Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Cabinet Trudeau

    Valeurs libérales et coopération au menu des ministres

    14 novembre 2015 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Parmi les ministres qui ont du pain sur la planche, Jody Wilson-Raybould, à la Justice, que l’on voit ici avec le premier ministre, Justin Trudeau, le jour de l’assermentation, le 4 novembre dernier.
    Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Parmi les ministres qui ont du pain sur la planche, Jody Wilson-Raybould, à la Justice, que l’on voit ici avec le premier ministre, Justin Trudeau, le jour de l’assermentation, le 4 novembre dernier.

    Qui dit gouvernement de changement dit série de lois et de réformes à modifier. Justin Trudeau a chargé son cabinet de revoir une panoplie de mesures conservatrices, pour abandonner ou amender celles qui ne cadrent pas avec les valeurs libérales, révèlent les lettres de mandat confiées aux nouveaux ministres et rendues publiques vendredi. On y dénote en outre deux priorités du nouveau premier ministre : l’environnement et la collaboration.

     

    Les troupes libérales ont été élues en promettant un « vent de changement » aux Canadiens. Justin Trudeau refuse de les décevoir, prévient-il dans ces lettres de mandat remises à ses ministres — des documents qui demeurent habituellement confidentiels. Ainsi, le premier ministre somme son équipe de collaborer avec les provinces, les territoires, les municipalités, de même que les peuples autochtones — « aucune relation n’est plus importante » que cette dernière, note-t-il en introduction à la liste des tâches confiées à ses ministres. Ceux-ci devront en outre collaborer avec leurs rivaux parlementaires, la société civile, et même les journalistes. Et si elles font des erreurs, ses troupes devront « les reconnaître sur-le-champ », ordonne Justin Trudeau.

     

    Parmi ses ministres qui ont du pain sur la planche, Jody Wilson-Raybould, à la Justice. Cette dernière doit non seulement prévoir l’enquête nationale fort attendue sur les femmes autochtones disparues, mais aussi modifier le Code criminel pour permettre l’aide à mourir et légaliser la marijuana. Mme Wilson-Raybould est en outre invitée à revoir tous les litiges entrepris par ses prédécesseurs conservateurs. La ministre devra abandonner les appels ou prises de position « qui ne cadrent pas avec nos engagements, avec la Charte [des droits et libertés] ou avec nos valeurs ». Déjà, l’appel contestant l’autorisation du niqab aux cérémonies de citoyenneté risque d’être retiré dans les prochains jours.

     

    Une série de lois devront quant à elle être ajustées : la loi antiterroriste C-51 — les superpouvoirs des services de sécurité seront mieux encadrés — et la loi C-42 sur les armes à feu — qui sera revue pour renforcer le contrôle. Cetteloi conservatrice octroyait au ministre de la Sécurité publique le pouvoir de déterminer quelles armes seraient prohibées et retirait aux provinces la possibilité de resserrer les règles en matière d’armes à feu sur leur territoire. La loi électorale sera aussi changée pour annuler l’obligation pour certains citoyens de fournir davantage d’informations pour s’identifier, ce qui limitait leur droit de vote.

     

    Correctifs à l’international

     

    Ces « valeurs libérales » devront aussi être représentées sur la scène mondiale. Finie l’interdiction de financer des avortements à l’étranger, comme l’avaient ordonné les conservateurs. L’aide aux femmes dans le monde sera
    « orientée en fonction de preuves et de résultats plutôt qu’en fonction de considérations idéologiques », prévient Justin Trudeau.

     

    Le Canada renouera aussi avec les missions de paix et abandonnera sa mission de bombardements contre le groupe armée État islamique au Moyen-Orient. La lettre au ministre de la Défense ne précise pas quand. Elle réitère que le ministre Harjit Sajjan devra tenir un appel d’offres pour remplacer la flotte d’avions de chasse. Mais les consignes ne précisent pas si le F-35 de Lockheed Martin sera écarté du processus — ce qui a pourtant été promis en campagne électorale.

     

    Chicanes à l’horizon ?

     

    Le premier ministre martèle à chaque occasion l’importance de collaborer, mais il prévient en revanche qu’Ottawa viendra « rationaliser et élargir » les ententes avec les provinces sur le développement du marché du travail et celle sur la formation de la main-d’oeuvre — que les conservateurs ont réformée, à la suite de négociations périlleuses. Ottawa devra collaborer « sans obliger les autres ordres de gouvernement à assumer de nouveaux coûts ». Mais il y a fort à parier que les pourparlers pourraient s’avérer de nouveau tendus.

     

    Les provinces seront en outre invitées à causer environnement. La lutte contre les changements climatiques est évoquée dans les lettres de cinq ministres, outre la responsable de l’Environnement. Tour à tour, ils sont invités à prioriser les projets verts et les investissements dans les énergies propres. Marc Garneau, aux Transports, est sommé d’imposer un moratoire sur le transport de pétrole brut au nord de la Colombie-Britannique. Il devra aussi proposer des mesures pour bonifier la sécurité ferroviaire — mais la directive s’en tient là et reste floue.

     

    Les libéraux devront enfin se montrer transparents : données ouvertes, allocations de dépenses de députés publiques et même analyse des coûts de tout projet de loi sont réclamées par M. Trudeau. Les négociations avec la fonction publique devront se faire « de bonne foi ». Et le processus de nomination au conseil d’administration de Radio-Canada sera ajusté pour s’assurer que ces nominations soient « indépendantes et fondées sur le mérite ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.