Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Élections du 19 octobre 2015

    Prenons garde!

    Bernard Descôteaux
    17 octobre 2015 |Bernard Descôteaux | Canada | Éditoriaux
    Nous voici au terme de la plus longue campagne électorale que le Canada ait connue. Plusieurs indications portent à croire que les Canadiens arrêteront leur choix lundi sur le Parti libéral de Justin Trudeau, mais en se gardant de lui permettre de former un gouvernement majoritaire. La prudence l’exige.
     

    Au point de départ de cette campagne, les Canadiens et les Québécois exprimaient une nette volonté de changement. Le souhait était de mettre fin à dix années de régime conservateur. En 2006 et 2008, ils avaient accepté de faire confiance au nouveau Parti conservateur dirigé par Stephen Harper. Ce parti apparaissait être la seule solution de rechange à un Parti libéral éclaboussé par le plus grand scandale politique des 100 dernières années, celui des commandites. Ils ne lui avaient d’abord qu’entrouvert la porte, ne lui accordant une majorité qu’à l’élection de 2011, ce qui aujourd’hui appelle des regrets.

     

    Dix ans plus tard, ce gouvernement conservateur qui s’était engagé à relever la valeur morale des élus s’est lui aussi laissé emporter par ses intérêts partisans, mais d’une autre manière. Comme l’a illustré l’affaire Duffy, les conservateurs de Stephen Harper ne sont pas partis avec des millions. Ils ont plutôt mis l’État au service de leur parti pour asseoir leur pouvoir. Ils l’ont fait avec une arrogance et une mesquinerie inégalées dans l’histoire canadienne, bousculant sans arrêt les institutions parlementaires au risque de les dénaturer, modifiant le régime électoral pour affaiblir les adversaires, contestant l’autorité des institutions judiciaires, concentrant les pouvoirs dans les seules mains du premier ministre, tout cela dans le but de transformer la société canadienne dans ses valeurs et ses référents symboliques.

     

    La transformation de la fibre sociale se constate aujourd’hui. Le changement s’est fait de façon graduelle avec l’adoption de politiques et de lois inspirées par les valeurs conservatrices, telle « la loi et l’ordre ». L’obsession sécuritaire transparaît maintenant dans tout notre système policier, judiciaire et pénitentiaire. Cela vaut pour la lutte contre la criminalité comme pour la lutte contre le terrorisme, où l’on a fait passer au second plan le respect des droits et libertés. Cet esprit sécuritaire a aussi inspiré la politique étrangère de ce gouvernement, qui a abandonné la traditionnelle neutralité canadienne pour s’engager dans le camp des faucons. Les valeurs de partage et de générosité qui inspiraient la « société juste » des années libérales ont été remplacées par des valeurs individuelles.

     

    Cette longue campagne électorale a permis d’observer attentivement le Parti libéral de Justin Trudeau et le Nouveau Parti démocratique de Thomas Mulcair, qui seuls pouvaient constituer une solution de rechange au gouvernement conservateur. On a pu évaluer leurs programmes et juger la capacité de leurs chefs à assumer la fonction de premier ministre. La première place aurait dû revenir au NPD puisque à titre d’opposition officielle, il avait eu quatre années pour se préparer et se faire valoir comme « gouvernement en attente ». Il a commencé la campagne électorale en meneur pour se faire doubler peu à peu par le Parti libéral. Son erreur aura été d’avoir refusé d’assumer son identité de parti progressiste, pensant qu’en se déplaçant de la gauche vers le centre de l’échiquier politique, il apparaîtrait plus fréquentable. Il n’avait pas compris que les électeurs étaient prêts à voter à gauche pour marquer une rupture forte avec la droite conservatrice de Stephen Harper. Dommage pour ce parti qui n’avait jamais été aussi proche du pouvoir que cette année.

     

    Ce que le NPD n’a pas compris des attentes des électeurs, le Parti libéral l’avait pour sa part bien saisi. Pour lui, tout s’est joué autour de cette position étonnante sur la question des déficits budgétaires. Contre toute attente, il a mis de l’avant un cadre budgétaire reposant sur de modestes déficits budgétaires permettant de soutenir la relance d’une économie canadienne poussive. De son côté, le chef néodémocrate s’enferrait dans la politique des déficits zéro associée au Parti conservateur. Alors qu’à Ottawa comme à Québec, les gouvernements n’en ont que pour les politiques d’austérité, cette promesse libérale fut reçue avec raison comme un vent de fraîcheur. Dès lors, la campagne libérale prit son envol, nous révélant un jeune chef beaucoup plus mature que d’aucuns ne le croyaient et un parti apparemment renouvelé après son purgatoire de dix ans dans l’opposition.

     

    Le vote stratégique se portera vraisemblablement vers le Parti libéral lundi. Il pourrait être appelé à former le prochain gouvernement. Mieux vaut un gouvernement libéral qu’un gouvernement conservateur dont on pourra effacer les errements. Prenons garde toutefois. La campagne libérale a été scriptée dans ses moindres détails. Justin Trudeau a suivi scrupuleusement son texte. Malgré les apparences, il est loin d’avoir l’expérience et la maturité de ses adversaires. Prenons garde aussi à cette idée que le Parti libéral aurait surmonté ses vieux démons. L’affaire Dan Gagnier nous rappelle que ce parti est un parti de pouvoir qui n’est pas porté que par de nobles ambitions. Aussi, il ne faut pas se laisser emporter par une poussée de fièvre du dernier moment qui lui donnerait une majorité. Avant de lui accorder sa permanence, une période de probation s’impose. Minoritaire, il lui faudra cohabiter avec ses partenaires naturels que sont les néodémocrates et les bloquistes. Il sera tenu de chercher des consensus et de mettre de côté l’esprit partisan. Après les années Harper, un retour au calme est plus que souhaitable.

     

    L’idée du vote stratégique a servi en début de campagne d’argument pour écarter le Bloc québécois, amenant certains de ses partenaires sociaux et syndicaux à lui retirer leur appui, voire à contester sa pertinence du fait qu’il n’aspire pas à assumer le pouvoir. Ce parti, comme tout autre, a droit à une représentation à la Chambre des communes. Tous les courants d’opinion ont le droit de s’y faire entendre, y compris ce courant « nationaliste-souverainiste » qui représente un poids important dans la société québécoise.

     

    En cette fin de campagne où prend forme le scénario d’un gouvernement libéral minoritaire, la présence d’un contingent de députés bloquistes devrait être vue comme une nécessité. Les interventions de Justin Trudeau lors des débats des chefs montrent que sur la « question nationale », le Parti libéral n’a pas changé. On peut croire que sa tendance centralisatrice se manifestera à nouveau. Encore ici, il faut prendre garde. Ce n’est pas parce qu’il y aurait des libéraux au gouvernement à Québec comme à Ottawa que les revendications du Québec seraient mieux accueillies dans la capitale fédérale. Le Bloc québécois a montré par le passé qu’il est une voix forte lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts du Québec. On a cru en 2011 que les députés néodémocrates du Québec pourraient jouer ce rôle, mais étant intégrés à un parti national, ils n’ont pas eu la liberté de parole qu’avaient les bloquistes. Le Bloc doit retrouver une place dans le prochain Parlement.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.