Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Le Bloc à la croisée des chemins

    Gilles Duceppe envisage de démissionner, croit le député Louis Plamondon

    21 octobre 2015 |Marco Fortier | Canada
    Gilles Duceppe
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gilles Duceppe
    Consultez tous les résultats

    Le réveil a été brutal pour Gilles Duceppe. Le Bloc québécois a obtenu lundi le pire résultat de l’histoire pour un parti souverainiste — à peine 19,3 % des voix —, des milliers de votes de moins qu’en 2011 et a échoué à atteindre le seuil de 12 élus nécessaire pour être reconnu en tant que parti au Parlement.

     

    Le chef bloquiste, battu une deuxième fois dans sa circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, doit annoncer jeudi s’il reste ou s’il tire sa révérence, après avoir rencontré le Bureau national du parti. Des membres influents du Bloc souhaitent que Gilles Duceppe reste à la tête de la formation, mais s’attendent à ce qu’il démissionne.

     

    « Il pense que ce n’est pas possible de continuer comme chef étant donné qu’il n’a pas été élu dans sa circonscription », a confié au Devoir Louis Plamondon, le doyen des élus à la Chambre des communes. Le député de 72 ans a été élu pour la dixième fois dans Bécancour-Nicolet-Saurel, au Centre-du-Québec.

     

    M. Plamondon a parlé deux fois à son chef, lundi soir et mardi matin. Gilles Duceppe ne lui a rien confirmé, mais Louis Plamondon est convaincu que sa décision de quitter est prise. « J’aimerais qu’il reste, mais ça va être difficile de le garder, dit-il. Il prend toujours des décisions très réfléchies, en concertation avec sa famille et ses proches. »

     

    Louis Plamondon estime que Gilles Duceppe demeure le porte-étendard idéal pour le Bloc. Même si le parti a recueilli 4 points de pourcentage de moins qu’en 2011, il a remporté 10 sièges, comparé à quatre sièges il y a quatre ans. M. Duceppe a de l’expérience, il connaît ses dossiers comme pas un et les Québécois l’apprécient. Le parti économiserait aussi 200 000 $ en évitant de tenir une course à la chefferie. M. Duceppe pourrait partager son temps entre Ottawa et Montréal, où il habite, croit le député Plamondon.

     

    « Pour lui, ça aurait été vivable d’être chef, mais ça ne serait pas l’idéal parce qu’il ne siège pas », reconnaît M. Plamondon.

     

    Bonne campagne, mauvais résultat

     

    Gilles Duceppe a mené une campagne sans faille malgré sa pause de quatre ans loin de la politique active, estime Jean-Herman Guay, professeur de science politique à l’Université de Sherbrooke. Il a permis au Bloc de sauver les meubles et d’éviter la mort du parti souverainiste, qui semblait imminente il y a quelques mois à peine, sous la direction de Mario Beaulieu.

     

    « M. Duceppe n’a rien à se reprocher. Il a été bon dans les débats, il a fait le tour de la province, il a bien défendu ses dossiers », dit M. Guay.

     

    « Mais malgré la campagne efficace du chef, le résultat de l’élection c’est ça ? On est très loin des belles années du Bloc », souligne le politologue.

     

    En deux décennies, les appuis au parti souverainiste ont fondu de plus de la moitié. Les indépendantistes ont subi une série de revers historiques depuis la vague orange de 2011. Le Parti québécois a cédé l’Assemblée nationale aux libéraux de Philippe Couillard après seulement 18 mois au pouvoir, en avril 2014. Et les 19,3 % des voix amassées lundi par le Bloc représentent le plus faible appui obtenu par un parti souverainiste depuis les débuts du mouvement, au tournant des années 60.

     

    Ce résultat est d’autant plus frustrant pour le Bloc que Justin Trudeau a défendu l’esprit de la fameuse loi sur la clarté référendaire, honnie par la classe politique québécoise, rappelle Jean-Herman Guay. Le chef libéral s’est prononcé sans équivoque contre la reconnaissance d’un oui à 50 % plus une voix dans un référendum sur l’indépendance du Québec.

     

    « Les Québécois francophones ont cautionné ce discours-là », affirme le professeur. À sa connaissance, jamais Trudeau père ne s’était prononcé aussi clairement sur la règle du 50 % plus un.

     

    « Rappelez-vous que Lucien Bouchard avait démissionné comme premier ministre du Parti québécois, en janvier 2001, parce que les Québécois n’avaient pas réagi à la loi sur la clarté et au projet d’union sociale, qui impliquait des programmes fédéraux dans des champs de compétence des provinces, par le gouvernement Chrétien. M. Bouchard trouvait les Québécois indifférents à cette question en 2001, ils le sont autant en 2015 », explique Jean-Herman Guay.

     

    Dans un article à paraître dans L’état du Québec 2016, le professeur soutient que le nationalisme n’est pas mort, mais que le mouvement indépendantiste doit redéfinir sa stratégie avant les élections provinciales prévues en 2018.

     

    Le Bloc fait toujours partie de l’artillerie souverainiste, a soutenu Gilles Duceppe mardi, en conférence de presse, quand on lui a demandé si le parti ne divisait pas les forces indépendantistes. « Ça c’est une très mauvaise compréhension et une analyse qui ne tient pas la route. Vous parlez d’éparpiller les forces, mais c’est le contraire. On a vu le référendum en 80 où il y avait 75 fédéralistes au gouvernement, on a eu 40 %. Quand il y avait 53 députés souverainistes sur le terrain en 95 [54 ont été élus, mais un est décédé], on a pratiquement gagné. On a perdu, mais c’était très très très très serré. Je vois la même chose en Écosse et en Catalogne. Je pense qu’au contraire, ce sont des forces complémentaires », a répondu M. Duceppe.

     

    Louis Plamondon croit que le Bloc peut tirer son épingle du jeu avec 10 députés en Chambre. « Il s’agit de bien préparer nos interventions en fonction des intérêts du Québec, explique-t-il. Par exemple, nous avons posé des questions qui ont eu beaucoup d’impact sur le passage de superpétroliers sur le fleuve. »

     

    L’ancien chef bloquiste Mario Beaulieu — qui a été élu dans La Pointe de l’Île —, fait valoir de son côté que Justin Trudeau devra répondre à des questions importantes en matière d’unité nationale et de protection du français, entre autres. Le Bloc n’a pas dit son dernier mot, selon lui.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.