Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Énergie Est

    Le vrai enjeu

    Manon Cornellier
    16 septembre 2016 |Manon Cornellier | Canada | Éditoriaux

    Pourquoi est-ce si compliqué de comprendre les inquiétudes de bien des Québécois à l’égard du projet de pipeline Énergie Est ? À en croire le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, et l’ancien premier ministre Brian Mulroney, d’autres facteurs que les risques environnementaux devraient influer sur la décision.

     

    Leurs déclarations sont venues coup sur coup en début de semaine. En entrevue avec la chaîne BNN lundi, M. Wall a dit s’inquiéter pour l’unité du pays si le processus « ne se terminait pas bien ». S’adressant à un auditoire albertain mardi soir, M. Mulroney a déclaré qu’une politique en matière de pipelines menée par M. Trudeau entraînerait des « centaines de milliards de dollars en nouveaux investissements, des millions de nouveaux emplois, rapprocherait l’Est et l’Ouest ».

     

    Ce genre de déclarations passe sous silence le fait le Québec profiterait bien peu de ce projet alors qu’il assumerait l’essentiel des risques du nouveau tronçon à construire. On parle de 33 emplois directs permanents, une fois la construction terminée, selon les données du promoteur. De plus, ce pétrole qui traverserait son territoire ne servirait pas à réduire sa dépendance au pétrole étranger puisque aux dires mêmes de TransCanada, l’essentiel du bitume serait destiné à l’exportation et le reste, à la raffinerie Irving au Nouveau-Brunswick.

     

    Encore plus irritante est cette manie qu’a M. Wall de braquer les projecteurs uniquement sur le Québec, un piège qu’évite M. Mulroney en évoquant d’autres projets. Or, il y en a un autre beaucoup moins long et plus près des producteurs de l’Ouest qui attend l’approbation du gouvernement fédéral. Il s’agit de la ligne Kinder Morgan entre l’Alberta et la Colombie-Britannique. Ce projet fait face à une opposition aussi farouche qu’au Québec. Personne, surtout pas M. Wall, n’accuse, même à mots couverts, le gouvernement britanno-colombien, les citoyens et les groupes de cette province de menacer l’unité canadienne.

     

    Le débat sur Énergie Est doit en rester à ce qu’il doit être : une évaluation rigoureuse et crédible des risques environnementaux, avec en arrière-plan les retombées réelles pour le Québec, une fois la construction réalisée. L’unité du pays n’a rien à voir là-dedans. Ce n’est qu’un épouvantail.

     

    Le processus de l’Office national de l’énergie, discrédité par ses propres commissaires, ne fait rien pour rassurer la population. Trois nouveaux commissaires seront nommés, les audiences reprendront, mais encore faut-il qu’on cesse de prendre à la légère ou de haut les préoccupations légitimes des Québécois. Et pour M. Wall, de tenter de les transformer en boucs émissaires d’une incurie qui n’est pas la leur.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.