Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Indépendance

    Bernard Landry presse le PQ d’adopter les manières du Bloc

    Le ton plus tranché de Mario Beaulieu serait la voie à suivre

    25 juillet 2014 | Marie Vastel - Correspondante parlementaire à Ottawa | Canada
    L'ex-premier ministre Bernard Landry
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'ex-premier ministre Bernard Landry

    Le projet souverainiste est le même, la stratégie du Parti québécois et du Bloc pour y arriver devraient l’être aussi, de l’avis de Bernard Landry. L’ancien premier ministre québécois voit d’un bon oeil le discours indépendantiste plus tranché du nouveau chef bloquiste, Mario Beaulieu. Et il estime que les péquistes devront suivre la même voie lorsqu’ils se choisiront un chef.

     

    L’élection de Mario Beaulieu à la tête du Bloc québécois a beau avoir froissé certains militants et anciens députés — et l’ex-chef Gilles Duceppe —, Bernard Landry, lui, endosse le discours de l’indépendance avant tout martelé par le nouveau leader.

     

    Reprenant le laïus de M. Beaulieu, l’ancien premier ministre péquiste souligne à son tour que « ce qui est important, c’est de parler franchement au peuple, les yeux dans les yeux. […] Avoir un discours convivial, mais clair et précis ». Les bloquistes, comme les péquistes, doivent absolument parler davantage de souveraineté.

     

    Le moment venu, les militants du Parti québécois choisiront leur nouveau chef et l’approche indépendantiste à adopter ; rassembler en évitant de brandir un référendum imminent, ou marteler le besoin de souveraineté immédiate. « Mais je pense que le PQ n’a pas le choix ; il a été fondé pour faire l’indépendance nationale. Tourner le dos à cela serait catastrophique à tous égards, pour le Québec et pour le parti », a commenté M. Landry, en entretien téléphonique avec Le Devoir jeudi.

     

    Mauvaise idée, alors, d’attendre « le moment approprié » pour parler référendum, comme le faisait Pauline Marois ? « Oui, attendre que le moment soit venu. Mais faire que le moment arrive le plus vite possible. Attendre, ça ne veut pas dire ne rien faire », a souligné l’ancien chef de Mme Marois, qui est plus pressé de causer souveraineté.

     

    Au lendemain du scrutin provincial qui a offert sa pire défaite au PQ — et qui survenait un an après que le Bloc a été décimé sur la scène fédérale —, certains observateurs en comprenaient que les électeurs ne voulaient plus entendre parler d’indépendance. M. Landry n’est pas de ceux-là. « Tout ça doit simplement nous porter à une réflexion profonde, à beaucoup de lucidité. Nous n’avons plus le droit à l’erreur », prévient-il, en arguant que les deux défaites référendaires ne peuvent pas être suivies d’une troisième. Mais le verdict électoral de 2012 « ne doit pas nous décourager », somme-t-il. Le PQ doit trouver des « moyens de présenter de façon contemporaine » son projet — et ce, particulièrement « auprès de la jeunesse » —, en rappelant « les raisons de [René] Lévesque et les nouvelles raisons » de faire l’indépendance.

     

    Après avoir appuyé Mario Beaulieu à la chefferie bloquiste, Bernard Landry reprend donc son discours. Terminée, la « stratégie attentiste » critiquée par M. Beaulieu, qui avait reproché aux péquistes et aux bloquistes d’avoir « un peu mis la souveraineté de côté » au fil des dernières années. Lui veut marteler les désaccords avec Ottawa et le besoin d’indépendance du Québec. Une approche qu’ont choisi d’endosser les militants bloquistes, en juin.

      

    Un favori pour la chefferie ?

     

    Si Bernard Landry se prononce quant à la stratégie gagnante pour le PQ, il se fait plus prudent sur le choix de celui ou celle qui devrait la défendre.

     

    « Il y en a plusieurs qui sont sur la ligne de front. Et comme on n’a pas la liste au complet, ce ne serait pas prudent de prendre parti », a-t-il répondu, diplomate. « Sauf qu’on voit bien par les sondages qu’il y en a un qui brille plus que les autres. » Rien ne dit pour l’instant que c’est Pierre Karl Péladeau qui succédera à Pauline Marois, a-t-il noté, mais « c’est sûr qu’il fait partie des bons candidats ».

     

    Les anciens ministres Bernard Drainville, Alexandre Cloutier, Véronique Hivon, Jean-François Lisée, Pascal Bérubé et Martine Ouellet sont aussi pressentis comme candidats.

     

    Quant à celui qu’il avait décidé d’appuyer publiquement dans la course à la chefferie bloquiste, M. Landry ne craint pas qu’il soit contesté bien longtemps. « Ça va se calmer », prédit-il.

     

    « Le chemin vers l’indépendance nationale est souvent sinueux et parfois chaotique. Les choses ne peuvent pas se passer simplement comme dans un parti qui cherche le pouvoir et veut simplement faire de la gestion. »

     

    Le nouveau chef bloquiste ne s’inquiète pas lui non plus. « Ça arrive dans toute course à la chefferie qu’il y ait des gens moins contents. » Mais « globalement », « la grande majorité [des membres des conseils exécutifs] se rallie et beaucoup de nouvelles personnes rejoignent les gens du Bloc », a soutenu M. Beaulieu.

     

    Quant aux anciens députés qui ont dit ne pas vouloir se représenter sous sa gouverne, certains l’avaient déjà décidé avant même qu’il ne devienne chef, rétorque-t-il. Les candidats bloquistes aux élections de 2015 compteront « plusieurs nouvelles figures et d’anciens députés », promet-il.

     

    L’ex-élu d’Abitibi-Témiscamingue Marc Lemay — qui fait partie des anciens qui claquent la porte — prédit en revanche que « la majorité des députés qui ont oeuvré jusqu’à 2011 » feront comme lui, furieux de s’être fait reprocher un travail d’« attentiste ».

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel