Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Politique fédérale

    Les conservateurs se payent une agence de presse

    20 décembre 2014 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada

    Saviez-vous que les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont sécuritaires et bons pour vous ? Non ? Pourtant, c’est sûrement vrai puisqu’un récent article de nouvelle le dit. Un « article », il est vrai, commandé et financé par Monsanto et pistonné par une « agence de nouvelles »qui se spécialise dans le placement médiatique d’informations endoctrineuses. Le gouvernement conservateur trouve visiblement l’idée bonne parce qu’il a retenu les services de L’Édition nouvelles pour disséminer la bonne parole fédérale. L’opposition crie à la propagande.

     

    Selon le site Blacklock’s, spécialisé en politique fédérale, Ottawa a signé un contrat de 1,25 million de dollars avec le groupe L’Édition nouvelles (News Canada). Ce groupe se targue d’offrir aux quotidiens, aux hebdomadaires et aux stations de radio et de télévision du « matériel journalistique crédible, libre de droits d’auteur, prêt à utiliser et qui arrive à point nommé ». En vertu du contrat, les « articles »et vidéos de L’Édition nouvelles sont commandés et approuvés par le gouvernement fédéral.

     

    Ces « articles » traitent de la marijuana médicale, des autochtones, des bienfaits du versement bancaire direct ou encore de la sécurité dans les aéroports. La liste est difficile à établir, car les articles ne sont pas classés en fonction de leurs commanditaires.

     

    Ainsi, un long « reportage » de six minutesraconte l’histoire d’une réserve indienne manitobaine qui voit à son développement économique. Et un leader autochtone de dire : « Les gens comprennent que les fonds du gouvernement ne pourront pas subvenir à tous les besoins. » Une autre vidéo raconte à quel point le processus de négociation des réclamations territoriales autochtones fonctionne bien. On prend bien soin de dire qu’en vertu des ententes négociées, 350 millions de dollars ont été versés l’an dernier. « Le futur est lumineux. Nous trouvons plus de solutions qui bénéficient aux deux partis et qui apporteront un sentiment de justice à tous. »

     

    De très nombreux « reportages » parlent des bienfaits de choisir le paiement direct pour les transactions avec le gouvernement. Un de ceux-là illustre le chemin que parcourt un chèque de Travaux publics (le même ministère qui finance le contrat avec L’Édition nouvelles), de l’impression en passant par la salle du courrier jusqu’à la boîte à lettres du citoyen.

     

    Un autre raconte le lancement par l’Agence spatiale canadienne d’un satellite qui étudiera les tempêtes solaires. Quelques autres enfin énumèrent ce qu’un passager devrait faire pour faciliter son passage à la sécurité dans les aéroports, des« reportages » qui mettent évidemment en vedette l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien.

     

    Placement publicitaire

     

    Le NPD ne mâche pas ses mots pour dénoncer ce qu’il considère comme la « grosse machine bleue à propagande ». « La grosse machine bleue de propagande des conservateurs est scandaleuse. Ce gouvernement n’a aucun scrupule à induire en erreur les Canadiens en publiant des nouvelles qui n’en sont pas », a déclaré parcommuniqué de presse le député Charlie Angus. Il raille ce qu’il appelle un « faux centre des nouvelles du Canada ».

     

    L’Édition nouvelles n’est ni plus ni moins qu’une agence de placement publicitaire qui s’invite dans les pages et les sites Internet des médias au pays. Une représentante de l’entreprise, Jessica Teckson, a expliqué au Devoir que ce sont les marques de commerce qui payent pour que soient conçus les « reportages » mettant en vedette leurs produits. L’Édition nouvelles fait ensuite des démarches auprès des médias pour que le matériel gratuit soit utilisé.

     

    Par exemple, un des articles s’intitule « Déboulonner cinq mythes répandus à propos des OGM ». On y dit que les OGM « sont parmi les cultures les plus testées de l’histoire » et que bien qu’ils soient présents dans des « billions de repas consommés dans le monde », il n’y a eu « aucun cas crédible de dommage ». « L’article » propose un lien vers le site gmoanswers.com tenu par le Council for Biotechnology Information, dont font partie Monsanto et autres géants du génie agroalimentaire de ce monde.

     

    Plus banalement, un reportage expliquant comment bien choisir la nourriture de son animal de compagnie met en vedette une vétérinaire travaillant pour Hill’s et qui explique comment lire l’étiquette nutritionnelle d’un sac — quel hasard ! — de moulée Hill’s.

     

    Malgré tout, dans un courriel envoyé au Devoir, L’Édition nouvelles affirme fonctionner comme l’agence de presse réputée La Presse canadienne en respectant son « guide de rédaction » et en adhérant « aux normes éditoriales » non spécifiées. D’ailleurs, elle exige que tous les textes repris soient identifiés comme provenant de NC (News Canada), qui imite le sigle de PC. La principale intéressée se rebiffe. « Il n’y a rien dans ce que fait L’Édition nouvelles qui est “ juste comme La Presse canadienne ”. La Presse canadienne est une agence de presse indépendante qui produit du journalisme équilibré et objectif. L’Édition nouvelles semble être une agence de relations publiques. Toute suggestion selon laquelle nous sommes dans le même domaine est, au mieux, trompeuse », a commenté par courriel le rédacteur en chef, Stephen Meurice.

     

    Le ministère des Transports, qui reconnaît avoir utilisé les services de L’Édition nouvelles, a expliqué l’avoir fait « comme moyen additionnel pour informer les Canadiens au sujet des programmes et services du ministère ». « Transports Canada fournit de l’information et du contenu à newscanada.com, qui s’occupe de la rédaction et de la distribution des articles. »

     

    Publier pour gagner

     

    Par ailleurs, pour s’assurer que les articles sont repris, L’Édition nouvelles a mis sur pied un concours. Plus un média diffusera le matériel de L’Édition nouvelles, plus il aura de chances de gagner un des 10 coupons d’une valeur de 500 $ chacun chez Via Rail. Pour se qualifier, il faut accumuler des points. Un article vaut trois points, une vidéo en vaut cinq et un combo article et vidéo en reçoit 10.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.