Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Des sénateurs forcés de renoncer au français

    Les failles du service de traduction exaspèrent les francophones

    28 juin 2016 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Le sénateur libéral Serge Joyal a constaté le problème dans les débats autour de l’important projet de loi sur l’aide à mourir.
    Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Le sénateur libéral Serge Joyal a constaté le problème dans les débats autour de l’important projet de loi sur l’aide à mourir.

    La chose a fait sourciller quelques francophones. Pendant le très médiatisé débat sur l’aide médicale à mourir, un des sénateurs les plus impliqués dans le dossier, le sénateur québécois Serge Joyal, a livré tous ses discours… en anglais. Assimilation ottavienne ? Nenni. C’est plutôt la mauvaise qualité de l’interprétation offerte à la Chambre haute qui le pousse à renoncer à la langue de Molière. L’insatisfaction des francophones est telle que des plaintes ont été déposées.

     

    « C’est la qualité de la traduction et le décalage qu’il y a entre la traduction elle-même et le ton pris pour convaincre [qui explique mon choix de l’anglais] », indique Serge Joyal en entrevue avec Le Devoir. « Il m’est arrivé de parler en français — bon, j’ai un certain français, pas le français de la rue — et la traduction parfois n’était pas correcte. Les gens m’ont demandé après coup ce que j’avais dit parce qu’ils n’avaient pas tout à fait compris. »

     

    Les interprètes du Sénat, comme ceux partout dans l’enceinte parlementaire, se trouvent dans de petites cabines insonorisées nichées dans des encoignures. Ils écoutent les discours et les relaient au micro, au fur et à mesure, dans l’autre langue officielle du pays. Chaque siège au Sénat, à la Chambre des communes, dans les salles de comité et dans les tribunes réservées au public est doté d’une oreillette permettant d’écouter les délibérations en version originale ou en version ainsi traduite.

     

    Glissement de sens

     

    Le leader conservateur au Sénat, Claude Carignan, confirme le problème. « Il y a beaucoup d’insatisfaction par rapport à la qualité de l’interprétation », confirme-t-il au Devoir. « Je suis au caucus, je parle français et je vois les gens avoir une réaction que je ne comprends pas, qui est sans lien avec mon propos. Et je réalise qu’une nuance n’a pas été faite. »

     

    M. Carignan donne en exemple une conversation (dont il demande de taire les détails pour ne pas trahir la confidentialité des discussions) où il proposait d’inclure un adversaire politique dans un comité. La consternation des collègues l’a amené à comprendre que, dans la bouche de l’interprète, l’adversaire se voyait offrir la présidence du comité !

     

    « Je suis francophone, je parle français parce que je veux faire passer le message qu’il y a du français au Sénat, et cela altère la qualité de mon discours [auprès de mes collègues anglophones] », se désole-t-il. « C’est pénible qu’on en soit encore là en 2016. »

     

    M. Carignan confie qu’au cours des six derniers mois, « au moins trois plaintes » ont été déposées à l’administration du Sénat pour que le greffier rencontre Travaux publics, le ministère responsable du Bureau de la traduction qui fournit les services d’interprétation et de traduction au Parlement. Il soutient que la situation ne change pas pour autant, d’où la frustration.

     

    La porte-parole du Sénat, Jacqui Delaney, confirme l’information. « Étant donné les préoccupations qui ont été soulevées au cours des derniers mois au sujet des services de traduction, les membres du sous-comité des communications ont demandé au greffier du Sénat de continuer à travailler avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada afin de répondre à ces préoccupations et ainsi améliorer et assurer la capacité des parlementaires à exercer efficacement leur travail dans les deux langues officielles », a-t-elle fait savoir par courriel.

     

    De son côté, le ministère des Travaux publics nie qu’une plainte officielle ait été déposée. « Le Bureau de la traduction a communiqué avec le greffier du Sénat, qui a confirmé qu’il n’a pas transmis de plainte concernant la qualité des services d’interprétation et de traduction », a indiqué un porte-parole du ministère par courriel. Mais il continue en écrivant que « le Bureau travaille étroitement avec le greffier du Sénat ». Il prétend que les préoccupations ne portent que sur la qualité sonore de l’interprétation.

     

    À l’écrit aussi

     

    L’insatisfaction ne porte pas seulement sur l’interprétation. Elle concerne aussi la traduction des textes écrits produits par le Sénat. M. Carignan estime qu’elle n’est pas de qualité suffisante. Au point qu’il affirme utiliser ses budgets parlementaires pour embaucher sa propre traductrice. « Même le service des communications du Sénat fait de plus en plus de la traduction interne », soutient-il.

     

    Le sénateur Joyal confirme. Il arrive souvent qu’au terme d’une rencontre, le plus francophone du groupe se voie confier la tâche de réviser la traduction produite par Travaux publics et d’y apporter les modifications requises. « On a une charge additionnelle, soupire Serge Joyal. On veut s’assurer que le texte publié en français soit lisible. Il m’est arrivé je ne sais plus combien de fois depuis que je suis à Ottawa d’avoir à réviser le texte français et le donner au président ensuite. On a toujours la responsabilité de s’assurer que la qualité du français soit très bonne. »

     

    M. Joyal refuse néanmoins de jeter la pierre au service de traduction. « C’est toujours un peu délicat de critiquer publiquement, car, évidemment, les gens font des efforts. Mais ils ont subi d’importantes coupes au ministère des Travaux publics. Ils ont diminué le nombre de postes permanents, ils ont recours à des traducteurs contractuels qui ne maîtrisent pas nécessairement le lexique dans des domaines particuliers. […] Dans ce contexte, on ne peut pas leur faire de reproches quand ils opèrent dans des conditions extrêmement difficiles qui ne sont pas idéales pour donner le service. Alors, on est donc un peu coincés. »

     

    Rappelons que des insatisfactions similaires envers les interprètes de la Cour suprême avaient alimenté le débat sur le bilinguisme des juges. Des plaideurs francophones avaient écouté après coup l’interprétation qui avait été faite de leurs propos pour se rendre compte que leur argumentaire avait été mal rendu en anglais.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.