Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Steven Blaney mise sur le débat identitaire

    L’aspirant chef du Parti conservateur interdirait le visage couvert à tous les fonctionnaires

    25 octobre 2016 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Steven Blaney est le deuxième candidat à la chefferie conservatrice à faire des questions identitaires une priorité.
    Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Steven Blaney est le deuxième candidat à la chefferie conservatrice à faire des questions identitaires une priorité.

    Au tour de Steven Blaney de se lancer dans la course à la chefferie du Parti conservateur en plaidant vouloir protéger l’identité canadienne. Pour ce faire, l’ex-ministre dit s’inspirer du Québec, mais promet d’aller encore plus loin, en interdisant le visage couvert à tous les fonctionnaires fédéraux, de même que lors du vote et du serment de citoyenneté.

     

    « Présentement, nous assistons à une lente et sûre érosion du socle [identitaire] canadien et il m’apparaît important de l’améliorer, de le renforcer et de l’affirmer avec sérénité pour éviter les dérapages que nous voyons parfois survenir déjà dans notre société », a fait valoir Steven Blaney, en faisant de l’identité sa première annonce politique.

    J'admire les efforts qui sont faits au niveau de la nation québécoise, qui est de revisiter l'identité et la citoyenneté. Et je pense que nous sommes prêts au Canada à cet exercice-là.
    Steven Blaney, nouveau candidat à la chefferie du Parti conservateur

    L’aspirant chef n’a pas été en mesure de fournir des exemples de cette érosion ou d’une incompréhension des valeurs canadiennes chez certains nouveaux citoyens. Toutefois, l’élu québécois souhaite en outre modifier le test de citoyenneté et le serment de citoyenneté afin de s’assurer que les demandeurs connaissent et respectent les « principes fondamentaux de l’identité canadienne » — soit l’engagement à respecter la Charte canadienne des droits et libertés, l’égalité entre les hommes et les femmes. « On ne veut pas que notre pays devienne comme le pays qu’ils ont quitté », a-t-il scandé en anglais.

     

    « J’admire les efforts qui sont faits au niveau de la nation québécoise, qui est de revisiter l’identité et la citoyenneté. Et je pense que nous sommes prêts au Canada à cet exercice-là, que nous devons aborder franchement. Et j’estime qu’une course à la chefferie est un lieu idéal pour avoir une conversation constructive sur la citoyenneté canadienne », a déclaré Steven Blaney.

     

    Le député de Lévis revient à la charge avec son ancien projet de loi privé qui visait à interdire le vote à visage couvert. Mais cette fois-ci, il promet de l’amender pour y interdire également le serment de citoyenneté de même que le travail de tout fonctionnaire fédéral à visage voilé — et non uniquement à ceux en position d’autorité, comme le prévoit le projet de loi québécois en la matière. Si la Cour suprême l’en empêchait, Steven Blaney compte avoir recours à la clause dérogatoire.

     

    M. Blaney est le deuxième candidat à la chefferie conservatrice à faire des questions identitaires une priorité. Kellie Leitch a fait grand bruit en proposant de filtrer les immigrants en les soumettant à un test détectant toutes valeurs « anticanadiennes ».

     

    Le candidat ontarien Michael Chong estime qu’ils font fausse route, car à son avis, les Canadiens ont rejeté de tels discours lors de la dernière élection, après que Stephen Harper avait fait campagne en interdisant le niqab aux cérémonies de citoyenneté. « Je ne crois pas qu’on devrait se concentrer sur des enjeux sociaux qui divisent », a rétorqué M. Chong.

     

    Son collègue Deepak Obhrai, lui aussi candidat à la chefferie, est du même avis. « Je ne suis pas d’accord avec la proposition de Steven Blaney sur le niqab. Ma campagne est basée sur l’inclusion et la promotion de la diversité », a-t-il écrit sur Twitter.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.