Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Légalisation de la marijuana

    L’industrie du «pot» médical veut le contrôle du «pot» récréatif

    28 septembre 2016 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    La production personnelle de marijuana thérapeutique a été protégée par les tribunaux. 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La production personnelle de marijuana thérapeutique a été protégée par les tribunaux. 

    Les producteurs de marijuana thérapeutique ont investi à grands frais pour bâtir cette jeune industrie. Et ils comptent bien rentabiliser leurs investissements en tirant profit de la légalisation de la drogue douce. Ils plaident pour qu’ils soient les principaux fournisseurs de la marijuana récréative lorsqu’elle sera légalisée par Ottawa, car eux seuls, disent-ils, ont l’expertise et l’infrastructure pour alimenter ce futur marché.

     

    Ils sont pour l’instant une trentaine au pays à être autorisés à produire de la marijuana à des fins médicales — la plupart ayant aussi un permis pour la vendre — et ils se sont mobilisés depuis l’élection du gouvernement de Justin Trudeau. Quatre producteurs ont recruté deux firmes de lobbyistes, tandis que la grande majorité s’est regroupée sous les auspices de la toute nouvelle Association cannabis Canada. Cette dernière est elle-même enregistrée au registre des lobbyistes et a déjà plaidé la cause de l’industrie auprès du fédéral. Sa principale recommandation : que l’industrie soit contrôlée, formée de joueurs détenant un permis fédéral comme ses membres. Et que ses membres continuent de vendre eux-mêmes leur production.

     

    « Le Canada compte déjà un cadre réglementaire de calibre mondial pour la production et la distribution responsable et sécuritaire de la marijuana. […] Les producteurs autorisés du Canada sont les mieux placés pour produire un produit sécuritaire, uniforme, de grande qualité, en quantités suffisantes pour répondre à la demande des consommateurs partout au Canada », a fait valoir l’Association cannabis Canada (ACC) dans son document d’information remis au fédéral le mois dernier en vue du dépôt d’un projet de loi par les libéraux pour légaliser la marijuana.

     

    Ce futur marché pourrait atteindre quatre ou cinq milliards de dollars. « Évidemment qu’on est impliqués. C’est notre industrie et on est les principaux acteurs dans tout ça. On serait insouciant de ne pas travailler avec le gouvernement aussi souvent que possible », argue Maxim Zavet, directeur d’Emblem en Ontario.

     

    Surtout qu’outre les importantes sommes mises de l’avant pour démarrer leurs opérations, la plupart des producteurs contactés par Le Devoir continuent d’agrandir leurs installations en prévision de la légalisation prochaine de la marijuana récréative qui fera exploser la demande.

     

    Et les producteurs ont bon espoir qu’Ottawa leur offre de conserver leur monopole sur ce nouveau marché. « Le signal qu’on a du gouvernement, c’est que les producteurs autorisés seront ceux qui alimenteront le marché parce qu’ils sont déjà réglementés », rapporte M. Zavet. Même son de cloche chez Organigram au Nouveau-Brunswick, dont le patron, Denis Arsenault, affirme que « le gouvernement a clairement indiqué qu’il voyait que les producteurs autorisés, c’est une très bonne manière de servir le marché ».

     

    Leur association pancanadienne n’est pas aussi catégorique, n’ayant obtenu « aucune » garantie en ce sens, note la porte-parole Colette Rivet.

     

    Pas de plants de salon

     

    Mais c’est ce que réclame l’ACC, tout en s’opposant à ce qu’Ottawa permette aux particuliers de faire pousser leur consommation personnelle. Si c’est permis, il faudrait imposer « une limite sévère » de nombre de plants par résidence, dont l’habitant devrait se soumettre à une vérification de sécurité afin de s’assurer qu’il n’a pas de liens avec le crime organisé. Et toute production personnelle devrait être soumise aux mêmes réglementations que les gros producteurs — tests de laboratoire, contrôle des quantités récoltées puis vendues. « Il n’y a aucun produit qui est vendu au Canada ou en Amérique du Nord qui n’est pas contrôlé, avec un système de règlements », argue Denis Arsenault qui martèle comme ses concurrents que la production commerciale devra être encadrée.

     

    La production personnelle de marijuana thérapeutique a été protégée par les tribunaux. Mais la production de marijuana récréative comporte des risques, selon les gros producteurs, qui s’inquiètent de la voir finir entre les mains d’enfants ou du crime organisé sur le marché noir. « À l’heure actuelle, c’est trop difficile de s’assurer de l’éviter », insiste George Scorsis, président du gros joueur ontarien Mettrum. « Le gouvernement a des ressources limitées. Avoir un mécanisme de contrôle [pour éviter les abus] c’est irréaliste », renchérit Maxim Zavet d’Emblem.

     

    Or, ce que les producteurs ne disent pas, c’est que leur produit fini est vendu par la poste entre 6 $ et 15 $ le gramme. Le prix dans la rue oscillerait autour des 10 $. Mais un petit producteur qui fait pousser sa propre marijuana estimait, en entretien avec Le Devoir au printemps, qu’il débourse 0,10 $ le plant. Il en revend à quelques copains moins de 5 $ le gramme. Et il disait au Devoir qu’il continuerait ses activités.

     

    Les gros producteurs nient craindre que ce genre d’opérations menace leur marché. « Quand quelque chose de qualité, testé, est facilement disponible sur les tablettes de magasins, je ne crois pas que les gens vont choisir un produit maison », estime John Moeller de Broken Coast.

     

    Adam Greenblatt, qui a milité pour l’accès à la marijuana médicale et qui est aujourd’hui chez le producteur Tweed en Ontario, croit de son côté que les adultes devraient tous avoir un « droit automatique » de cultiver une certaine quantité de cannabis. Il suffirait de limiter le nombre de plans et la superficie que ceux-ci peuvent occuper pour limiter leur grosseur et leur production.

     

    Et qui vendra ?

     

    L’association de producteurs réclame de conserver sa part du marché de distribution, en continuant de vendre ses récoltes par la poste. « Certains de nos membres estiment que leur viabilité dépend de leur capacité à participer au marché de détail », stipule l’ACC dans son rapport au comité consultatif mis sur pied par Ottawa. Le groupe rejette la vente en SAQ et autres sociétés des alcools provinciales puisque combiner ces substances altère davantage l’état du consommateur. L’ACC propose plutôt des magasins vendant uniquement des produits du cannabis.

     

    La légalisation devrait aussi permettre une dose assez élevée de THC et toute la gamme de produits du cannabis — herbe séchée et huiles vendues avec une ordonnance médicale. « Si on veut éliminer le marché noir, on doit offrir une gamme de produits qui fait compétition aux produits offerts sur le marché noir », explique Denis Arsenault.

     

    La vente ne devrait par ailleurs pas être soumise aux frontières provinciales. Une entreprise comme Broken Coast exporte 85 % de ses ventes à l’extérieur de la Colombie-Britannique, principalement en Ontario.

     

    Les producteurs ne se prononcent pas sur l’âge minimum d’achat. Mais de l’établir à plus de 25 ans, en tenant compte des risques accrus pour la santé en deçà de cet âge, pourrait envoyer les plus jeunes vers le marché noir prévient l’ACC.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.