Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Pierre Elliott Trudeau au Congrès américain

    La vraie histoire d’une fausse citation

    Pierre Elliott Trudeau a-t-il vraiment dit que la souveraineté du Québec serait un «crime contre l’humanité»?

    3 janvier 2015 | Louis Massicotte - Professeur au Département de science politique de l’Université Laval | Canada
    Le premier ministre Trudeau, après son fameux discours devant le Congrès américain, le 22 février 1977.
    Photo: Fred Chartrand Archives La Presse canadienne Le premier ministre Trudeau, après son fameux discours devant le Congrès américain, le 22 février 1977.

    Lors d’un débat organisé par Le Devoir à Québec le 5 novembre dernier, un des panélistes a soutenu que le premier ministre Pierre Elliott Trudeau avait déclaré devant le Congrès américain en 1977 que la souveraineté du Québec serait « un crime contre l’humanité ». Une telle déclaration serait à l’évidence outrancière. L’aversion viscérale de Trudeau envers le projet de sécession du Québec est bien connue. L’aversion non moins viscérale des indépendantistes québécois envers Trudeau l’est tout autant. Mais Trudeau a-t-il vraiment dit pareille chose ?

     

    On le jurerait au nombre de personnes qui le répètent. Une recherche sur le Web permet de constater que nombreux sont ceux qui tiennent cette citation pour évidente. Même un site de l’Université de Sherbrooke et l’encyclopédie Wikipédia reprennent cette version.

     

    Qu’en est-il vraiment ? Voyons voir. Le 22 février 1977, Trudeau prononce un important discours devant les deux chambres du Congrès américain. À part un paragraphe en français, son discours est prononcé dans la langue de ses auditeurs. Le discours aura un grand retentissement. Voici le texte exact du fameux passage, tiré de la page 4904 du Congressional Record, l’équivalent américain du Journal des débats : « Most Canadians understand that the rupture of their country would be an aberrant departure from the norms they themselves have set, a crime against the history of mankind. »

     

    « Un crime contre l’histoire du genre humain. » Voilà une affirmation fort catégorique, mais bien différente de la version si souvent répétée. Elle s’enracine dans une vision de l’histoire que Trudeau avait exprimée dans un texte de Cité Libre en 1962, reproduit plus tard dans son livre Le fédéralisme et la société canadienne-française : « L’histoire de la civilisation, c’est l’histoire de la subordination du nationalisme tribal à des appartenances plus larges. » Trudeau pensait qu’à long terme l’humanité, à partir de clans étroits refermés sur eux-mêmes, chemine vers la constitution d’entités politiques plus larges.

     

    Le nationalisme du XIXe siècle participe lui-même à cette évolution, en écrasant les différences régionales et les langues minoritaires au sein des États qu’il domine, mais il prétend arrêter ce mouvement lorsqu’il a réussi à constituer des États-nations culturellement homogènes, stade suprême du développement. Trudeau croyait plutôt que le mouvement allait continuer et s’en félicitait, au vu des excès du nationalisme durant la première moitié du XXe siècle. C’est une vision particulière du développement historique, et qualifier de « crime » toute volonté d’aller en sens contraire relève de la polémique politique. Mais on est loin de la citation si souvent répétée.

     

    D’où vient alors la légende selon laquelle Trudeau aurait qualifié le sécessionnisme québécois de « crime contre l’humanité » ? La responsabilité en incombe en bonne partie aux collaborateurs de Trudeau eux-mêmes, puisque la version française du texte du discours, même si elle ne fut pas prononcée devant le Congrès, parlait bel et bien, et inexactement, d’un « crime contre l’humanité ». C’est cette version qui fut publiée dans Le Devoir et La Presse du lendemain. Aussitôt dénoncée comme incendiaire, elle amena le bureau du premier ministre à faire le jour même une mise au point rapportée par Bernard Descôteaux dans Le Devoir du 24 février et dans La Presse du lendemain, et dans laquelle on lit les mots exacts prononcés par Trudeau. Il semble que cette mise au point ait échappé à plusieurs.

     

    Il reste que le New York Times du 23 février parlait bel et bien de « crime against humanity » (et le Globe and Mail de « crime against humanism »). D’où une dernière hypothèse : et si Trudeau, emporté par les circonstances, s’était écarté momentanément de son texte et avait bel et bien dit « crime against humanity », le Record se bornant, lui, à reproduire le texte original anglais distribué pour l’occasion ? Il existe une seule façon de le savoir : écouter l’enregistrement original du discours prononcé, enfoui dans les collections de la Bibliothèque du Congrès. Je l’ai fait faire et le résultat détruit cette hypothèse. Trudeau a bel et bien dit « a crime against the history of mankind », et non la phrase qu’on s’obstine à lui attribuer.

     

    L’utilisation à des fins polémiques de citations inexactes constitue un classique de l’arsenal politique. Quand « tout le monde » soutient quelque chose, beaucoup ne prennent pas la peine de vérifier à la source, surtout si cela va dans le sens de leurs opinions. D’autres encore présument que tant de personnes ne peuvent sûrement pas se tromper. La rigueur exige un travail méthodique et ingrat, mais nécessaire. On peut être d’accord avec un acteur politique, il n’est pas justifié pour autant de déformer, intentionnellement ou non, les paroles qu’il a prononcées.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.