Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    La première ministre de l’Alberta, Alison Redford, démissionne

    Alison Redford a fait son annonce mercredi en fin de journée devant des partisans réunis dans la rotonde de l’Assemblée législative, à Edmonton.
    Photo: La Presse canadienne (photo) ?Jason Franson Alison Redford a fait son annonce mercredi en fin de journée devant des partisans réunis dans la rotonde de l’Assemblée législative, à Edmonton.
    Edmonton – Alison Redford ne sera plus la première ministre de l’Alberta à compter de dimanche.

    Elle a annoncé sa démission mercredi soir.

    Mme Redford était aux prises avec de la contestation au sein du caucus du Parti progressiste-conservateur en raison de son style de leadership et de dépenses douteuses.

    « Tout simplement, je ne suis pas prête à laisser des querelles internes au sein du parti et du caucus faire obstacle, a-t-elle déclaré à des partisans réunis dans la rotonde de l’Assemblée législative. J’ai donné mon cœur et mon âme à cette province chaque minute, pendant deux ans et demi. »

    Mme Redford n’a pu tempérer des semaines de révélations faisant état de dépenses somptueuses de sa part et de la part de son gouvernement.

    Tout a commencé lorsqu’on a rapporté qu’elle avait dépensé 45 000 $ pour des billets d’avion de première classe et un avion gouvernemental pour assister aux funérailles de Nelson Mandela en Afrique du Sud.

    D’autres révélations ont eu l’effet de coups de massue : Mme Redford faisant usage d’avions gouvernementaux pour des vacances ; pour permettre à sa fille et à des amis de sa fille de se déplacer ; pour se rendre aux funérailles d’un membre de sa famille à Vancouver.

    D’autres informations faisaient était de salaires dans les six chiffres pour les membres du cercle fermé de Mme Redford, y compris 316 000 $ pour son chef de personnel, Farouk Adatia. En comparaison, le chef de personnel du président américain Barack Obama touche un salaire de 172 000 $.

    Il y a eu des demandes pour que Mme Redford rembourse les frais du voyage en Afrique du Sud. Elle a finalement cédé après que les tensions à l’intérieur de son caucus ont atteint la sphère publique. « Je m’excuse sincèrement auprès des Albertains pour ces coûts, avait écrit Mme Redford dans une lettre. J’ai mis en place des mesures pour que cela n’arrive plus. »

    Le président de l’Association conservatrice d’Edmonton-Beverly-Clairview, Steve Robson, a demandé le 14 mars à Mme Redford de démissionner, craignant qu’elle mène le parti vers la défaite aux prochaines élections. Mme Redford avait commenté, sur les ondes de Global Edmonton, qu’il avait droit à son opinion.

    Mme Redford est devenue chef du Parti progressiste-conservateur en 2011 et a mené son parti à la victoire, face au parti Wildrose, lors des élections provinciales de 2012.

    Elle est la deuxième première ministre du parti à quitter ses fonctions après avoir détenu le poste pendant moins de cinq ans. Ed Stelmach avait remis sa démission après seulement quatre ans, après avoir été confronté à une révolte de son caucus en lien avec son propre budget.
    Alison Redford a fait son annonce mercredi en fin de journée devant des partisans réunis dans la rotonde de l’Assemblée législative, à Edmonton. La première ministre de l'Alberta, Alison Redford












    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.