Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Sondage Léger-Le Devoir-Le JdeM

    Le Canada n’en a que pour Trudeau

    9 février 2016 |Guillaume Bourgault-Côté | Canada
    Globalement, les «voies ensoleillées» de Justin Trudeau plaisent à la population. Une majorité de répondants au sondage (54 %) se disent ainsi satisfaits du gouvernement.
    Photo: Darren Calabrese La Presse canadienne Globalement, les «voies ensoleillées» de Justin Trudeau plaisent à la population. Une majorité de répondants au sondage (54 %) se disent ainsi satisfaits du gouvernement.
    Consultez le sondage Léger-LeDevoir-Le JdeM

    C’est une lune de miel qui dure depuis quatre lunes… Quelque 100 jours après l’entrée en fonction du gouvernement Trudeau, les libéraux et le premier ministre profitent d’un niveau d’appuis exceptionnel au Canada — y compris au Québec —, révèle un sondage Léger. Et le NPD paie cher le prix de cette popularité.

     

    Le coup de sonde pancanadien réalisé pour Le Devoir, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec indique que, si des élections avaient eu lieu entre le 1er et le 4 février, le Parti libéral du Canada (PLC) aurait obtenu 49 % des intentions de vote, très loin devant le Parti conservateur (27 %), dirigé par Rona Ambrose.

     

    Le Nouveau Parti démocratique (NPD) se trouve quant à lui relégué à une forme de marginalité, avec 15 % d’appuis au pays. La formation de Thomas Mulcair obtient 17 % au Québec, à égalité statistique avec les conservateurs et le Bloc québécois (15 %).

     

    Les difficultés de M. Mulcair se lisent également dans les résultats à la question « qui ferait le meilleur premier ministre? ». Une personne sur dix cite alors M. Mulcair… soit quatre fois moins que Justin Trudeau (40 %). Les chiffres sont semblables au Québec (40 % contre 16 %).

     

    La domination libérale s’exprime pleinement dans les provinces de l’Atlantique (75 % d’appuis), au Québec (49 %), en Ontario (50 %) et en Colombie-Britannique (45 %). Les libéraux détiennent une mince avance au Manitoba et en Saskatchewan (43 %, quatre points devant les conservateurs), et sont deuxièmes en Alberta avec 32 %. Les conservateurs sont toujours au plus fort dans cette province-bastion, avec 55 % d’appuis.

     

    Comparé aux résultats de l’élection du 19 octobre, le sondage montre que les libéraux ont engrangé 10 points d’appuis de plus, alors que les conservateurs et les néodémocrates en ont perdu environ cinq chacun.

     

    Globalement, les « voies ensoleillées » de Justin Trudeau plaisent à la population. Une majorité de répondants au sondage (54 %) se disent ainsi satisfaits du gouvernement, alors que 33 % sont au contraire insatisfaits.

     

    «Passer la gratte »

     

    « On voit que le bloc conservateur résiste bien [aux libéraux], note Christian Bourque, vice-président chez Léger. Mais sinon, Justin Trudeau a volé la base électorale du NPD en octobre, et il continue à ravager cette base, à passer la gratte au centre et à gauche. »

     

    Au terme de la traditionnelle période de grâce de 100 jours qui suit l’élection d’un nouveau gouvernement, le plébiscite est donc presque complet pour Justin Trudeau. Mais quel constat peut en tirer Thomas Mulcair, dont le leadership pourrait être remis en question lors du congrès du NPD en avril ?

     

    Christian Bourque fait valoir que le recul du NPD et de M. Mulcair est plutôt normal… mais néanmoins inquiétant. « Après une défaite électorale, les gens punissent souvent [le perdant], dit-il. Nous sommes encore dans cette phase post-électorale qui fait mal au NPD et à son chef. Mais il y a place à l’inquiétude, oui. »

     

    M. Bourque rappelle toutefois que la principale qualité que l’on prête à M. Mulcair est sa grande efficacité comme parlementaire. En ce sens, « il est temps que les travaux reprennent [il y a eu trois semaines de travaux depuis l’élection], car l’effet du temps aidera M. Mulcair » à se repositionner, estime l’analyste. « Pour l’instant, il n’y a de la place que pour M. Trudeau. »

     

    Réfugiés

     

    Le sondage permet par ailleurs de mesurer que l’accueil de réfugiés syriens par le Canada divise la population. À la question de savoir s’ils sont satisfaits de « l’accueil de 10 000 réfugiés syriens [c’était essentiellement l’objectif d’accueil pour le 31 décembre 2015] par le Canada », 41 % des répondants ont dit oui, et 38 % ont plutôt signalé leur insatisfaction. Les sympathisants bloquistes (61 %) et conservateurs (69 %) sont plus largement opposés.

     

    Sinon, les répondants estiment dans une proportion de 39 % que les « actions du nouveau gouvernement Trudeau sur la scène internationale ont amélioré » l’image du Canada à l’étranger. Une personne sur cinq (22 %) pense qu’au contraire, ces actions ont « détérioré » l’image canadienne.

     

    Le sondage, non probabiliste, a été réalisé en ligne entre le 1er et le 4 février auprès de 1524 Canadiens. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de plus ou moins 2,1 % dans 19 cas sur 20.





     













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.