Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Énergie Est

    Les arguments de Mulcair ne tiennent pas la route, estiment des spécialistes

    13 août 2015 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    Des manifestants ont dénoncé mercredi la position du NPD par rapport au pipeline de TransCanada.
    Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Des manifestants ont dénoncé mercredi la position du NPD par rapport au pipeline de TransCanada.

    De passage à Lévis, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a été forcé d’expliquer son appui de principe à la construction de l’oléoduc Énergie Est. Mais la justification qu’il avance — la diminution du trafic pétrolier par bateaux et par trains — est démolie par les spécialistes et les environnementalistes consultés.

     

    Le chef néodémocrate a rabroué un journaliste qui lui reprochait de ne pas exprimer son appui au projet de TransCanada aussi ouvertement lorsqu’il est en sol québécois que lorsqu’il se trouve ailleurs au Canada. Thomas Mulcair s’est alors lancé dans une longue tirade exposant sa logique en matière de transport des produits pétroliers.

     

    « On doit essayer de créer avec nos richesses des emplois ici. […] Oui, ça peut être gagnant d’amener du produit d’ouest en est, et on le fait déjà avec le rail. Mais c’est hautement dangereux, comme on l’a vu à Mégantic. Ici, à Saint-Romuald, on a une usine de transformation, une raffinerie, mais le pétrole sillonne le Saint-Laurent dans des superpétroliers. Si vous voulez savoir ce qui est un réel danger pour l’environnement, on va parler d’un superpétrolier rempli de pétrole brut en train de sillonner le Saint-Laurent. »

     

    M. Mulcair a ensuite reproché aux chefs conservateur et libéral d’appuyer des projets de pipeline d’exportation, comme Keystone XL, qui déplaceront à l’étranger les emplois liés au raffinage. « Ça peut être gagnant d’amener le produit d’ouest en est et de créer 40 000 emplois au Canada. Ça peut être gagnant pour le producteur et offrir une meilleure redevance pour la province, ça peut être gagnant parce que ça va éliminer les superpétroliers du Saint-Laurent et les trains hautement dangereux qui sillonnent les municipalités à travers le Québec. »

     

    Immédiatement, analystes et environnementalistes ont déboulonné l’argumentaire néodémocrate. Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC, rappelle que ni la raffinerie Suncor de Montréal ni celle de Valero à Lévis n’ont réservé de capacité sur l’oléoduc de TransCanada. « Leur approvisionnement ne serait absolument pas touché par la présence ou non d’Énergie Est », assure-t-il. Ces deux raffineries reçoivent leur ressource par trains ou par bateaux d’outre-mer.

     

    Le pétrole qui serait acheminé de l’Ouest par Énergie Est (1,1 million de barils par jour) est presque exclusivement destiné à l’exportation, soulignent tous les intervenants consultés. L’oléoduc aboutirait à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, où le pétrole brut serait chargé sur des bateaux.

     

    Si un terminal maritime devait être construit le long du pipeline au Québec (cette possibilité est en suspens depuis que le site de Cacouna a été écarté), alors le pétrole qui y serait dirigé serait lui aussi mis sur des bateaux. L’ironie, souligne M. Pineau, c’est que ce terminal, et les emplois qui y seraient rattachés, rendrait peut-être le projet plus digeste, mais ferait en sorte qu’« il y aurait plus de transport pétrolier par bateaux sur le Saint-Laurent, pas moins ».

     

    C’est plutôt un tout autre projet, l’inversion vers l’est du flux dans l’oléoduc 9B d’Enbridge, qui risque d’avoir les effets décrits par Thomas Mulcair. En partie. Le 9B inversé acheminera 300 000 barils par jour de pétrole canadien à Montréal, où Suncor pourra en raffiner 137 000. Les 163 000 barils restants seront envoyés par bateaux à Lévis, qui diminuera d’autant ses arrivages d’outre-mer. En d’autres mots, il y aura moins de trains et de bateaux provenant de l’étranger, mais un nouveau trafic de pétroliers entre Montréal et Lévis verra le jour.

     

    « Subterfuge »

     

    Steven Guilbeault, d’Équiterre, se dit « un peu surpris parce que M. Mulcair parle de ce projet comme s’il visait à alimenter l’Est en pétrole de l’Ouest », ce qui n’est pas le cas. Même avec Énergie Est, les Québécois continueront de consommer du pétrole étranger arrivé par rails ou par mer. « Je m’explique mal ces commentaires de M. Mulcair. Peut-être que dans un monde idéal, ça devrait être ça, mais la réalité commerciale est [autre]. »

     

    Martin Poirier, de la fondation Coule pas chez nous, qualifie de « subterfuge » la façon qu’a Thomas Mulcair de présenter le pipeline comme une solution de rechange aux trains. « Les compagnies qui possèdent les projets de transport par trains ne sont pas les mêmes compagnies qui poussent les projets de transport par oléoducs. » Secure Energy, par exemple, pilote un projet de terminal ferroviaire à Belledune, au Nouveau-Brunswick, pouvant accueillir 240 wagons de pétrole par jour. « Chacun va de l’avant avec ses propres projets. »

     

    Mercredi, le chef du NPD a réitéré son intention de revoir le processus d’évaluation environnementale fédéral, modifié par les conservateurs, afin qu’il soit « complet, crédible et fiable ». « C’est ça, la racine du problème. » Martin Poirier estime que cela ne changera rien puisque l’Office national de l’énergie, même avant les changements, « n’a jamais refusé un projet ». « On voit très bien que le baromètre du NPD, à quelques nuances près, est le même que celui du Parti conservateur et celui des libéraux, à savoir qu’ils veulent que ce projet se fasse », conclut-il.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.