Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pourquoi nous appuyons le NPD

    10 octobre 2015 |Texte collectif* | Canada

    Les électeurs québécois souhaitent en grande majorité un changement de gouvernement à Ottawa. Après dix ans de règne conservateur, nous sommes d’accord : il est temps de passer à autre chose. Nous sommes un groupe d’universitaires québécois et québécoises convaincu qu’il est temps pour le Québec d’exercer pleinement son poids politique à Ottawa, non seulement par une représentation à la Chambre des communes, mais aussi en votant pour un parti qui aspire à former le gouvernement.  
     

    Dans un système électoral uninominal à un tour, les partis qui aspirent à prendre le pouvoir doivent coaliser des perspectives parfois divergentes. Il n’est par conséquent guère réaliste de penser qu’un parti pouvant prétendre au pouvoir puisse défendre l’ensemble de nos positions politiques préférées. Il s’agit de choisir le parti qui est susceptible d’adopter la gamme de politiques qui se rapproche le plus de nos valeurs.

     

    En tant que progressistes attachés aux droits fondamentaux et désireux de contribuer à l’assainissement de notre vie démocratique, nous croyons que le Nouveau Parti démocratique est le choix le plus prometteur dans le contexte actuel. Nous ne nous berçons pas d’illusions. Aucun parti n’est susceptible de réaliser la totalité des engagements annoncés. Nous croyons toutefois que l’élection d’un premier gouvernement du NPD dans l’histoire du Canada favoriserait l’émergence d’une vision de la société centrée sur la solidarité sociale, la réduction des inégalités, la lutte contre les changements climatiques, l’établissement d’une relation plus juste avec les peuples autochtones et une politique internationale plus humanitaire.

     

    Certains, à gauche, sont déçus par le mouvement vers le centre du NPD — un mouvement inauguré par J. Layton et poursuivi par T. Mulcair. Nous comprenons cette déception, mais contestons énergiquement l’inférence selon laquelle cela nous autorise à mettre tous les partis dans le même panier.

     

    Il est vrai que le PLC de J. Trudeau a surpris en adoptant un programme plus progressiste que ce à quoi les gouvernements libéraux du passé nous ont habitués. On dit même que le PLC a doublé le NPD sur sa gauche en raison de sa volonté de faire de modestes déficits pendant trois ans même si le pays n’est pas en récession. L’analyse du caractère progressiste des plateformes ne doit toutefois pas être fondée strictement sur la décision de faire des déficits ou non. Ce qui importe le plus, ce sont les politiques fiscales et sociales annoncées par les partis.

     

    À ce titre, la proposition du NPD de créer un système public de garderies est préférable aux chèques que le PLC veut envoyer aux familles. Un service de garde abordable et de qualité favorise l’égalité des chances, la mixité sociale et l’emploi des femmes. Et comme le NPD s’est engagé à reconnaître aux provinces un droit de retrait avec pleine compensation, le Québec pourrait compter sur des nouveaux transferts qui lui permettraient de mieux financer les CPE.

     

    De plus, il est absolument possible d’adopter de nouvelles politiques sociales tout en équilibrant le budget en augmentant les recettes fiscales de l’État. Le NPD s’est ainsi engagé à utiliser les revenus engendrés par l’élimination de l’allégement fiscal pour ceux qui se prévalent de leur option d’achat d’actions pour financer son plan de lutte contre la pauvreté chez les enfants. Il s’est aussi engagé à augmenter les impôts des grandes entreprises et à réinvestir dans l’assurance-emploi.

     

    Enfin, le programme du NPD relativement à la lutte contre le réchauffement climatique est le plus ambitieux des trois principaux partis, puisqu’il s’engage à réduire de 34 % les GES d’ici 2025, alors que les conservateurs ne visent qu’une réduction de 14,4 % d’ici 2030 et que les libéraux n’ont pas encore précisé de cible. Si l’on peut regretter le manque de clarté du NPD concernant le projet Énergie Est, son engagement envers un processus d’évaluation environnementale sévère, prenant en compte les effets réels de tout projet sur le climat et devant être cohérent avec nos engagements internationaux, nous paraît un gage suffisant pour l’appuyer dans la présente élection.

     

    Le NPD — le parti de l’assurance maladie universelle — est celui qui a été le plus constant dans la défense de la social-démocratie dans les cinquante dernières années. Son chef, T. Mulcair, n’est pas parfait, mais il s’est démarqué dans cette campagne par sa volonté de défendre des positions de principe même lorsque la compromission et l’opportunisme auraient été plus payants d’un point de vue électoral.

     

    Attaqué par J. Trudeau, qui a repris à son compte la ligne dure de J. Chrétien et de S. Harper au sujet du droit à l’autodétermination du Québec, Mulcair a défendu la règle du 50 % + 1. Sur la désespérante question du niqab, alors que le Bloc nourrit la politique de la division et de la distraction des conservateurs, le NPD n’a pas fléchi. Et a-t-on besoin de rappeler que le NPD a voté contre C-51, alors que le PLC a voté pour ? Ces prises de position n’incarnent-elles pas le genre d’intégrité morale et de courage politique que nous souhaitons de la part des élus ?

     

    Nous pensons qu’un gouvernement du NPD représente la meilleure chance d’une gouvernance sociale-démocrate constante et cohérente, ainsi que d’une influence forte du Québec à Ottawa. Une fenêtre historique s’est ouverte dans les derniers mois ; ne la laissons pas se refermer pour une histoire de niqab orchestrée de toutes pièces par le Parti conservateur.

    *Jocelyn Maclure, Dominique Leydet, Martin Papillon, Ryoa Chung, Daniel Weinstock, Jane Jenson, Frédérick Guillaume Dufour, Martine Delvaux, Dimitrios Karmis, Pascale Dufour, Peter Dietsch, Isabelle Dumont, David Robichaud, Naïma Hamrouni, Martin Petitclerc, Charles Taylor, Mélanie Bourque, Pablo Gilabert, Geneviève Nootens, Patrick Turmel.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.