Les conservateurs auraient eu 22 sièges de plus sur la nouvelle carte électorale

Selon le redécoupage de la carte électorale fédérale, les conservateurs auraient emporté 188 sièges, plutôt que 166.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Selon le redécoupage de la carte électorale fédérale, les conservateurs auraient emporté 188 sièges, plutôt que 166.
Ottawa — Les conservateurs auraient obtenu 22 sièges de plus aux dernières élections, en 2011, si le redécoupage de la carte électorale et ses 30 nouveaux sièges avaient été en vigueur, estime Élections Canada.

L'agence fédérale a transposé les votes de ces élections générales sur le découpage des nouvelles circonscriptions, qui seront utilisées au prochain scrutin en 2015.

Selon cette transposition des votes, les conservateurs auraient emporté 188 sièges, plutôt que 166. Le Nouveau Parti démocratique aurait obtenu six sièges de plus, et les libéraux deux. Le Bloc québécois et le Parti vert n'auraient pas augmenté leur nombre de sièges.

Les gains du Parti conservateur sont toutefois plus modestes en termes de suffrages exprimés à l'échelle nationale qu'en termes de sièges: ils auraient obtenu 55,6 % des voix, comparativement à 53,8 % en 2011.

Les modifications apportées à la carte électorale après le plus récent recensement, pour refléter les changements démographiques, ajoutent 15 nouveaux sièges en Ontario, six en Alberta et en Colombie-Britannique, et trois au Québec. La plupart des circonscriptions ont aussi été redessinées, ce qui a causé quelques querelles.

En Saskatchewan, par exemple, les conservateurs, qui détiennent 13 des 14 sièges de cette province, ont longtemps contesté des propositions visant à changer des circonscriptions combinant populations rurales et urbaines, pour en faire des comtés uniquement urbains. Regina-Wascana, dont le député est le libéral Ralph Goodale, est la seule circonscription non conservatrice de cette province. Le parti de Stephen Harper craint que si on retire les votes ruraux de certains comtés, on laissera passer le NPD.

Pour faire ce calcul, Élections Canada a pris les résultats de chaque bureau de scrutin et les a transposés sur les circonscriptions redécoupées. Cet exercice, qui est fait après chaque redistribution des sièges à la Chambre des communes, est exigé par la loi électorale canadienne. Cette loi stipule que les deux parties qui obtiennent le plus de votes dans chaque circonscription ont le droit de recommander les gens qui formeront le personnel électoral au prochain scrutin.
2 commentaires
  • Florence Péloquin - Abonnée 31 janvier 2014 16 h 56

    Tiens! Tiens!

    Quelle surprise!

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 1 février 2014 09 h 56

    Le jour

    Et le fameux jour quand aucun parti fédéral n'aura la possibilité d'avoir quelque siège que se soit au Québec, ça vous dit quoi ?

    Moi, ça me rempli d'espoir ! Mais, je suis de ceux qui n'ont pas le nationalisme plus vaste que le territoire qui s'étend jusqu'à la rivière des Outaouais depuis que le Haut et le Bas Canada existe.

    Les loyalistes américains se sont installés de l'autre bord de cette rivière. Je considère donc que l'occupation du territoire est effectif ! Peu importe la tristesse ressentie par la perte.

    N'oublions pas que la Nouvelle France s'étendait jusqu'au Mexique. Et je n'entend personne contester la suprématie des États-unis.

    Comme disait mon grand-père : «Profitons nos mires.»

    PL