penser que tous les militants souverainistes sur la scène provinciale sont aussi des membres en règle du Bloc québécois au fédéral. Le Bloc ne compte qu’environ 20 000 membres, dit-il, alors qu’il y en a 78 000 au PQ, quelque 10 000 chez Québec solidaire et entre 1500 et 2000 à Option nationale.
     

    Les libéraux fédéraux ont déjà créé une catégorie dite de « sympathisants » grâce à laquelle des gens qui n’ont pas payé d’adhésion au PLC ont quand même pu voter pour le chef. « C’est un peu sur ce modèle-là, c’est un peu sur le modèle des socialistes français, reconnaît M. Thériault. Par contre, ce n’est pas tout le monde, tous partis confondus. Il faut quand même que tu sois un membre d’un de ces partis-là. Que tout d’un coup quelqu’un se dise sympathisant… Non, on veut quelque chose de plus proche. »

     

    La proposition de M. Thériault sera soumise au conseil général du parti le 4 février prochain, lorsque les modalités de la course seront arrêtées.

     

    Une course reportée ?

     

    Du côté de Québec solidaire, on ne se prononce pas officiellement sur cette idée qui n’est, fait-on valoir, encore qu’au stade d’idée, justement. On se demande par ailleurs quel est l’avantage d’une telle proposition puisque rien n’interdit aux membres du PQ, de QS ou d’ON d’être simultanément membres du Bloc.

     

    Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti, n’est pas d’accord. Il fait valoir au Devoir que les citoyens sont beaucoup plus « méfiants » qu’avant à l’idée de devenir membre d’un parti politique. « C’est intéressant parce que ça implique les gens », dit-il. M. Zanetti voit un autre avantage stratégique à cette convergence à l’échelle fédérale : le Bloc ne pourra plus faire ouvertement campagne pour le Parti québécois lors des élections provinciales. « Si le prochain chef du Bloc est choisi par l’ensemble des souverainistes de tous les partis, ça risque de favoriser le maintien de cette neutralité partisane au niveau provincial. »

     

    Le porte-parole du Parti québécois n’a pas rappelé Le Devoir mercredi.

     

    Par ailleurs, M. Thériault proposera au conseil général de reporter la course au leadership au printemps 2018. Les rumeurs veulent que le Bloc propose en février la tenue d’une course rapide devant se terminer le 22 avril prochain. M. Thériault croit que 2017 est déjà trop chargée, avec les courses à la chefferie conservatrice et néodémocrate, le congrès d’orientation péquiste et les élections municipales.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.