Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Colombie-Britannique

    Les francophones devant la Cour suprême pour leurs écoles

    3 décembre 2014 |Philippe Orfali | Canada

    Aux prises avec des écoles délabrées et des ressources insuffisantes, la population francophone de Colombie-Britannique poursuit sa lutte pour l’équité. Mardi, devant la Cour suprême du Canada, les parents de l’école primaire Rose-des-Vents de Vancouver ont réclamé un établissement « équivalent » à ceux de la majorité. Le premier de deux procès intentés contre la province à cet égard.

     

    Fondée en 2001, Rose-des-Vents accueille aujourd’hui plus de 350 élèves. Il s’agit de la seule école primaire francophone desservant l’ouest de Vancouver. Depuis 2010, les parents des élèves fréquentant l’école et le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique réclament devant la cour un établissement « de qualité équivalente aux établissements scolaires » détenus par la majorité anglophone du même secteur. En vain. Ils espèrent désormais que le plus haut tribunal au pays rétablira le jugement de la Cour suprême de Colombie-Britannique, et conclura que Rose-des-Vents est « surpeuplée, moins facilement accessible que les écoles de langue anglaise de la région et que ses installations [sont] de piètre qualité », ce qui constituerait une violation de l’article 23 de la Charte des droits et libertés. Un jugement qui ferait écho à d’autres rendus par le tribunal concernant l’éducation dans la langue de la minorité ailleurs au pays. « Pourquoi doit-on toujours se rendre en Cour suprême pour l’éducation francophone ? Le coût. Vancouver détient le marché immobilier le plus dispendieux au pays. Et l’éducation, ça coûte très cher », souligne l’avocat Mark Power, qui représente le Conseil scolaire.

     

    Poursuites multiples

     

    Depuis la création du système d’éducation francophone provincial, en 1995, le Conseil scolaire a lui-même été impliqué dans trois poursuites. En 2010, les parents de Rose-des-Vents avaient traîné le Conseil devant les tribunaux pour remédier à la surpopulation et au sous-financement de l’école. Ce n’est que plus tard que les deux parties ont convenu de poursuivre conjointement le gouvernement à cette fin. Le Conseil poursuit actuellement Victoria dans le cas de 15 autres écoles pour les mêmes motifs.

     

    Le gouvernement de la Colombie-Britannique a décliné la demande d’entrevue du Devoir.

     

    La province compte 71 000 francophones, dont 42 000 vivent à Vancouver et Victoria. Le réseau scolaire compte 36 écoles accueillant près de 5300 jeunes.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.