Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Vote

    Les jeunes abdiquent leur pouvoir politique, avertit l’INM

    18 septembre 2015 |Karl Rettino-Parazelli | Canada
    L’INM propose entre autres de créer un cours d’éducation à la citoyenneté en troisième secondaire. Ci-dessus, des élèves du Collège international Marie-de-France participent à une simulation de vote.
    Photo: Pedro Ruiz Archives Le Devoir L’INM propose entre autres de créer un cours d’éducation à la citoyenneté en troisième secondaire. Ci-dessus, des élèves du Collège international Marie-de-France participent à une simulation de vote.

    Le faible taux de participation des jeunes lors des élections fédérales constitue le « suicide politique » d’une génération entière, met en garde l’Institut du Nouveau Monde (INM), qui interpelle les partis politiques pour renverser cette tendance.

     

    L’INM a tiré la sonnette d’alarme jeudi dans le but d’attirer l’attention sur l’abstentionnisme des jeunes Canadiens, qui a atteint des niveaux « dramatiques ». Lors des élections fédérales de 2011, seulement 39 % des jeunes de 18 à 24 ans ont exercé leur droit de vote, comparativement à 70 % pour les électeurs plus âgés.

     

    « On assiste en ce moment à notre suicide politique, a affirmé la conseillère stratégique à l’INM, Geneviève Baril, en interpellant la génération des 18-35 ans. Pourtant, à l’échelle du pays, nous représentons un peu plus de 8 millions d’électeurs, soit le tiers de l’électorat canadien. Imaginez si on allait tous voter. »

     

    L’INM a concocté une réforme en cinq points pour mettre fin à l’abstention électorale des jeunes Canadiens. Il recommande d’abord l’instauration d’un cours obligatoire d’éducation à la citoyenneté en 3e secondaire, qui permettrait aux jeunes de mieux comprendre le fonctionnement de notre système démocratique. Ce cours permettrait aux décideurs d’abaisser à 16 ans l’âge minimum pour voter, juge l’INM.

     

    L’organisme suggère également de mettre en place un « service civique » volontaire pour favoriser l’engament communautaire ou politique des jeunes, qui est étroitement lié à la participation électorale.

     

    L’INM propose finalement de rendre le vote obligatoire et de modifier le mode de scrutin pour y inclure une part de proportionnalité.

     

    « Les partis politiques ont assurément un rôle à jouer pour favoriser le vote des jeunes, estime Mme Baril. C’est un cercle vicieux. Il faut qu’ils adaptent leur plateforme pour les intéresser. »

     

    Les partis se prononcent

     

    Les six principaux partis politiques en lice au Québec ont été invités à expliquer comment ils entendent inciter les jeunes à voter. Du lot, seul le NPD n’a pas répondu à la demande du Devoir.

     

    « Je l’ai vu sur le terrain et je le vois à Ottawa : les jeunes ont beau proposer des idées, investir les partis politiques, ce sont les chefs et leur entourage qui prennent presque toutes les décisions, a noté le chef de Forces et Démocratie, Jean-François Fortin, qui a été le premier à répondre à nos questions. On propose une nouvelle manière de faire. Pas de ligne de parti, pas de position imposée […] et la liberté pour les jeunes d’exprimer leurs idées sans se faire tasser. »

     

    « Nous croyons que les jeunes seront séduits par un gouvernement conservateur qui n’hypothèque pas leur génération, a fait valoir le Parti conservateur dans une déclaration transmise par courriel. Contrairement aux libéraux et au NPD, notre gouvernement conservateur favorisera leur épanouissement par des impôts bas et un budget équilibré et n’accumulera pas des dettes massives qui seront payées par les prochaines générations. »

     

    L’une des plus jeunes candidates du Bloc québécois, Catherine Fournier, s’est quant à elle dite convaincue qu’en parlant de souveraineté et d’environnement, la plateforme électorale de son parti interpelle les 18-35 ans. « Ce n’est pas vrai que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique. L’intérêt est là, il faut simplement le réveiller », a-t-elle expliqué en soulignant que le tiers des candidats du Bloc ont moins de 35 ans.

     

    De son côté, le Parti vert du Canada a tenu à rappeler qu’il aborde des enjeux qui touchent directement les jeunes, comme l’abolition des droits de scolarité, qu’il mobilise des équipes de jeunes sur les campus universitaires et qu’il assure une forte présence sur les médias sociaux.

     

    La candidate libérale dans Outremont, Rachel Bendayan, a par sa part évoqué le conseil consultatif composé de jeunes de 16 à 24 ans que promet de créer le Parti libéral du Canada pour conseiller le premier ministre dans ses décisions. « On reconnaît que les jeunes se sentent exclus, mais on comprend pourquoi. Stephen Harper a tout fait pour alimenter le cynisme, notamment lors de la période des questions. […] C’est en inspirant les jeunes qu’on va les intéresser à la politique », croit-elle.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.