Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    En entrevue au «Devoir»

    Trudeau ne garantit plus une réforme électorale majeure

    19 octobre 2016 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    «Si on va changer le système électoral, il faut que les gens soient ouverts à ça», a laissé tomber Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine.
    Photo: Jake Wright Le Devoir «Si on va changer le système électoral, il faut que les gens soient ouverts à ça», a laissé tomber Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine.

    Au moment de célébrer le premier anniversaire de son élection au gouvernement, Justin Trudeau se tourne vers l’avenir et reconnaît les nombreux chantiers qui l’attendent. Énergie Est, les communautés autochtones, mais aussi la réforme électorale promise l’an dernier et sur laquelle le premier ministre ne garantit plus qu’il ira de l’avant.

     

    « Si on va changer le système électoral, il faut que les gens soient ouverts à ça », a laissé tomber Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec Le Devoir cette semaine pour faire le bilan de la dernière année. « On va regarder comment se déroulent les consultations, les réactions, les résultats des rapports. On ne va pas préjuger ce qui serait nécessaire [pour modifier le mode de scrutin]. Mais quand on dit un appui substantiel, ça veut dire quelque chose. »

     

    Justin Trudeau était catégorique lors de la campagne électorale l’an dernier : l’élection 2015 serait « la dernière élection fédérale organisée selon un scrutin majoritaire uninominal à un tour ». Mais depuis, sa ministre des Institutions démocratiques Maryam Monsef a nuancé que le gouvernement libéral agirait « seulement s’il y a un large appui de la part des Canadiens ». Justin Trudeau, lui, n’avait jamais précisé le seuil d’appuis qu’il jugeait nécessaire pour mettre en oeuvre sa promesse électorale.

     

    S’il fait sienne la mise en garde de sa ministre, il précise cependant qu’il « y a des niveaux » de réforme possible. « Moins d’appuis et un petit changement, ce serait peut-être acceptable. Un plus gros changement, ça prendrait un plus gros appui, a-t-il suggéré. C’est quoi un gros changement ? C’est quoi un petit changement ? Toutes ces réflexions-là, c’est pour ça qu’il faut avoir des conversations rigoureuses, intelligentes avec les Canadiens. »

     

    Moins d’appétit ?

     

    Le premier ministre estime avoir été en quelque sorte victime de son succès électoral. Car si les citoyens appuyaient fortement l’idée libérale, l’issue de la dernière élection aurait atténué leur impatience selon lui.

     

    « Sous M. [Stephen] Harper, il y avait tellement de gens mécontents du gouvernement et de son approche que les gens disaient “ça prend une réforme électorale pour ne plus avoir de gouvernement qu’on n’aime pas”. Or, sous le système actuel, ils ont maintenant un gouvernement avec lequel ils sont plus satisfaits. Et la motivation de vouloir changer le système électoral est moins percutante [ou moins criante] », a plaidé M. Trudeau.

     

    Les libéraux ont mandaté un comité parlementaire pour consulter des experts en la matière, de même que d’autres entiés politiques ayant modifié leur mode de scrutin. Les modèles uninominal à un tour, proportionnel ou préférentiel ont été étudiés, de même que le vote obligatoire ou électronique. Justin Trudeau promet-il de respecter ses recommandations, attendues le 1er décembre ? « Est-ce qu’un gouvernement s’engage toujours à appliquer automatiquement n’importe quel résultat du comité ? Jamais, a rétorqué le premier ministre. Mais c’est un outil essentiel pour encadrer une décision éventuelle du gouvernement. »

     

    Les libéraux comptent cependant se fier aussi à l’avis des Canadiens, qui ont été invités à le partager avec le comité, mais aussi lors d’assemblées citoyennes organisées par les députés ou la ministre Monsef. « Malheureusement, veux veux pas, une grande préoccupation pour les partis politiques c’est leur survie immédiate et leur capacité de se financer. Donc, oui, je vais regarder avec une oreille attentive leurs préoccupations, je vais en tenir compte, absolument. C’est un travail important qu’ils sont en train de faire. Mais ce n’est pas le seul travail qui est en train de se faire dans cette réflexion plus large », a fait valoir le premier ministre.

     

    Avec Hélène Buzzetti

    «Si on va changer le système électoral, il faut que les gens soient ouverts à ça», a laissé tomber Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine. 

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine Justin Trudeau se tourne vers l’avenir et reconnaît les nombreux chantiers qui l’attendent. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en entrevue exclusive avec «Le Devoir» cette semaine












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.